Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
13 novembre 2014 - 17:14 | Mis à jour : 17:20

La main-d’œuvre de moins en moins présente dans la région complique la tâche du recrutement

Julio Trepanier

Par Julio Trepanier, Journaliste multimédia

Twitter Julio Trepanier
Toutes les réactions 5
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Dans le cadre de sa thématique annuelle des ressources humaines (RH), la Chambre de commerce de Saint-Georges (CCSG) présentait ce jeudi une conférence sur la vitalité de l’emploi et ses défis.

À titre de spécialistes en la matière, Vincent Lessard, conseiller aux entreprises au Centre local d'emploi de Saint-Georges/Lac-Etchemin et employé par le Ministère de l'Emploi, de la Solidarité sociale, ainsi que Gérard Hamel, Conseiller au développement des compétences et de l'information sur le marché du travail, œuvrant aussi au sein des Centres locaux d’emploi de la Beauce et de Lac-Etchemin, ont agi à titre de conférenciers.

Selon les statistiques présentées par M.Hamel, la région de la Chaudière-Appalaches devra intégrer 37 500 travailleurs pour répondre à la demande en main-d’œuvre d’ici 2017. De ce nombre, 32 500 postes seront à combler à la suite de départs à la retraite alors que l’on prévoit la création de 5 000 postes en vue de la croissance d’emploi sur le territoire. L’aspect démographique, soit le vieillissement de la population et le faible taux de natalité, se retrouve au cœur de la problématique. Présentement, près de 60 % des entreprises dans la MRC Beauce-Sartigan éprouvent déjà des difficultés dans le recrutement de main-d’œuvre.

« La démographie nous frappe et nous frappera de plein fouet au cours des prochaines années. Il y a des défis rattachés à cela. Il ne faut pas oublier que lorsque nous travaillons sur l’attraction de la main-d’œuvre il faut aussi travailler sur la rétention de celle-ci », souligne M. Lessard.

Des solutions?

Afin de relever ce défi relié à l’emploi, il est nécessaire d’évaluer la situation de l’entreprise. « Il faut faire un constat : où est-ce que j’en suis? Est-ce que mon offre d’emploi est à jour? Est-ce que mes descriptions de postes sont à jour? Sommes-nous compétitifs sur le marché? Il faut analyser et planifier pour les prochaines années », indique Vincent Lessard.

Parmi les autres options qui s’offrent à eux, il est proposé aux entrepreneurs d’innover en RH afin de mettre en valeur leurs points forts, ou encore puiser dans différents bassins de main-d’œuvre, autant dans la banque de personnes aptes à l’emploi sur l’aide-sociale que chez les immigrants.

Les offres d’emplois doivent quant à elles être publiées sur un plus grand nombre de plateformes afin d’atteindre un auditoire plus vaste. Soulignant que les journaux papier ne sont plus aussi lus qu’auparavant, les conférenciers proposent aux employeurs de publier autant dans les médias traditionnels, que sur les Web et les réseaux sociaux qui sont en mesure d’atteindre des masses considérables.

Questionné à savoir comment un employeur peut se démarquer en 2014, M. Lessard évoque un chef d’entreprise qui connait bien les pratiques et la gestion des RH au sein de sa compagnie. « L’employeur doit être à l’écoute, voir s’adapter à certains besoins de son personnel (…) il faut savoir que les employés n’ont peut-être pas les mêmes préoccupations qu’il y a 20 ans », explique-t-il.

Par ailleurs, celui-ci soutient qu’un employé attrayant pour une compagnie est une personne qui adhère à la philosophie d’entreprise, qui est en mesure d’exprimer ses besoins et de bien recevoir les communications. Ainsi, pour M. Lessard, l’aspect communicationnel est la clé afin d’établir une bonne relation patron-employé pour finalement se démarquer de la compétition en ce qui a trait à la recherche de main-d’œuvre.

Prochaine conférence

Pour en connaître davantage sur la prochaine activité de la Chambre de commerce de Saint-Georges en lien avec la thématique des ressources humaines, visitez le www.ccstgeorges.com.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Il va falloir ouvrir massivement la porte à l'immigration pour la survie des entreprises, se sont eux qui font tourner en grande partie l'économie montréalaise, avec la jeunesse québécoise d'aujourd'hui s'est malheureusement perdu d'avance.Quelques gens d'affaires en difficulté que je connaît bien se sont tournés vers l'immigration(travaillent,motivé,ponctuel,et en redemande) s'est sa ou l'appauvrissement total du Québec.Merci

    Bonne journée - 2014-11-13 19:12
  • payé et vous aller avoir de la main d.oeuvre pas 15.00 dollards de l.heure payé un salaire pour vivre

    employé - 2014-11-13 19:26
  • on parle de tout sauf des salaires

    o - 2014-11-13 19:35
  • La Beauce c est la Chine du quebec pas de salaire

    Moé - 2014-11-14 16:23
  • Certaines entreprises ont un programme avec leur employés déjà en place qui les encouragent a emporter un nouveau employés justement. quand le nouveau fait l'affaire et qui reste en porte au moins 3 mois, celui qui en a fait la suggestion a une prime. Rien de mieux comme pub qu'un employé qui travail déjà en place. Malheureusement pas beaucoup d'entreprise le font. Les salaires sont à revoir certe mais regardont le cout de la vie en Beauce est pas si pire comparativement aux villes comme Québec et Montréal(cout du logement) Mais les horaires est un facteur qui peut jouer dans une décision. Je donne comme exemple Victor Innovatex, de très bons salaires, beaucoup d'avantages sociaux, mais des horaires à faire fuire. Le monde travail pour vivre mais ne vit pas pour travailler. Peut-être un amélioration des quart de travail encouragerait aussi la relève qui veulent profiter du temps en famille....Et pas du temps partiel qui est de plus en plus populaire pour d'aucuns entrepreneurs pour éviter de payés les congés fériés. Désoler, mais on ne vit pas avec un salaire de temps partiel et de rester disponible en tout temps au cas ou.. Bref c'est des petits affaires qui se règle assez facilement mais ceux qui ont implantés se roulement seront-ils prêt a faire ce changement pour améliorer leur recrutements??? La est la question...

    Lisette - 2014-11-16 08:03