Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 juin 2008 - 13:31

Place aux conteurs d'ici à l'occasion du Festival des contes et légendes

Par Keven Boutin, Journaliste

Le 3e Festival de contes et légendes en Beauce-Etchemin, organisé par le Village des Défricheurs de Saint-Prosper, prenait l’affiche vendredi le 6 juin au Théâtre du Ganoué avec la tenue du concours « Place aux conteurs d’ici » mettant en compétition huit participants de trois catégories différentes. La soirée se poursuivait ensuite avec la présentation d’un spectacle de la troupe de théâtre des Feux follets 2007 sous le thème « L’exil au village, que va-t-il se passer ? ». Plus de 140 personnes en ont ainsi profité pour plonger dans un monde où la réalité et l’imaginaire se côtoyaient dans une ambiance fantastique où l’incroyable n’était pas synonyme de l’impossible. « On ne s’attendait pas à faire salle comble, c’est très satisfaisant! », se réjouissait François Nadeau, gestionnaire du Village des défricheurs.

« Places aux conteurs d’ici »
Le concours « Places aux conteurs d’ici » se divisait en trois catégories d’âges, celle des 10 à 12 ans, des 13 à 17 ans, et celle adulte. Le gagnant de chacune des catégories méritait un prix de 100$. Les conteurs, jeunes et moins jeunes, se devaient d’impressionner un jury formé de trois enseignants à la retraite nourrissant une passion pour notre région et son patrimoine historique soit Pierre Grenier, Charlotte Morin et Paulin Goulet. Ceux-ci évaluaient les participants selon sept critères tels la mémorisation du texte et l’adaptation du conte ou encore la manière de rendre le conte. Avant de nommer les gagnants, M. Grenier, responsable du jury, a souligné l’intensité et l’intérêt démontrés par chacun des conteurs. « Monter ainsi sur scène constitue un grand défi, bravo à tout le monde donc », a-t-il terminé.

Notons que la catégorie collégiale a été retirée étant donné l’absence d’inscription. « Mais ça, les collégiens, on embarquera pas dans ce sujet » ont comiquement convenu les deux animateurs de la soirée, Daniel Giguère et Hubert Carignan, de la troupe des Feux follets.

Un gagnant…d’ailleurs!
Âgée de 11 ans, Charlotte Lemieux-Bourque a raconté La peur vraie pour l’emporter dans sa catégorie grâce à son expressivité et sa présence sur scène. Dans la catégorie des 13 à 17 ans, l’honneur est allé à Jacob Cassidy, originaire de Saint-Just, qui s’est démarqué entre autres par sa bonne diction lors de son interprétation du conte de la Chasse-Galerie. Chez les adultes, Éric Mercier, de Victoriaville, a charmé le public et le jury en y allant d’un conte fantastique expliquant la naissance de sa ville. Son interaction avec le public et sa capacité à occuper brillamment la totalité de la scène ont été soulignés. Il s’agissait d’un conte écrit par l’homme lui-même, ce qui rajoute à l’exploit vu la qualité narrative de l’histoire. Sa victoire ne faisait aucun doute. « Je serais très surprise qu’il ne gagne pas, chapeau à ce monsieur Victo! », s’énonçait Sylvie Lamontagne, autre concurrente de la catégorie adulte, avant l’annonce des gagnants.

Un véritable bout en train parmi les participants
Une mention se doit d’être accordée à Emrys Chapados, de Sainte-Justine, qui prenait part au concours dans la catégorie des 13 à 17 ans pour une deuxième année de suite. Même si ce dernier n’a pas gagné, son charisme, son expressivité et son naturel ont conquis d’emblée le cœur des spectateurs. Le jeune garçon ne manquait pas d’énergie, racontant même une autre histoire à quelques uns des spectateurs lors de l’entracte. « J’aime être sur un stage, voir la réaction des gens, les faire rire, avoir l’attention. J’aimerais être humoriste.», s’est il exprimé, plein d’entrain. « J’ai oublié un détail pendant mon histoire, le plus drôle!», a confié le jeune Chapados en s’empressant de le conter.

Les Feux Follets 2007 : pour une dernière fois
La seconde partie de la soirée était assurée par la troupe de théâtre des Feux Follets de la saison dernière. Mettant en scène différents personnages quittant un village pour s’en aller s’établir dans une nouvelle région, une nouvelle province ou encore un nouveau pays, la pièce a proposé, par l‘entremise des habitants du village, plusieurs contes et légendes du Québec. Les Feux follets 2008 débuteront leur saison les 11 et 12 juillet prochains avec la présentation d’une pièce intitulée Monseigneur s’en vient, cachez la bagosse!. Ils poursuivront avec Qui est l’étrange qui rôde au village? les 25 et 26 juillet pour terminer avec La grande kermesse, la foire aux potins!, les 8 et 9 août.

Pour de plus amples informations à ce sujet ou à propos de toutes autres activités tenues au Village des Défricheurs, il est possible de consulter le site Web du Village à l’adresse suivante : www.village-des-defricheurs.qc.ca.

Le Festival des contes et légendes se poursuit ce soir, dès 20h, avec le spectacle « Place aux conteurs d'ailleurs » qui présentera, en première partie, deux conteurs africains. En seconde partie se tiendront Les contes de Normanville, où trois sympathiques bûcherons, Ti-Jean, Ti-Pat et Ti-Ted inviteront les gens au chantier pour vivre avec eux l’ivresse d’une veillée traditionnelle au camp.

Charlotte Lemieux-Bourque raconte La peur vraie.

Jacob Cassidy lors de son interprétation de la Chasse-Galerie.

Éric Mercier raconte La naissance de Victoriaville.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.