Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 mai 2017 - 04:00 | Mis à jour : 8 juin 2017 - 10:40

DOSSIER BEAUCE ART : Portrait du sculpteur français Bachir Hadji

Par Amélie Carrier, Journaliste

Twitter Amélie Carrier

L'ouverture officielle du 4e Symposium international de la sculpture de Saint-Georges a eu lieu à l'Espace Redmond lors du dimanche 28 mai dernier. Pour l'occasion, EnBeauce.com a débuté hier un « Dossier Beauce Art » dans lequel seront présentés les portraits des différents sculpteurs de cette édition, ainsi que quelques entrevues réalisées avec eux.

À lire également :

Nous vous invitons donc à consulter notre quotidien Web régulièrement au cours des trois prochaines semaines pour ne rien manquer au sujet des artistes de cette quatrième édition.

Le deuxième sculpteur abordé dans ce dossier spécial est le Français Bachir Hadji, originaire de Lyon.

Il utilisera la pierre, le métal et les matériaux composites pour réaliser son oeuvre « Voyage vers le large » à Saint-Georges.

Biographie

Né en 1956 à Constantine en Algérie, Bachir Hadji vit et travaille à Lyon en France. Il possède un diplôme national supérieur d’arts plastiques de l’École nationale des beaux-arts de Lyon. 

Bachir Hadji est récompensé deux fois par le prix Charles Dufraine au cours de sa carrière.

Il se mérite de la décoration à titre exceptionnel par l’état burkinabé, au grade de chevalier de l’Ordre du mérite des Arts, des Lettres et de la Communication avec Agrafe : Arts graphiques et plastiques (2014).

Bachir Hadji enseigne à l’École nationale des beauxarts de Lyon, au lycée Jeanne de Lestonnac de Lyon et il dirige actuellement l’atelier de sculpture aux Ateliers d’arts plastiques de Vénissieux.

Ce sculpteur est présent dans les collections publiques des villes de Guyancourt, Saint-Ouen-l’Aumône, PierreBénite, Vaulx-en-Velin, Lyon, conseil général du Rhône ainsi que dans des collections privées américaines, turques, africaines, allemandes et françaises.

Démarche artistique

Dans sa sculpture « Voyage vers le large », l’artiste essaie d’exprimer une préoccupation importante de notre monde contemporain qu’il représente par la colonne en pierre gravée, sorte de cage urbaine. L’homme citadin dont l’espace de vie est limité, étroit et vertical aspire au grand air signifié par l’eau, une barque et une colombe.

La colombe qui surplombe la sculpture appelle à un voyage vers l’ailleurs. Elle, qui peut embrasser les airs, le ciel, l’agitation de l’eau par ses vagues et son bercement, invite au large.

Les airs et les mers sont des médiums qui permettent à l’homme de s’évader de son quotidien pour aller humer le reste du monde : changer d’air pour trouver la liberté

SOURCE : Beauce Art, L'International de la sculpture.

Rappelons que le 4e Symposium international de la sculpture de Saint-Georges se déroulera du 28 mai au 18 juin prochains.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.