Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 novembre 2014 - 12:35 | Mis à jour : 13:32

Déjeuner du CEB: Comment prendre une décision courageuse ?

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Toutes les réactions 2

Trois conférenciers ont raconté leurs expériences dans leur entreprise respective en lien avec le thème de la 13e édition du déjeuner du CEB : Prendre une décision courageuse en affaires.

D’entrée de jeu, l’associé et conseiller en gestion et stratégie d’affaires chez le Groupe Dancause, Philippe Dancause a mentionné qu’il y a trois formes de courage chez un entrepreneur. Il y a la prise de décisions, de regarder dans les yeux les personnes qui sont affectées par la décision et de se regarder soi-même et de modifier des comportements pour améliorer l’entreprise.

A tour de rôle, Rémi Poulin de Fabrication RH, Guy Roy des Industries PF et Guillaume Jacques de Pomerleau ont partagé leurs expériences relativement au sujet devant plus de 400 personnes.

Le premier à s’être présenté sur la scène a été M. Poulin. Il a raconté comment lui et son frère Hugo en sont venus à se lancer en affaires en 2000 après avoir fabriqué plusieurs outils au cours de leur jeunesse. Il a par la suite élaboré sur les difficultés qu’il a rencontrées au cours de son parcours et des décisions courageuses qu’il a prises.

«Quand vous avez une décision à prendre, restez calme et gardez une attitude positive. Analysez la situation avec votre tête, mais décidez avec votre cœur», a-t-il conclu son intervention. Le vice-président aux ressources humaines chez Pomerleau, Guillaume Jacques a approuvé le conseil: «Écoutez la petite voix dans votre tête lorsque vous prenez une décision et, au moindre doute, abstenez-vous.»

Au cours de son intervention, M. Jacques a fait allusion aux acquisitions que Pomerleau a faites ces derniers temps. Pour lui, une décision courageuse peut aussi être de ne pas faire une transaction. «Les entreprises doivent être complémentaires», a-t-il mentionné. Il conseille entre autres de centraliser des départements, d'imposer des politiques et des programmes au risque d'éliminer des acquis. «On s'améliore par une acquisition ou on se détruit par une acquisition», a-t-il ajouté.

Quant au président des Industries PF, Guy Roy, il a élaboré sur la période où il a mis un terme à son association avec ses deux plus gros clients pour que l’entreprise redevienne rentable. À partir de là, la compagnie a connu trois années d’augmentation au niveau des ventes entre 2011 et 2013. Cette année, même si elles ont diminuées de 29 %, M. Roy est satisfait de la tournure des événements.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Félicitations aux conférenciers de partager une petite partie de votre expérience

    Yves - 2014-11-07 20:55
  • Bravo aux trois conférenciers et particulièrement M.poulin.
    Ce dernier nous a fait bien rire et plusieurs d'entres nous ce sont
    reconnus et son cheminement ressemble à plusieurs entrepreneurs(es)
    C'est un vrai !

    Guy drouin - 2014-11-08 07:49