Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 avril 2016 - 12:08 | Mis à jour : 12:19

Le CEB devra relever plusieurs défis au cours des prochaines années

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Le Conseil économique de Beauce (CEB) devra relever plusieurs défis au cours des prochaines années, tant à l’interne qu’à l’externe.

C’est ce qu’ont affirmé le président sortant, Denis Breton, et le directeur général sortant, Claude Morin, lors de l’assemblée générale annuelle du CEB qui a eu lieu hier soir au Georgesville.

Plusieurs changements auront lieu au cours de la prochaine décennie selon M. Breton. « L’offre de services va changer. Nous devrons nous rapprocher davantage des autres centres locaux de développement (CLD) de la Beauce. Récemment, nous avons organisé un repas entre les présidents et les directeurs généraux des trois CLD de la Beauce. Il s’agissait d’une première depuis la création des CLD », explique M. Breton qui était en poste depuis environ deux ans.

Ce rapprochement s’est également manifesté lorsque Destination Beauce, un organisme dédié à la promotion touristique des trois Municipalités régionales de comtés (MRC) de la Beauce. « Avec du recul, on constate que ça ne se peut pas qu’il y ait trois Beauce. Les MRC commencent aussi à en jaser. Certes, il reste beaucoup de chemin à faire, mais ce n’est pas vrai qu’avec la mondialisation, nous ne trouverions pas notre compte à former une seule Beauce. Pour les gens de l’extérieur de la région, il n’existe qu’une seule Beauce », ajoute-t-il.

Il y a aussi l'initiative la Beauce embauche qui s'inscrit dans cette lignée d'unification. Rappelons que ce projet vise à attirer de nouveaux travailleurs en Beauce afin de combler le manque de main-d'oeuvre.

Un record du chiffre d’affaires

Pour la première fois depuis la création du CEB, le chiffre d’affaires des entreprises manufacturières situées sur le territoire de Beauce-Sartigan seulement dépasse les 2 G$. La majeure partie de ce nombre provient du secteur « Produits métalliques et équipements » qui représente plus de 1,05 G$ à lui seul. Ces données ont été obtenues à la suite d’un sondage réalisé auprès de 190 des 223 entreprises recensées dans la MRC « Pour les plus grosses compagnies, seul le chiffre d’affaires de leurs usines établies ici a été comptabilisé », précise M. Morin. Si l’on compare avec 2014, cela représente une hausse d’environ 11 %. Il s’agit d’une troisième hausse consécutive.

En ce qui concerne les investissements, ceux-ci s’élèvent à 50,111 M$ en 2015, soit une baisse de 1 M$ par rapport à l’année précédente. Les deux principaux secteurs qui ont investi sont la métallurgie et l’industrie forestière qui ont respectivement dépensé 21,37 M$ et 14,59 M$.

Quant au nombre d’emplois, il a légèrement chuté, passant de 8 153 à 8145. La problématique à ce niveau consiste non pas à créer davantage d’emplois, mais à trouver des travailleurs pour combler la demande et permettre aux entreprises de continuer leur expansion. Selon M. Morin, entre 500 et 600 postes sont à combler dans la MRC Beauce-Sartigan seulement.

Finalement, les exportations des entreprises de la région ont augmenté de plus de 250 M$. En raison de la faiblesse du dollar canadien par rapport à la devise américaine, M. Morin estime que les exportations vers les États-Unis, qui se chiffrent à 664 M$ en 2015.

Un nouveau président et un nouveau DG

Lors de l’assemblée du CEB, les membres du conseil d’administration ont élu Rémi Fortin, de Raymond Chabot Grant Thornton, à titre de président du Conseil. « Je termine donc mon mandat à titre de président du CEB. Je remercie tous les gens passionnés et professionnels que j’ai eu à côtoyer lors de mon mandat. Je passe maintenant le flambeau à mon successeur avec le sentiment du devoir accompli et lui souhaite de beaux succès », conclut M. Breton.

De plus, les démarches ont été amorcées afin de trouver un successeur au directeur général Claude Morin qui part à la retraite. Un comité a été mis en place au mois de novembre pour combler le poste d’ici la mi-juin. Par la suite, M. Morin travaillera avec le nouveau DG quelque temps avant de partir au mois d’août. « Je quitte dans les prochains mois pour la retraite, car je crois que 65 ans est un âge raisonnable pour passer à autre chose. Après 28 ans de présence sur le terrain, dont 20 ans à la barre du CEB, mon opinion et ma reconnaissance à l’endroit des gens d’affaires n’ont jamais changé. Les vrais créateurs d’emplois, ce sont eux, ceux qui s’investissent dans leur projet », termine M. Morin.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.