Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
17 novembre 2014 - 16:29 | Mis à jour : 16:36

La Beauce en mode embauche

Julio Trepanier

Par Julio Trepanier, Journaliste multimédia

Twitter Julio Trepanier
Toutes les réactions 5
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Alors que d’ici 2017, le territoire de la Chaudière-Appalaches devra combler près de 40 000 postes pour répondre à la demande en main-d’œuvre, la Beauce éprouve déjà des difficultés de recrutement qui ralentissent sa croissance économique.

Afin de soutenir les entreprises beauceronnes, l’initiative intitulée « La Beauce embauche » a été mise sur pied pour attirer le plus tôt possible de nouveaux travailleurs dans la région. L’objectif, voir la stratégie marketing qui sera établie au cours des prochains mois, visera à inciter les gens à visiter le site Web de « La Beauce embauche » qui redirigera les chercheurs d’emploi vers le site de « Placement en ligne » d’Emploi-Québec.

Le projet, d’envergure provinciale, cible notamment les endroits où l’offre d’emploi est à son plus faible, dont les régions de Montréal et de la Mauricie. « La Beauce embauche est une campagne qui veut aller chercher les gens en recherche d’emploi et leur faire savoir qu’il y en a de disponible ici et que nous avons une belle qualité de vie en Beauce », explique André Boily, directeur général de la Chambre de commerce de Saint-Georges.

Bien que tous les secteurs d’activité de la région soient affectés par la pénurie de main-d’œuvre, ce sont les entreprises manufacturières qui sont les plus touchées par cette réalité. Selon M. Boily, la situation actuelle est le résultat de plusieurs facteurs, dont les départs à la retraite, l’exode rural, ainsi que la dénatalité.

Interpellé de près par la problématique, Charles Dutil, président et chef de la direction de Manac, a choisi de devenir le porte-parole pour « La Beauce embauche ». Selon l’homme d’affaires, l’entreprise devra combler de nombreux postes au cours des prochains mois. La main-d’œuvre ciblée varie de peu à très expérimentée.

Appel aux entreprises de la Beauce

Les entreprises de la région sont invitées à prendre part à l’initiative en soutenant financièrement « La Beauce embauche ».

« On parle d’une contribution de 2000 $ par entreprise pour financer le projet. Plus il y aura de participants, plus grande sera notre campagne de promotion. Plus il y aura d’habitants dans notre région, au lieu d’avoir un sol démographique négatif, quand cela sera positif, toutes les industries et les commerces pourront en profiter », conclut M. Boily.

Les entreprises intéressées à embarquer dans le projet peuvent contacter Hélène Latulippe au Conseil économique de Beauce, André Boily à la Chambre de commerce de Saint-Georges, ainsi que Jeanne Bizier, directrice au Carrefour Jeunesse-Emploi Beauce-Sud.

Le projet a été établi grâce à la concertation de nombreux acteurs du développement économique de la région, dont la Chambre de commerce de Saint-Georges et le Conseil économique de Beauce. Le Carrefour jeunesse-emploi de Beauce-Sud, Emploi-Québec, la MRC Beauce-Sartigan, ainsi que les entreprises Clermont Hamel de Saint-Éphrem et Manac Saint-Georges, se sont également joints à l’initiative qui s’attaque à un besoin criant.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • La Beauce innove serait pas mal mieux. On cherche des mains et peu de têtes alors que ça prend les deux.

    Richard - 2014-11-18 00:22
  • Pour avoir les 2... Il faut un minimum de salaire et des heures.
    en raison du cout de transport,je crois,les salaire sont très peu élevé.
    Il faudrait que les gens d'affaires diminue leur % de profit ou demenage,c'est drastique mais c'est la réalité!

    Former continuellement n'est pas bénéfique a long terme!

    Respecté les employés,ils ne sont pu ignorant!

    Les employeurs beauceron récolte ce qu'il ont semé,en voulant maximiser leur profit,ils ont perdu beaucoup et aujourd'hui il le constate!

    En bas de 18$ de l'heure ,impossible de garder des employés,sauf les peureux et ceux qui n'ont pas le choix(famille)(csst)ect.

    Soyez plus sévère et plus exigeant mais payez mieux ou bien payé la formation continuelle et les ressources "humaine"!

    Vous êtes le patron c'est votre choix!

    pat - 2014-11-18 12:03
  • Payez et vous en aurez des employés! On dirait que tout augmente sauf les salaires, pas évident d'aller travailler dans une shop sur les quarts de travail à un petit salaire quand tu as une famille à faire vivre et à t'occuper.

    Les impôts des entreprises baissent mais pas ceux des travailleurs alors monter vos salaires et vous en aurez des travailleurs.

    travailleur - 2014-11-19 09:01
  • Effectivement, comme le dit si bien Richard, les conditions salariales des PME beauceronnes devront être revues à la hausse. N'oublions pas que pendant de nombreuses années, le fameux « Miracle Beauceron » ne tenait sur rien d'autre que des salaires bas, l'absence de syndicats et des avantages sociaux mièvres ainsi que pas ou très peu de régimes de retraites fourbis à parts égales par l'employé et l'employeur. Je crois effectivement que les dirigeants des entreprises beauceronnes sont les artisans de leurs propres malheurs. La balle est dans leur camp, les plus brillants s'adapteront, les autres mourront.

    Robert - 2014-11-19 10:59
  • Alors que l'inflation augmente, les salaires eux restent toujours les mêmes. Le coût de la bouffe aussi augmente. À quand que les travailleurs se sèreront les coudes? pour avoir un meilleur salaire. Il faut tenir tête à ses industries. Pour avoir un meilleur salaire.

    julianne - 2015-04-09 16:47