Publicité
Mercredi, 17 septembre 2014
13 avril 2008 - 12:49

L’Union du Centre veut être prise au sérieux

L’Union du Centre veut être prise au sérieux
Photo: Jean-François Fecteau
Robert Dutil était en bonne compagnie lors de ce brunch de l'Union du centre, soit Luc Lemieux, André Arthur, Richard Busque, Claude Morin et Roger Carette.

Le parti politique l’Union du Centre a la ferme intention d’être pris au sérieux par les autres partis politiques dans son combat contre le programme des régions ressources. Le dernier budget du 13 mars dernier est loin d’avoir réglé la question et l’économie des régions centrales dont la Beauce en souffre énormément selon Robert Dutil, ex-député libéral. Ce dernier est prêt à revenir sur la scène politique «si nécessaire» pour enrayer les iniquités de ce programme.

Le brunch-bénéfice du parti a eu lieu le 13 avril devant de nombreux élus, industriels et supporteurs de la cause soutenue par le parti à la Polyvalente Saint-Georges.

L’Union du centre n’abandonnera pas son combat sur la concurrence déloyale générée par des subventions gouvernementales à des entreprises concurrentes en régions dites ressources. On questionne d'ailleurs la présence de Trois-Rivières, région fief du parti de l'ADQ de Mario Dumont. Dans le dernier budget qui ne règle pas la question des régions ressources, cette région bénéficie de 20 % de crédit d’impôt à l’investissement contrairement à 5 %, «un os à Chaudière-Appalaches et aux régions centrales», d’après M. Dutil. «Jamais, on va l’accepter», ajoute-t-il.

L’homme responsable de cette manifestation souhaitait rallier tous les gens peu importe leur allégeance politique dans ce combat pour l’équité et la justice économique du Québec. Ce programme est en vigueur jusqu’au 31 décembre 2010 est un des grands responsables de la mort de plusieurs entreprises en Chaudière-Appalaches. «C’est une catastrophe pour nos entreprises», lance M. Dutil.

«Ce programme n’a pas créé des emplois en régions, elle est responsable du transfert de 7000 emplois depuis 2001», pense l’ex-député libéral.

Des appuis divers
Lors de ce brunch, le célèbre André Arthur, député fédéral de Portneuf, était présent pour soutenir la cause de l’Union du Centre. Sa région comme la Beauce est grandement affectée par ce drame. L'ancien animateur de radio a dénoncé que ce programme a été créé par un parti qui voulait acheter des votes en région, mais qu'il a été prolongé par un parti qui manque de courage politique. Il a ensuite mentionné l'inutilité de ce programme puisque le Canada a de la difficulté à résister à la récession des États-Unis. «Le gouvernement du Québec pense jouer au sorcier. Ils pensent qu’en brandissant une baguette magique que tous les problèmes économiques vont se régler… Le gouvernement ne créé pas de richesse, il l’a déplace», a souligné ce dernier.

Plusieurs autres interlocuteurs ont pris la parole dont le maire Roger Carette. Dans un long discours, il a aussi offert son appui inconditionnel au parti de l’Union du Centre. Le maire de Saint-Éphrem et préfet de la MRC Beauce-Sartigan, Claude Lemieux, a quant à lui rappeler que la région est durement affectée par divers facteurs économiques dont les régions ressources.

Soulignons aussi que le président du CLD Beauce-Sartigan, Richard Busque, a aussi dénoncé les effets pervers de ce programme, mais qu’il appuyait les démarches du parti puisqu’il faut «défendre les régions de la Beauce et nos intérêts».

Claude Morin appuie les Beaucerons
Le député adéquiste, Claude Morin, était présent au brunch pour indiquer qu’il appuyait les démarches pour enrayer les iniquités de ce programme. Partout sur le terrain, M. Morin dit entendre plusieurs préoccupations sur la précarité d’emploi. Le député de Beauce-Sud se dit derrière les Beaucerons pour les supporter et le porteur de flambeau de ces derniers à l’Assemblée nationale. «Je n’ai pas l’intention de changer de parti», a-t-il indiqué à la foule.

Plus de 30 000 $
Grace à ce brunch, plus de 680 cartes du parti ont été vendues à ce jour amassant un peu moins de 35 000 $. M. Dutil juge que c’est un bon départ, mais la prochaine étape est de récolter des appuis dans les 23 autres comtés les plus touchés par ce programme. «L’objectif est d’amasser plus de 20 000 $ par comté, sinon on ne sera pas pris au sérieux», indique M. Dutil. L'intention du parti est d'être présent aux prochaines élections, et ce, dans les 24 comtés.
 

Robert Dutil et André Arthur attendent patiemment leur tour au podium lors du discours de Roger Carette.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:




EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.