Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 avril 2017 - 10:08

Bois d'oeuvre : l'UMQ réagit vivement à l'annonce d'une taxe rétroactive des États-Unis

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) a réagi rapidement à la suite de l’annonce du département du Commerce américain d’imposer des droits compensatoires rétroactifs d’environ 20 % sur le bois d’œuvre exporté par le Québec.

Par le fait même, l’UMQ presse Ottawa de répondre rapidement à la demande des partenaires forestiers du Québec de garantir des prêts aux entreprises qui en subiront les contrecoups. Selon l’Union, l’impact financier pour les compagnies québécoises pourrait dépasser les 200 M$. « Même si le Québec a fait ses devoirs et s’est doté, en 2013, d’un nouveau régime forestier respectant les règles de livre-marché exigées par son partenaire américain, ce dernier a cédé aux pressions du puissant lobby forestier des États-Unis en se repliant vers le protectionnisme », a déclaré le premier vice-président de l’UMQ, Alexandre Cusson.

« Le gouvernement fédéral a déjà annoncé certaines mesures de soutien à court terme pour les régions forestières. Or, cet effort est insuffisant. Nous exigeons un engagement formel de la part d’Ottawa pour reconnaître l’apport fondateur de l’économie forestière pour les communautés de partout au pays qui en dépendent », a ajouté Gilles Potvin, membre du Comité sur la forêt de l’UMQ.

Selon ce que rapporte le journal La Presse dans un article paru hier soir (Bois d’œuvre : Washington déclare la guerre avec un droit compensateur de 20 %), les droits compensatoires exigés par les Américains varieront d’une entreprise à une autre. Par exemple, le tarif de Produits forestiers Résolu (PFR) sera d’un peu moins de 13 %, alors que le taux de l’entreprise britanno-colombienne, West Fraser, se situe à un plus de 24 %.

Toujours selon cet article, quatre entreprises échapperont à l’aspect rétroactif de la mesure du département du Commerce américain, soit PFR, West Fraser, Tolko et Canfor. Les autres compagnies canadiennes devront payer la taxe rétroactive américaine. Celle-ci concerne les exportations des derniers 90 jours, soit depuis la fin janvier, sans quoi, elles ne pourront exporter leur marchandise au sud de la frontière.

L’UMQ rappelle que l’économie de plus de 220 municipalités du Québec est liée au secteur forestier. Celle-ci assure qu’elle demeurera active « pour défendre les intérêts des régions forestières du Québec face à ce nouveau conflit commercial ». Elle participera notamment à la deuxième marche de solidarité envers la forêt le 30 avril prochain à Dolbeau-Mistassini. Les enjeux forestiers feront également partie de sujets abordés au Forum sur le développement économique qui aura lieu le 5 mai à Montréal.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.