Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 mars 2017 - 13:00 | Mis à jour : 31 mars 2017 - 08:29

Les Producteurs de grains du Québec réagissent au budget provincial Leitão

Par Amélie Carrier, Journaliste

Twitter Amélie Carrier

Suite au dépôt du budget provincial par le ministre des Finances du Québec, Carlos J. Leitão, le 28 mars dernier, les Producteurs de grains du Québec déplorent l'absence totale de mesures significatives pour soutenir la production de grains dans le budget 2017, alors que ce secteur est confronté à des enjeux financiers et réglementaires très importants.

Dans un communiqué rendu public le 29 mars, les Producteurs de grains du Québec soulignent en particulier les mesures destinées à complexifier de façon radicale l'usage réglementé des pesticides dans le secteur de la production de grains, alors qu'aucune mesure de compensation adéquate n'est avancée dans le budget pour en limiter les impacts financiers pour les producteurs.

Le budget du Québec de 2017 accorde tout au plus un montant de 3 millions de dollars par année au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation pour amener 16 550 entreprises à se conformer à ces nouvelles contraintes, ce qui représente un soutien indirect de moins de 182 dollars par producteur.

« Ce budget est une vraie claque au visage des producteurs de grains », s'insurge le président des Producteurs de grains du Québec, Christian Overbeek. « Les nouveaux budgets visant l'agriculture sont pratiquement tous liés à de nouvelles contraintes, à des hauteurs au mieux symboliques et qui serviront dans la plupart des cas à payer les contrôles effectués par le gouvernement », ajoute-t-il.

En effet, la Stratégie québécoise sur les pesticides 2015-2018 et la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture 2011-2021 prévoient respectivement de forcer l'autorisation d'un agronome pour l'usage de toute catégorie de pesticides ainsi que de réduire arbitrairement leur utilisation dans le secteur agricole. Or, le gouvernement a admis que ces mesures auraient des impacts financiers significatifs sur les 11 000 producteurs de grains du Québec, notamment par l'introduction de redevances et de permis.

Par ailleurs, les Producteurs de grains du Québec déplorent la baisse de 7 millions de dollars du soutien gouvernemental à l'endroit de la Financière agricole du Québec (FADQ), qui passe de 438 à 431 millions de dollars. Cette baisse s'ajoute aux baisses de plusieurs centaines de millions de dollars des dernières années.

« Cette situation est d'autant plus incompréhensible que de nombreux besoins financiers attendent toujours une réponse du gouvernement, dont la sécurité du revenu des producteurs, la disposition des surplus du programme d'assurance stabilisation et la mise en place de nouveaux programmes d'investissement », explique le président des Producteur de grains du Québec. « Dans ce contexte, nous n'avons d'autre choix que de demander une rencontre d'urgence au ministre Laurent Lessard », conclut M. Overbeek.

Tout en soulignant que cette mesure ne satisfait pas tous les besoins, les Producteurs de grains du Québec notent néanmoins un élargissement à certaines régions du programme de soutien au drainage et au chaulage des terres.

Rappelons que les Producteurs de grains du Québec représentent quelque 11 000 productrices et producteurs présents dans toutes les régions du Québec. Ils cultivent plus de 900 000 hectares de terre, pour un chiffre d'affaires annuel de 1,2 milliard de dollars. Les producteurs québécois produisent et commercialisent principalement des grains de céréales (maïs, blé, orge, avoine) et d'oléagineux (soya, canola).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.