Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 mars 2016 - 08:44 | Mis à jour : 08:56

Face au cancer : choses dites, choses faites

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

NDLR: Julie DeBlois a appris en octobre dernier qu’elle était atteinte d’un cancer du col de l’utérus de type « Adénocarcinome », soit une forme agressive de la maladie. Puisque celle-ci a accepté de partager son expérience au quotidien face à cette maladie, EnBeauce.com diffuse l'intégralité de ses textes dans la section Blogues.

Les moments difficiles des derniers mois ont fait travailler mon esprit et l'ont fait pas mal réfléchir. Vous en êtes d'ailleurs témoins puisque ces pensées, je les ai partagées avec vous à travers mes différents billets dans ce blogue.

Je dois avouer que j'avais une crainte à propos de toutes ces belles réflexions. Une petite peur au fond de moi qui me tressaillait. Un doute qui planait.

Allais-je oublier toutes ces belles volontés d'apporter des changements dans ma vie une fois de retour dans ma routine, sachant que ma santé était bel et bien de retour? Est-ce que mon cerveau allait dire : « Ok Julie, vas-y ma grande, oublie ce qui vient d'arriver, tout est derrière : You ARE BACK BABY » et ensuite revenir dans la naïveté d'antan, prendre les choses pour acquises, replonger dans le quotidien d'autre fois et oublier toutes ces belles leçons que la vie m'a offert comme un grand cadeau?

Un peu comme un lendemain de veille quand on se dit: PU JAMAIS!!!

(Ouais... me semble... je l'ai déjà dite cette phrase. Et je connais la suite!)

Mais en regardant derrière, en analysant les semaines qui ont suivi mon retour, j'ai le grand plaisir de réaliser que finalement, j'ai fait pas mal de chemin et je suis restée connectée à ces convictions. J'ai pris action face à ces volontés profondes de faire une différence dans ma vie.

Et j'en suis pas mal fière!

Entre autres choses...

Le grand ménage du printemps... en avance!

Vous vous souvenez lorsque je mentionnais que j'avais bien trop de matériel chez moi? « Ai-je vraiment besoin de tous ces items à la maison? », que je me demandais.

J'avais hâte de revenir au condo pour faire un MÉGA ménage, ça me démangeait! (je ne suis pas la plus assidue dans le ménage - désolée maman! - mais là, c'était carrément un BESOIN de me départir de mes choses). Quand la santé fait défaut, on réalise à quel point tout le matériel est superflu!

Alors j'ai fait le tour de mes tiroirs, armoires, garde-robe, boites, placards. Pour chaque item, je me suis demandée:

1) POURQUOI ai-je ça?

2) Est-ce que je l'ai en double?

3) Est-ce que ça me sert?

4) À quand remonte la dernière utilisation?

5) Est-ce sentimental et si oui, l'ai-je regardé dans la dernière année pour me « rappeler » un souvenir? Ou bien est-ce que ce souvenir est suffisamment ancré en moi maintenant pour ne plus avoir besoin de cet objet pour le revivre?

En faisant l'exercice, j'ai même réalisé que je gardais des choses au cas où j'aurais des enfants et que je voudrais leur montrer ces trucs (hum... il y a eu un changement de plan majeur dernièrement ma belle : il n'y en aura pas des tits enfants!).

Quand j'ai réalisé ça, je me suis mise à jeter pas mal plus de choses. De toute façon, même si j'avais eu des enfants plus tard, auraient-ils vraiment été pâmés devant mes médailles de ringuette et de natation, mes trophées, mes certificats, mes dessins d'enfance? Au mieux, je leur aurais montré une fois. Et j'aurais été bien surprise qu'ils me demandent de les revoir un jour. Allez, à la poubelle!!

Bref, j'ai amassé des sacs et des boites pleines de trucs! Tout est présentement dans une pièce du condo (le vrai bordel!) et chaque fois que des amis viennent, j'essaie de leur refiler ce qui les intéresse (et qui leur sera utile, il va sans dire). Et la semaine prochaine, un organisme vient chercher le reste pour redonner à ceux dans le besoin.

Ça fait tellement de bien ce grand ménage! Je me sens plus légère. Quel sentiment!

Go les muscles!

Je me suis réinscrite au gym et je suis EN FEU! On dirait que j'ai VRAIMENT compris pourquoi je m'entraînais. Que c'était nécessaire pour ma santé générale. Que mon corps en avait réellement besoin! Alors maintenant, contrairement à autrefois, ce n'est plus un fardeau d'aller m'entraîner. C'est une nécessité ET un plaisir!

Je sens le sang circuler dans mes veines lorsque je lève des poids, je me sens en vie! Quelle belle sensation!

Bon. Je suis loin d'être miss Univers, et c'est loin d'être mon objectif! Mais mon but est de me sentir bien physiquement et de ressentir davantage d'énergie et de vitalité. Je suis sur la bonne voie!

Miam... Mon bon jus vert!!

Je suis également revenue à mes bonnes vieilles habitudes de boire des jus verts tous les matins, après ma marche matinale. En effet, au lever, la première chose que je fais, c'est de m'habiller et d'aller marcher 30 minutes. Ça me permet de me préparer mentalement pour la journée qui s'en vient. Pour me rappeler dans quel état d'esprit je veux la passer.

Puis au retour, un bon jus de légumes. J'ai commencé cela il y a un an et chaque fois que j'en prends, on dirait que j'entends mon corps littéralement me REMERCIER.

Ben ya pas de quoi, Body! ​

Mon histoire et mon entreprise

J'avais également mentionné pendant ma convalescence que je désirais intégrer mon histoire avec le cancer dans l'ADN de mon entreprise. Mon entreprise fait partie de ma vie, comme l'histoire de mon cancer, alors j'avais besoin d'intégrer les deux ensembles pour me sentir bien « enlignée » avec moi-même.

​Je suis tellement heureuse du dénouement de ceci. Nous avons conçu la boite de bonbons Julie à l'érable (*Attention : ce n'est pas moi qui aie choisi le nom!!). Une boite de bonbons qui consiste à rappeler aux gens d'être reconnaissants au quotidien pour les personnes qui les entourent. Elle contient même un petit message de ma part qui nous rappelle l'importance d'exprimer notre gratitude face à ces personnes.

On ne s'en rend pas toujours compte, mais il y a tellement de personnes autour de nous qui ont un impact sur nous, que ce soit sur notre journée ou carrément sur notre vie! Je voulais trouver un moyen de rappeler aux gens à quel point c'est important non seulement de s'en rendre compte, mais également d'en être reconnaissant.

Retour à la base

​Ce n'est pas tout. Lorsque les choses vont super bien, que la vie est belle, on oublie rapidement les moments difficiles de nos vies, les peines, les deuils du passé. Et bien entendu, ça fait du bien de se changer les idées, de vivre à fond!

Cependant, prend-on le temps de s'arrêter lors de ces moments de grâce et de justement réaliser comme nous sommes chanceux? D'observer autour et de se dire : « Wow! Je suis ici, en pleine santé, avec ma famille ou mes amis, à rire, à discuter tout simplement? »

Peut-être pas toujours.

Le temps va tellement vite, nous avons des vies si effrénées : pas le temps de s'arrêter pour ça!

Dernièrement, j'ai été invitée dans un magnifique restaurant pour la fête d'une amie, en compagnie d'amis très proches. Et ça m'a frappée! À ce moment, on dirait que le temps s'est arrêté. J'ai observé mes amis en train de rire et discuter, en prenant pleinement conscience du moment que j'étais en train de vivre avec eux. J'ai regardé mon assiette comme si c'était la première fois que je mangeais de la merluche (bon ok, c'était VRAIMENT la première fois!). J'ai pris une bouchée et analysé le délicat mélange de saveurs, la fraîcheur des ingrédients, la tendreté du poisson.

Aïe! Je devais avoir l'air de quelqu'un qui n'était jamais sorti et qui découvrait le monde pour la première fois.

Et là, je me suis rappelée de ce fameux samedi de décembre, dans ma chambre d'hôpital, alors que j'étais dans un très mauvais état (voir le billet du 18 décembre, intitulé : La drogue, c'est mal (ou : comment j'ai vécu la pire journée de ma vie!)). À ce moment, je me disais que tous ces gens à l'extérieur, en train de simplement marcher dans le Vieux-Québec et s'arrêter pour un bon café chaud étaient les plus chanceux du monde!!

Alors pendant que j'étais dans un état extatique dans ce restaurant, je réalisais que des gens étaient à l'hôpital, dans un mauvais état, en train de se dire qu'ils donneraient tout pour être simplement en bonne compagnie avec leur famille et amis. J'ai littéralement eu les yeux pleins d'eau. C'est vraiment venu me chercher.

Est-ce qu'on n'est pas les plus chanceux du monde d'avoir ces privilèges qui s'appellent la santé, la famille et les amis?

Oui. Nous le sommes.

Alors aujourd'hui, prenez le temps de prendre le temps.

Arrêtez.

Respirez.

Réalisez que vous êtes là, tout simplement.

Et soyez-en reconnaissants!

Prenez la décision de le faire régulièrement, au moins une fois par jour.

De mon côté, c'est chose dite.

​Et ce sera fait!

Pour connaître la suite de l'histoire de Julie dans l'ordre chronologique, consultez les textes à partir du bas de page dans le blogue“Face au cancer: la vie selon Julie” (ici).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • J'adore le courage que vous avez à écrire votre vie que vous avez vécue des moments difficiles

    Ghislaine - 2016-03-14 15:52