Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
12 juillet 2017 - 14:04 | Mis à jour : 14:49

La Financière agricole du Québec dresse son bilan de mi-saison 2017 en Chaudière-Appalaches

Par Amélie Carrier, Journaliste

Twitter Amélie Carrier

La Financière agricole du Québec présente aujourd'hui le bilan de mi-saison 2017 en assurance récolte pour la région de la Chaudière-Appalaches. Ce bilan décrit les conditions climatiques et leurs effets sur les cultures produites dans cette région.

À lire également :

En plus de décrire les conditions climatiques, le bilan fait également le point sur l'état des cultures vivaces, des ruches, de l'ensemencement et du développement des cultures annuelles, ainsi que sur le déroulement des premières récoltes.

Portrait des cultures en date du 4 juillet 2017

Dans la région administrative de la Chaudière-Appalaches, les conditions climatiques de l'hiver ont été propices à la survie des plantes fourragères, des abeilles, des plants de petits fruits et des pommiers. La saison a débuté par une bonne récolte de sirop d'érable; les rendements ont été supérieurs à la moyenne, tandis que la qualité a été dans la moyenne. L'ensemencement des cultures annuelles a été retardé par les conditions climatiques pluvieuses et fraîches du mois de mai. La levée et la croissance des plantes ont été au ralenti à cause des températures sous les normales après les semis. Ces mêmes conditions ont eu des répercussions sur la récolte de la première fauche de foin, alors que les quantités et la qualité s'annoncent moyennes ou inférieures à la moyenne. En date du 4 juillet, la première fauche est terminée à environ 75 %.

Un épisode de grêle survenu à la fin de juin a causé des dommages importants aux cultures. Le corridor des municipalités les plus touchées se situe de Saint-Antoine-de-Tilly à Saint-Lazare-de-Bellechasse. Plusieurs types de cultures ont été affectés. Les producteurs s'étant prévalus des protections d'assurance récolte et dont les cultures ont subi des dommages font actuellement l'objet d'un suivi pour constater l'évolution des pertes pouvant conduire à des indemnités. Quant aux rendements des cultures annuelles, on anticipe qu'ils seront moyens ou inférieurs à la moyenne. Les rendements des pommes, des petits fruits et de la première miellée devraient être dans la moyenne. Globalement, il s'agit d'un début de saison de végétation tardif et lent pour la croissance des plantes, en raison d'un temps frais et pluvieux.

« Ce bilan de mi-saison dresse un portrait de l'état des cultures de nos régions. Pour les producteurs agricoles, le Programme d'assurance récolte est un outil avantageux de gestion des risques, qui permet de sécuriser les revenus issus des récoltes lors de conditions climatiques difficiles ou de phénomènes naturels incontrôlables, les dommages causés par les épisodes de grêle de juin dernier montrent bien l'importance de tels outils » mentionne le directeur du Centre de services de Lévis, M. Claude Hasty.

L'état des cultures dans la province

Pour en connaître davantage sur l'état des cultures des différentes productions couvertes par le Programme d'assurance récolte, il est possible de consulter le site Internet de La Financière agricole.

Outre le Programme d'assurance récolte, des programmes de soutien et de sécurité du revenu sont offerts aux entreprises agricoles dont Agri-stabilité et Agri-Québec Plus, qui protègent le revenu global en cas de baisse de la marge de production. Agri-investissement et Agri-Québec, basé sur l'épargne, améliorent la capacité des entreprises à autogérer les risques, en permettant de déposer annuellement un montant dans un compte et de recevoir, en contrepartie, une contribution gouvernementale équivalente. Enfin, le Programme d'assurance stabilisation des revenus agricoles protège les entreprises contre les fluctuations des prix du marché et des coûts de production.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.