Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
4 septembre 2014 - 15:44 | Mis à jour : 15:44

International de sculpture : transfert de savoirs sur l’île Pozer

Julio Trepanier

Par Julio Trepanier, Journaliste multimédia

Twitter Julio Trepanier
Toutes les réactions 6
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Dans le cadre de l’International de sculpture qui se déroule sur l’île Pozer à Saint-Georges, non seulement les artistes échangent avec le public, mais ils échangent également des techniques et des idées entre eux pour éventuellement améliorer leur façon de travailler. Du moins, cela est le cas pour les sculpteurs Paul Duval et Siriki Ky.

D’un côté, l’artiste de Saint-Georges-de-Beauce a partagé sa technique de fabrication de maquettes en pâte de papier avec le sculpteur du Burkina Faso. En échange, Siriki Ky a enseigné à Paul Duval sa méthode de « cire perdue » et sa façon de procéder pour la fonte des métaux. « C’est certain que cette technique peut être intéressante pour moi, car ça peut m’éviter d’aller en fonderie […] évidemment, ce n’est pas la même qualité de finition, mais moi j’aime bien être maître de toutes les étapes de création », explique M.Duval.

« C’est un échange de bons procédés et c’est ça le fondement même d’un symposium : échanger, discuter et partager », ajoute Siriki Ky.

La cire perdue

La technique de « la cire perdue » de l’artiste du Burkina Faso consiste à fabriquer les pièces de la sculpture originale en cire, puis à recouvrir le tout d’un mélange de terre et de fumier. Une fois séchées, les différentes sections de la sculpture sont positionnées au-dessus d’un feu pour faire évacuer la cire. La terre et le fumier formeront alors un moule « négatif » dans lequel le métal en fusion sera coulé pour former le « positif ». Une fois le tout refroidi, l’artiste casse le moule pour récupérer ses pièces, puis corrige les imperfections avant d’assembler le tout par la soudure.

En ce qui concerne la fonte des métaux, Paul Duval et Siriki Ky ont fabriqué un four dans lequel un récipient résistant aux hautes températures y était entouré de charbon. Pour obtenir des flammes vives, un tuyau d’air à pression soufflait en continu sous le foyer. Puis, les artistes ont déposé dans le récipient des pièces de bronze et ont attendu patiemment que celles-ci soient réduites à l’état liquide.

Quoi que le premier essai de la méthode de fonte ait échoué lors du passage d’EnBeauce.com, les artistes ont pu quand même faire fondre leurs métaux plus tôt cette semaine. Le problème auquel ont fait face les sculpteurs est que le bronze en fusion se solidifiait presque immédiatement après sa sortie du four, passant d’une température de plus de 1000 degrés Celsius à 12 degrés aux abords de la rivière Chaudière.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

6 réactionsCommentaire(s)
  • Vraiment fier de ma ville quand je vois ces beaux projets à la fois différents et rafraîchissants!

    C'est une richesse collective que d'avoir des gens à travers notre communauté qui initient ce genre de projet. Continuons!

    Merci!

    Bert - 2014-09-04 17:32
  • Comme toujours mon cher Julio, tes reportages sont fort intéressants et très détaillés, ce qui les rend encore plus agréable à lire et regarder. Toujours heureux de te côtoyer lors d'événements aussi importants comme celui du Symposium international de sculpture de Saint-Georges. Nous sommes demeurés sur place tous les deux, afin d'accompagner les Artistes lors de cette coulée, qui s'est terminée à une heure du matin samedi. Ce ne sont pas tous les journalistes qui ont le feu sacré comme to. BRAVO et au plaisir de te revoir bientôt.

    Yvon Thibodeau - 2014-09-04 17:52
  • Excellent se reportage. Apprendre ces techniques de coulage qu'on ne voit presque plus de nos jours, ces très intéressant.

    Claude - 2014-09-04 22:14
  • Monsieur Trépanier, vous pouvez être fier des beaux reportages que vous avez fait tout au long du symposium des sculptures. Vous avez très bien compris le sens et l'intention de Beauce Arts qui est un Organisme sans but lucrtatif. Donner accès à la beauté dans toute sa diversité sculpturale et ainsi permettre aux gens de s'ouvrir sur l'art en regardant et questionnant les artistes. La qualité de vos reportages est de haut niveau. Merci.

    Hélène - 2014-09-06 09:14
  • jai hate de voir qui paie pour cse artiste et a quel prix10 ans x10 100 sculpture et poluer un si beau parc belle vision de la polution et ont chiale pour le ruisseau l ardoise trop c est comme pas assez

    pauvre - 2014-09-06 14:12
  • @pauvre: en quoi est-ce qu'une sculpture pollue au même titre que des déchets dans un ruisseau? Belle reflexion de sans dessin. être pauvre en argent ne veut pas dire etre pauvre d'esprit... Comme je l'ai déjà dit, jaime mieux voir nos élus payer pour des sculptures que pour des équipes de hockey qui pompent l'argent des contribuables sans relache

    Dave Poulin - 2014-09-08 17:18