Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 septembre 2016 - 06:00

Commerce du sirop d’érable : la position de Maxime Bernier suscite des questionnements

Julio Trepanier

Par Julio Trepanier, Journaliste multimédia

Twitter Julio Trepanier
Toutes les réactions 5

Le secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Jean-Claude Poissant, se questionne quant à la prise de position de Maxime Bernier, député de Beauce et candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, qui annonçait mardi son intention de « libérer » le commerce du sirop d’érable au pays.

« L’industrie du sirop d’érable au Canada, plus particulièrement au Québec et en Ontario, supporte de bons emplois dans ce secteur », mentionne M. Poissant. À cet égard, le député fédéral de La Prairie s’explique bien mal la prise de position de M. Bernier qui, souligne-t-il, représente un comté où il y a un nombre significatif de producteurs de sirop d’érable, et ce, dans un contexte où le Québec est le premier producteur d’importance de « l’or blond ». « Sa sortie me surprend et je me demande s’il a consulté ces producteurs-là », lance-t-il.

Par ailleurs, au ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, on considère que le système en place fonctionne bien et qu’il n’est pas question de changer quoi que ce soit, sauf si cela vient des producteurs.

« Il ne faut pas oublier que ce sont les producteurs eux-mêmes qui ont décidé de se prendre en main il y a plusieurs années afin de développer des nouveaux marchés et aussi de contrôler la production à exporter », rapporte M. Poissant. Ce dernier, qui précise avoir été lui-même producteur agricole pendant plus de 40 ans, estime donc que le système actuel fonctionne, qu’il est démocratique, transparent et qu’il favorise les acériculteurs.

« S’il n’y avait pas un tel système, est-ce qu’on saurait les vrais chiffres ou comment est attribué l’exportation de ce sirop », se questionne-t-il. « Pourquoi empêcher une façon de procéder qui semble servir la communauté des producteurs de sirop? », conclut-il.

Propos de Maxime Bernier

Pour lire la déclaration de Maxime Bernier effectuée hier, consultez notre article intitulé « Maxime Bernier veut « libérer » le commerce du sirop d’érable au Canada ».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • La position de M. Bernier contre le cartel du sirop d'érable est logique, le gouvernement du Québec est complice de ce cartel
    La majorité des consommateurs ne veulent plus et ne peuvent plus payer le gros prix pour mettre du beurre et du sirop sur la table.
    Malheureusement, la population est peu informé des monopoles de FPAQ et l'UPA.


    Dany - 2016-09-08 08:05
  • Pas de raison a avoir un quota c est pas comme le lait on produit du syrop just dans se coin si du monde upa a just a faire sa promossion comme il le faut

    John - 2016-09-08 13:28
  • Bernier veut-il nuire à la Beauce avec des idées libertariennes d'un député gagnant 147,000$ pour gagner des votes de l'Ouest.
    L'acériculture, l'agriculture et la sylviculture sont déjà en mauvaise position,à bas Bernier
    http://www.infodimanche.com/actualites/actualite/298509/hausse-de-taxes-a-prevoir-pour-les-agriculteurs

    Rougeau - 2016-09-08 13:55
  • Grâce au «cartel» comme vous dites, l'acériculture s'est développée comme jamais, c'est devenue une industrie, les prix sont stables, plusieurs entreprises de transformation et d'équipements ont vu le jour, il y a des millions qui se brassent là-dedans, mais parce qu'une couple de gars sont jaloux de ce succès et pensent payer trop cher à leur goût les quelques cannes de sirop qu'ils achètent par année, il faudrait mettre la hache là-dedans?

    Quant à l'autre insignifiant qui prétend qu'une canne de sirop et une livre de beurre c'est trop cher pour la majorité des gens (me semble oui...), pose-toi donc des questions sur ce qui appauvrit notre société, et avant de me dire que c'est la faute de l'UPA ou des autres syndicats (la réponse facile des ignorants jaloux), vas donc voir chez Walmart si j'y suis.

    C'est ça votre vision pour l'économie, M. Bernier? Jeter par terre une industrie au nom de votre fixation pour le libre marché? Savez-vous combien d'emplois ont été créés par l'acériculture a créé en Beauce, M. Bernier, en grande partie grâce aux prix stables que permettent les quotas?

    Je me demande bien qui est l'ignorant économique... Continuez de défendre votre vision économique de république de bananes.

    Frédéric Poulin - 2016-09-09 08:28
  • Chers amis beaucerons, si vous croyez aveuglément les allégations de Monsieur Bernier il serait temps que vous lui posiez certaines questions, par exemple : M.Bernier propose la totale liberté à vendre le sirop à qui l’on veut selon les lois du marché. Donc, dans ce contexte, quelle serait la stratégie de vente qu’il propose pour qu’un producteur beauceron puisse rivaliser dans la vente de son produit face à des géants mondiaux qui, ont les reins suffisamment solides pour vendre le sirop du jour au lendemain à 3$ la canne et ainsi maintenir la pression pendant 3-4 ans, le temps nécessaire pour faire crever nos producteurs ? Vous savez comment ça marche les lois du marché n’est-ce pas ? perte de revenu des producteurs car le prix de production est plus élevé que le prix de vente ensuite, grands nombre de terres à vendre, perte de valeurs du patrimoine et achat de vos terres par les étrangers. C’est ça la liberté que propose M.Bernier ? Perte de souveraineté alimentaire et du territoire ? C’est quoi sa grande vision pour que ce scénario n’arrive pas ?
    Vous croyez que j’exagère ? Non, c’est cela la loi du marché, rappelez-vous il n’y a pas si longtemps (15-20 ans), c’est de cette manière que les géants du pétrole se sont réuni en une sorte de cartel et on agit en monopole en faisant diminuer artificiellement le prix du pétrole pendant quelques années seulement et ont fait disparaitre des milliers d’entrepreneurs indépendants. Depuis ce temps, si le cartel des grandes pétrolières décide un bon vendredi d’augmenter l’essence de 15 cents ils ont le loisir de le faire car ces bandits contrôlent les lois du marché. Et quand cela arrive vous sentez-vous libre ? Lorsque j’entends notre cher député employer le mot liberté à toutes les sauces et que je vois plusieurs concitoyens en extase devant le sauveur, il serait temps que vous vous versiez une chaudière de glace sur la tête pour vous ressaisir car si vous et monsieur Bernier croyez qu’en éliminant le « supposé » monopole de l’UPA la vie sera meilleure et que ce sera la fin des monopoles, et bien si vous voulez éliminer toutes les règles et qu’on laisse la porte grande ouverte aux géants mondiaux de l’agro-alimentaire, tenez-bien votre portefeuille à deux mains car ce sera le début d’un nouveau monopole et beaucoup plus agressif. Vous irez voir M. Bernier à ce moment et il vous rira en pleine face comme il le fait en ce moment.
    Je déteste les monopoles mais des fois il faut choisir. Jusqu’à preuve du contraire l’UPA est nécessaire mais cette dernière doit assurément refaire ses devoirs et de donner le droit aux producteurs de disposer d’un certain pourcentage de sa production comme bon lui semble. Méfiez-vous de notre député qui n’a aucune vision à long terme.

    Daniel - 2016-09-09 10:30