Publicité
Jeudi, 23 octobre 2014
8 décembre 2009 - 07:58

Madeleine Ferron, l’insoumise, enfin sur papier

Par Maryse Rodrigue, Journaliste-pigiste

Toutes les réactions 2
Dimanche après-midi dernier a eu lieu ce lancement tant attendu de l’essai biographique sur l’auteure québécoise, Madeleine Ferron. La bibliothèque Madeleine-Doyon de Beauceville a été envahie par des lecteurs, des auteurs et des admirateurs qui se sont tous déplacés pour souligner ce lancement.

L’œuvre Madeleine Ferron, l’insoumise : trois perspectives, a été écrites par quatre auteurs, passionnés de la vie et de l’œuvre de la Beauceronne d’adoption, soit Gervais Lajoie, Bernard Beauchemin, André Garant et Raymonde Labbé. Cet ouvrage de 616 pages présente Mme Ferron sous trois perspectives : la vie, l’analyse littéraire de dix de ses œuvres et la courtepointe beauceronne. De plus, on y retrouve plusieurs photographies de Mme Ferron l’illustrant au cours de sa vie. 

Née le 24 juillet 1922 à Louiseville au Québec, Madeleine Ferron est une femme extraordinaire, mais malheureusement peu connue. Après avoir fait ses études à Québec, elle a décidé de venir en Beauce. Puis en 1945, elle a épousé Robert Cliche, un homme politique. Par la suite, elle a publié la grande majorité de ses œuvres dans un très court laps de temps. De plus, Mme Ferron a écrit à plusieurs reprises des documents sur Robert Cliche. En plus d’être auteure et femme d’un homme politique, Madeleine Ferron a eu plusieurs autres rôles. De 1980 à 1984, elle a été présidente de la Ligue de l’épilepsie du Québec et l’une des fondatrices de la Société du patrimoine des Beaucerons. Suite à cela, elle a été l’instigatrice et la présidente de la Fondation Robert-Cliche pour la protection du patrimoine des Beaucerons.

Grâce à sa grande implication, elle a reçu au fil des ans plusieurs hommages. Une étude intitulée «Madeleine Ferron : du regard social à l’auto-ironie» a été publiée en 2000 et en 2001, la revue Arcade lui a rendu un hommage bien mérité « Madeleine Ferron, une femme exceptionnelle». Les quatre auteurs voulaient faire de même avec leur œuvre : Madeleine Ferron, l’insoumise : trois perspectives.

Les profits du livre seront versés en parts égales entre la Fondation Gabriel-Lajoie et la Fondation Robert-Cliche. La Fondation Gabriel-Lajoie édite ce livre et a comme mission de supporter les jeunes dans la réalisation de leurs rêves. La Fondation Robert-Cliche, quant à elle, soutient financièrement des projets régionaux de conservation et de mise en valeur du patrimoine beauceron.  Il vous est possible de vous procurer ce livre dans la plupart des bibliothèques.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:




EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactions
  • La Beauce et Madeleine Ferron, des volcans tranquilles! Paru récemment, le livre Madeleine Ferron, l’insoumise, nous montre en trois perspectives le caractère déterminé de cette écrivaine trop peu connue en Beauce, son pays d’adoption pendant plus de trente ans. Les quatre coauteurs nous révèlent, dans un survol des forces dominantes de l’histoire du Québec, dans une biographie, une analyse littéraire et une synthèse de l’histoire populaire beauceronne, ce franc caractère d’original, d’insoumis de Mme Ferron et des gens de chez nous. Qui de la Beauce ou de Ferron a influencé l’autre? À travers plus de 75 sujets différents, sous le titre Courtepointe beauceronne, l’auteur de ces lignes, André Garant, signe un clin d’œil sur l’histoire de la Beauce. Naturellement, l’insoumission légendaire des Beaucerons et Beauceronnes y est démontré à plusieurs reprises. Par exemple : - En 1737, une femme devient la première seigneur d’Aubert-Gallion, Marie-Thérèse de Lalande Gayon (1691-1738). Le grand Saint-Georges d’autrefois - De 1767 à 1783, l’évêché de Québec ferme et rattache temporairement à Saint-Joseph la paroisse de Saint-François-de-Beauce qui ne veut pas payer la dîme, entre autres. Des canailles, clame le clergé. - Louis Mathieu, grand père du sympatisant nazi Adrien Arcand (1899-1967) se marie à Saint-François-de-Beauce. - Le père du Front de Libération du Québec, Raoul Roy (1914-1996) est né à Beauceville - Le Dr Henri S. Béland (1869-1935) est élu par acclamation en 1917, même s’il est tenu en captivité en Europe par les Allemands. - En 1908, le déterminé notaire Philippe Angers (1858-1935) attire L’Éclaireur à Beauce-ville, métropole de la Beauce, à cette époque où la presse est absente dans la région. - La Beaucevilloise Madeleine Doyon (1912-1978) fut une ethnologue de grande réputation. Elle a œuvré dans un monde d’hommes, par exemple avec le grand Luc Lacourcière - Adrienne Poliquin (1900-1980) opère sa pharmacie de Saint-Georges pendant des années avec l’expérience comme seul diplôme. L’Ordre des pharmaciens piaffe. - En Beauce depuis 1917 environ, Baptiste Béland (1904-1996), l’homme-cheval, moins fou que l’on croyait, a vécu sa passion toute sa vie - Le célèbre ramancheur Noël Lessard (1911-1990) de Saint-Victor soigne, malgré la grogne du Collège des médecins - Les contrats innommés, véritables pactes avec le diable : d’après l’avocat Robert Cliche, ils ont réellement existé - Déterminé à se sortir de la crise de la décennie 1930, Arthur Doyon (1915-1987) s’exile de Saint-Victor à l’Abitibi. Il devient un riche prospecteur aurifère. - Il y a plus de 50 ans, Florian Vallée (1916-2003) et son épouse fondent Beauce Carnaval, à une époque où le loisir n’existait presque pas en Beauce et au Québec - L’artiste Henri-Louis Larochelle (1917-2004) fait figure d’original avec ses sculptures et son goût de développer le tourisme bien avant le CEB et autres. - La célèbre corvée de 1972 de la Glendale de Saint-Joseph. Malgré le refus du ministre du travail, en 3 semaines, une grande corvée rebâtit l’usine. - En 1965, Robert Cliche (1921-1978) se présente N.P.D. dans la Beauce, de tradition libérale - Le Père Antonio Poulin (1900-1986), né à Notre-Dame-des-Pins, fait preuve de tenace détermination dans la promotion d’une autoroute en Beauce André Garant

    André Garant - 2009-12-08 08:33
  • Merci de nous appuyer comme vous le faites dans notre effort de faire connaître l'oeuvre de cette grande Québécoise. Bonne journée Gervais Lajoie 774.9655

    Gervais Lajoie - 2009-12-09 05:27