Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
26 avril 2017 - 11:59 | Mis à jour : 12:12

Bois d'oeuvre : réaction des partis d'opposition après l'annonce du programme ESSOR

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Le gouvernement du Québec a rendu accessible le programme ESSOR pour les entreprises de l’industrie forestière à la suite de l’imposition de droits sur le bois d’œuvre canadien par les États-Unis.

Rappelons que le département du Commerce américain a annoncé hier l’imposition de droits compensatoires rétroactifs d’environ 20 % pour les entreprises exportatrices du Québec. Celles-ci devront payer cette taxe sur la marchandise envoyée au sud de la frontière depuis la fin du mois de janvier à l’exception de Produits forestiers Résolu.

L’aide financière du gouvernement sera accordée sous forme de prêts et de garanties de prêts. Cet appui « donnera un peu d'oxygène aux forestières qui pourraient manquer de liquidités au cours des prochains mois afin qu'elles puissent continuer à approvisionner le marché américain », affirme-t-il.

De son côté, la ministre de l’Économie, Dominique Anglade que son gouvernement « continuera de défendre l'industrie forestière devant les instances américaines et internationales, et fera pression pour que le gouvernement fédéral participe également au soutien du secteur forestier québécois. »

La Fédération des municipalités du Québec (FQM) a salué les mesures du Parti libéral pour soutenir l’industrie à l’Assemblée nationale. « L’aide annoncée permettra aux communautés forestières de se sentir un peu moins seules face à la menace américaine », a déclaré le président de la FQM, Richard Lehoux.

Du côté du Parti québécois (PQ), on demeure prudent quant à l’efficacité de programme ESSOR. « ESSOR sera-t-il vraiment efficace? Ce programme vise à soutenir des projets d'expansion et d'investissement, alors que les entreprises touchées par la crise forestière seront en mode survie », a questionné le porte-parole en matière de forêts, Sylvain Roy, alors que son parti réclame que soit rendu public tous les critères d’admissibilité de ce programme.

Quant à la Coalition avenir Québec (CAQ), elle demande à ce que le premier ministre, Philippe Couillard, prenne personnellement le dossier en mains. « Avec les déclarations du président américain sur la gestion de l’offre, sur l’ALENA, avec la surtaxe sur le bois d’œuvre, on a raison de s’inquiéter. Les négociations menées par Québec ne nous mènent nulle part. Aux États-Unis, c’est le président Donald Trump qui porte le dossier. Pourquoi ce n’est pas Philippe Couillard ici », s’interroge le porte-parole en matière de développement économique régional de la CAQ, Éric Lefebvre.

Québec solidaire a également réagi par l’entremise du député Amir Khadir. Celui-ci dénonce « vivement » la mesure américaine. « Il s'agit d'une mesure à la fois inamicale et contreproductive pour les travailleuses et travailleurs des deux côtés de la frontière », dit-il. Du même souffle, il demande à la ministre Anglade « de ne pas répéter l’erreur commise avec Bombardier » lorsqu’il sera temps d’accorder les 300 M$ via ESSOR.

De plus, mentionnons que la FQM s’inquiète du peu de mesures annoncées par le gouvernement fédéral. À ce sujet, le PQ cite un communiqué publié par les ministres Jim Carr et Chrystia Freeland, ajoutant que le parti n’oubliera pas cet engagement.

« Le gouvernement du Canada défendra vigoureusement les intérêts de l'industrie canadienne du bois d'œuvre résineux, y compris en recourant aux tribunaux. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.