Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 février 2017 - 15:03 | Mis à jour : 15:08

Immersion anglaise au préscolaire

La petite école Vision Beauce à Saint-Georges dès le mois d'août 2017

Toutes les réactions 2

C’est avec beaucoup de fierté que Mme Mélanie Boissonneault, directrice générale de La petite école Vision Beauce et de l’École Vision Beauce, Mme Véronique Savard, directrice pédagogique de La petite école Vision Beauce et M. Richard Dumais, directeur général du réseau des écoles Vision, annoncent l’ouverture à Saint-Georges d’un établissement préscolaire Vision destiné aux enfants âgés de 2 à 4 ans. Située dans l’ancienne Caisse Desjardins du Sud de la Chaudière sise au 1275 boul. Dionne à Saint-Georges, La petite école Vision Beauce ouvrira ses portes dès la fin août 2017 et pourra accueillir 44 enfants dès la première année.

Ce nouvel établissement permettra aux familles de Saint-Georges désireuses de sensibiliser leurs enfants à l’anglais dès leur jeune âge et, éventuellement, de fréquenter  l’école primaire Vision située à Sainte-Marie. « Depuis son ouverture en 2010, l’École Vision Beauce n’a cessé de croître. Avec l’instauration d’un service de transport par autobus entre Saint-Georges et Sainte-Marie en 2013, ce sont plus de 30 élèves de Saint-Georges et des environs qui fréquentent notre établissement. Une priorité d’inscription à l’École Vision Beauce pour la maternelle et le primaire sera accordée aux élèves qui auront fréquenté notre petite école de Saint-Georges », précise Mme Mélanie Boissonneault.

« La petite école Vision Beauce mettra l’accent sur l’apprentissage naturel de l’anglais dans un contexte d’immersion, une initiation à l’espagnol, un programme de psychomotricité pour maximiser le développement moteur », a précisé Mme Véronique Savard, directrice pédagogique du futur établissement. « Notre établissement offrira une cour extérieure où l’exploration et le jeu symbolique seront mis en avant-plan, ainsi que des activités de stimulation du langage pour assurer de bonnes bases pour le parcours scolaire, et ce, de façon ludique et au rythme de chaque enfant. »

« Le concept Vision a fait ses preuves un peu partout au Québec, dont à Sainte-Marie depuis déjà 6 ans. Nous sommes donc vraiment heureuses de l’implanter à Saint-Georges. C’est un concept qui nous tient à cœur », a mentionné Mme Mélanie Boissonneault, directrice générale de l’école Vision Beauce.

La région de Beauce-Sartigan est l’endroit idéal pour y implanter ce concept d’écoles, car le bilinguisme y est un atout de premier plan. Cette initiative contribuera sûrement à augmenter le taux de bilinguisme, mieux, de trilinguisme, dans notre belle région. Un établissement comme La petite école Vision Beauce est un beau complément aux commerces du secteur ouest de la ville et attirera certainement de jeunes familles. C’est un endroit facilement accessible par tous. M. Richard Poulin, propriétaire de l’immeuble et de Komutel, s’est dit ravi d’accueillir ce service qui sera apprécié des jeunes familles de Saint-Georges.

Une longueur d’avance

En inscrivant leurs jeunes enfants à La petite école Vision Beauce, les parents leur permettront de développer dès leur jeune âge les habiletés nécessaires pour comprendre et communiquer efficacement en français, en anglais et... en espagnol.

« Il a été démontré qu’il est bénéfique d’apprendre une langue seconde à un jeune âge. L’enfant peut ainsi améliorer la compréhension de sa langue maternelle puisqu’il est continuellement en train de bâtir, de comparer et de faire des liens entre la nouvelle langue et celle qu’il connaît déjà », a soutenu M. Richard Dumais, directeur général du réseau Vision. « Nous sommes extrêmement heureux de pouvoir compter sur des personnes comme Mélanie et Véronique, deux personnes passionnées, pour offrir aux enfants de la Beauce des services éducatifs de première qualité ».

Vision préconise une approche « ludico-éducative » pour l’apprentissage des langues à un bas âge. Ainsi, les enfants ont la chance d’apprendre l’anglais et l’espagnol par le biais de jeux, de thèmes et d’activités de motricité fine. Le tout se déroule sous la supervision d’éducateurs dans des environnements colorés, animés, sécuritaires et agréables pour les tout-petits.

Détails du projet

La petite école Vision Beauce, un établissement privé non subventionné, sera ouverte toute l’année, sauf à la période des Fêtes et pendant l’été où l’école sera fermée pour des périodes respectives de deux semaines. Les heures d’ouverture sont de 7h30 à 18h00 du lundi au vendredi. Le projet est sujet à l’obtention d’un permis du ministère de la Famille.

La petite école Vision Beauce intègrera une zone mini-gym afin de favoriser le développement psychomoteur et l’adoption de saines habitudes de vie chez les jeunes enfants. Ceci permettra aux enfants de bouger quotidiennement et de développer, dans le plaisir, des notions d’équilibre, de coordination, d’agilité, de souplesse et de motricité qui serviront leurs apprentissages futurs.

Les coûts seront de 51,90 $ par jour pour les enfants qui fréquenteront notre établissement. Ce tarif est déductible d’impôt et admissible aux versements anticipés du crédit d’impôt remboursable pour frais de garde d’enfant.

La petite école Vision Beauce est présentement à la recherche d’éducateurs et d’éducatrices qualifiés(es) et bilingues afin de se joindre à son équipe jeune et dynamique.

Une soirée d’information destinée aux jeunes familles de Saint-Georges et des environ, aura lieu au Georgesville le mardi 7 février prochain à compter de 19h00 afin de présenter tous les détails sur l’ouverture de l’établissement La petite école Vision Beauce.

À propos de l’école Vision Beauce

Fondée en 2010, l’École Vision Beauce accueille aujourd’hui plus de 200 élèves de 3 à 12 ans provenant des MRC de Beauce-Nord, Robert-Cliche et Beauce-Sartigan. À ce jour, plus de 30 élèves de Saint-Georges et des environs fréquentent l’école primaire Vision de Sainte-Marie en utilisant le service de transport scolaire qui est instauré depuis 3 ans et qui empruntera, dès l’automne prochain, l’Autoroute 73.

À propos du réseau des écoles Vision

Avec 22 établissements et quelque 3 000 élèves, le réseau Vision est le premier regroupement d’écoles privées trilingues de niveau préscolaire et primaire à offrir aux enfants francophones du Québec un enseignement basé sur l’apprentissage des langues dans un contexte d’immersion.

Chaque établissement La petite école Vision détient un permis du ministère de la Famille. Pour plus de détails sur le réseau des écoles Vision, visitez ecolevision.com.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Dans le reste de l'Amérique toute forme d'école privée ne reçoit aucune subvention de l'État sauf au Québec. Il est grandement temps de s'inspirer de l'Ontario pour allouer ces ressources au réseau publique.
    Le caprice des écoles privées devrait se faire en payant tous les droits de scolarité aux usagers depayer, le discours de la CAQ et héritière de l'ADQ.

    rougeole - 2017-02-02 03:49
  • @Rougeole : Je ne comprends pas votre commentaire… En choisissant d’envoyer leur enfant au privé, les parents font économiser 40% du coût d’enseignement à l’état. En effet, l’état paie 60% du coût, le parent l’autre 40% sans qu’il n’ait droit à aucun crédit d’impôt. Ce 40% restant est donc théoriquement accessible aux écoles publique.

    Si comme vous le dites, l’état ne devrait plus profiter de cet économie de 40% et demander au parents d’assumer 100% du coût, il faudrait en contrepartie donner un crédit d’impôt au parents d’enfants fréquentant les écoles privée, tout comme c’est le cas pour les frais de garderie au privé ou les consultation médicale au privé.

    Peut-être que les montants de la subvention VS crédit d’impôt ne serait pas identique, mais ils seraient assurément semblables. Au lieu de dépenser des millions à changer cette méthode, travaillons donc à s’assurer que les montants investis au public servent réellement à l’éducation et non pas à payer des congrès aux dirigeants de commissions scolaire ou à des salaires de fonctionnaires.

    Jean Savoie - 2017-02-02 09:49