Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
28 avril 2016 - 08:34 | Mis à jour : 15:23

Le prix du sapin-épinette de quatre pieds chute

Gabriel Gignac

Par Gabriel Gignac, Journaliste

Twitter Gabriel Gignac
Toutes les réactions 2

L'Association des propriétaires de boisés de la Beauce a été forcée de baisser le prix du sapin-épinette de quatre pieds à la suite de la fermeture définitive de Madison Paper au Maine.

La diminution des achats de Kruger-Wayagamack de Trois-Rivières est également un facteur qui fait passer le prix de 89 $ à 61 $.

L'Association a fait cette annonce le 24 avril dernier à Saint-Joseph lors de son assemblée générale. Cette nouvelle a créé une commotion chez les 140 propriétaires de boisés réunis au Journal. Toutefois, ceux-ci comprennent la situation de la fin prochaine du marché de la « pitoune de quatre pieds » selon le président de l'Association, Éric Cliche.

« Ce prix provisoire de 61 $ la corde a été déterminé de façon préventive, d’après le pire scénario possible où on ne trouverait aucun marché pour le bois qui ne sera pas livré à Kruger. Ce prix provisoire pourrait être majoré, selon les quantités vendues et les prix obtenus. Il s’agit ici du bois déclaré en inventaire en date du 29 février 2016 », affirme le directeur général de l’Association, Martin Ladouceur.

Cette fin annoncée du marché, qui est à la base du financement du Plan conjoint, amène les propriétaires à réfléchir à l'avenir de celui-ci. M. Ladouceur croit que si l'organisation syndicale veut rester forte elle devra revoir son financement et adapter ses services offerts. Ce dernier a invité les propriétaires à suivre de près les informations qui seront publiées prochainement dans le bulletin forestier. Un sondage sera également réalisé au cours de la prochaine année, par une firme indépendante, afin de connaître leur opinion sur différentes approches et de donner une orientation au conseil d'administration. 

Par ailleurs, le président de l'Union des producteurs agricoles de Chaudière-Appalaches, Paul Doyon, et le président de la Fédération des producteurs forestiers du Québec, Pierre-Maurice Gagnon, ont tous deux plaidé en faveur de la formule collective des plans conjoints pour aider les propriétaires de boisés à passer à travers ces difficultés. « Ce n’est pas la première fois qu’une production traverse une période difficile, mais chaque fois que les producteurs ont agi collectivement, ils en sont sortis gagnants », déclare M.Doyon. 

Les partenaires

Soulignant que les perspectives en 2016 sont très bonnes pour les autres produits du bois, Éric Cliche a assuré les propriétaires que l’Association était à pied d’œuvre pour trouver de nouveaux marchés pour le bois de qualité pâte, ajoutant que des démarches sont en cours avec ses partenaires socio-économiques afin de susciter l’émergence de projets industriels qui pourraient bénéficier d’un approvisionnement en une matière première abondante.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • En Suède aucune papétière n'a accès aux bois des terres publiques. le prix est de 300$ la corde et les producteurs forestiers ne sont pas soumis à un marchandage à la baisse des papetières.
    Est-ce que la situation a évolué depuis que les Breakey avaient reçus des terres publiques pour coupe de bois et que les Québécois y travaillaient pour 25 sous par jour? et les terres pillées ont dûs être rachetés par la suite par les Québécois?
    110 ans plus tard même propriétaire de boisés nous sommes à la merci du même cycle libertarien.
    Le gouvernement conservateur du Canada au lieu d'octroyer des fonds à des coopératives forestières et à des producteurs forestiers a préféré les donner à des entreprises qui se sont relocaliser hors-Québec faute d'avoir renouveler ou moderniser leur machinerie.
    Kruger a quitter pour l'Ontario, Canada...
    Regarder la provenance de votre bois ou sous-produit du bois. Nous faisons vivre Irving du New Brunswick si ne n'est les multiples usines de transformation hors-Québec.
    Et notre machinerie est vendu de ces usines fermées à des pays émergent comme le Vietnam qui vont par la suite nous concurrencer.


    Maître chez-nous? - 2016-04-28 11:35
  • Les usines disent que la fibre coûte trop cher au Québec, pourquoi nous sommes super taxé pour nos lots à bois, mais par conte quand ont vend notre produits ligneux on croirait le prix payé des années 70.

    La Forêt d' aujourd'hui!!! - 2016-04-28 20:19