Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 octobre 2016 - 08:32 | Mis à jour : 14:26

Renald Champagne et Mobilier Cham-Bois : histoire d’un entrepreneur très entreprenant

Lorraine Légaré

Par Lorraine Légaré, Journaliste

Toutes les réactions 3

Vers le milieu des années 1980, à Saint-Georges, ville où Renald Champagne, dans son garage, avec trois employés, démarrera une petite entreprise, en 1984, Bo-Meubles enr., le meuble sur mesure commence tout juste à être à la mode, il n’y a que quelques entreprises dans la Beauce qui peuvent répondre à une timide demande. Qu’à cela ne tienne, M. Champagne, entrepreneur au plus profond de son être, fera grandir et la demande et l’industrie du mobilier sur mesure. Bo-Meubles change de nom et de local, Mobilier Cham-Bois est née et Renald a le vent dans les voiles.

M. Champagne a un parcours professionnel assez varié; alors que, de 1966 à 1973, il est mécanicien chez le concessionnaire Volkswagen Vallée Automobile, à Saint-Georges; ce détenteur d’un BAC en enseignement de l’Université de Sherbrooke sera aussi enseignant à la Polyvalente Bélanger de Saint-Martin pendant 12 ans, en mécanique et menuiserie, avant qu’il ne se lasse de faire de la discipline et qu’il décide de réaliser un rêve. Pour cet homme qui porte en lui la fibre entrepreneuriale, se partir en affaires va de soi : « Plutôt que de se crever à faire de la discipline, je me suis dit, je vais crever à essayer de partir mon entreprise. » 

Derrière tout grand homme…

Bricoleur depuis l’adolescence, c’est dans le domaine de l’ébénisterie et du mobilier sur mesure que Renald Champagne mettra à profit ses incontestables talents (maintenant à la retraite, il s’occupe encore à fabriquer de jolis atours pour sa coquette résidence de Saint-Georges). D’autant plus que, non seulement guidé par sa mère (il est originaire de Saint-Gédéon) qui l’encourage, alors qu’il n’a pas 15 ans, à faire de l’ébénisterie quand il « sera grand », un enseignant à l’Université de Sherbrooke lui dit, lorsque M. Champagne en est à terminer son Baccalauréat en enseignement professionnel et qu’il doit mettre sur pied une entreprise qui ne pourrait que rester sur papier : « Toi, Renald, pars ton affaire, ça va marcher! »  C’est le coup de pouce dont il avait besoin. En 1995, Mobilier Cham-Bois inc., qui a pignon sur rue au 197 20, Route Kennedy (maintenant Auvents Beaucerons), fête le dixième anniversaire de son incorporation, a déjà procédé à deux agrandissements de ses locaux (il y en aura un troisième avant 2002, l’année où l’entreprise est vendue), fait travailler 12 employés à temps plein et, en 1993, est lauréate du prix Petite entreprise de l’année à l’occasion du sixième Gala de l’entreprise beauceronne.

Pendant presque 20 ans, Renald Champagne travaille d’arrache-pied à faire de Mobilier Cham-Bois une entreprise dynamique et prospère. Mais il n’est pas seul à travailler dur; père de deux filles, Sophie et Danielle, sa conjointe, Nicole Thibodeau (fille de feu Benoit Thibodeau, laitier à Saint-Georges Ouest), prête main-forte à son mari en tenant les livres de la compagnie pendant un temps (Sophie, l’aînée, travaillera aussi pour Mobilier Cham-Bois pendant quelques années) et en s’occupant de leurs filles presque à temps plein, alors que Renald, qui ne comptera jamais les heures qu’il doit mettre, pour amener Cham-Bois au sommet, travaille presque sept jours sur sept.

« Cham-Bois », une appellation qui ne s’est pas éteinte

De 1984 à 2002, année où l’entrepreneur beauceron vend son entreprise à Simon Blais, déjà employé de M. Champagne, Mobilier Cham-Bois, qui a vu son marché passer du local et s’étendre dans la région jusqu’à la Capitale nationale, le chiffre d’affaires de la compagnie grimpe tout près du 800 000 $ annuellement.   Sous la gouverne de M. Blais, l’appellation « Cham-Bois » perd son trait d’union, mais ne s’éteint pas et devient « Ébénisterie Chambois », étend son marché à la grandeur de la province, se concentre sur le commercial et l’institutionnel et fait tripler le chiffre d’affaires. En 2012, c’est Marcel Létourneau, alors directeur de production chez Boa-Franc, qui fait l’acquisition d’Ébénisterie Chambois, dont le chiffre d’affaires est maintenant de 4,5 millions. De la Route Kennedy au Parc industriel du secteur ouest de Saint-Georges (1100, 40e Rue), Cham-Bois a grandi et prospéré et est maintenant chef de file en matière d’ébénisterie architecturale au niveau national.

Entreprendre d’être entrepreneur, c’est payant

Renald Champagne, qui a fondé Mobilier Cham-Bois et qui, maintenant retiré des affaires, s’adonne au jardinage, se passionne pour la cuisine et profite de ses temps libres pour bricoler, est fier de la business qu’il a créée et ne regrette pas d’avoir écouté le conseil d’un enseignant de l’Université de Sherbrooke, au milieu des années 1980. Décidé à entreprendre d’être entrepreneur et convaincu qu’il était assez entreprenant pour atteindre la réussite, il dira, à propos de ce judicieux conseil, donné alors qu’il bossait déjà dur pour compléter son baccalauréat : « J’avais pas le choix, c’était payant! »  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Bravo Renald! En plus tu es un gentleman et un gars avec le cœur sur la main. À moi et mon frère ils nous avait donné sa carabine à plomb quand on était gamins par simple geste de bonté, car il savait qu'on salivait dessus à chaque fois qu'il l'a sortait! Il mérite toutes les bonnes choses qui lui sont et vont lui arriver! Merci Renald pour avoir été là!

    Michel Jacques - 2016-10-10 10:18
  • Bravo Renald. Je m'ennuie de la chasse avec toi avec une bonne bouteille de vin pour souper

    Mario Marchamd - 2016-10-10 16:58
  • Félicitations m.et mme Champagne vous êtes un model pour la génération qui suivra

    Pier - 2016-10-10 20:35