Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mars 2016 - 10:48 | Mis à jour : 11:06

Violence conjugale : « Au début c'était des insultes... après je me faisais battre » — Sabrina Loubier

Gabriel Gignac

Par Gabriel Gignac, Journaliste

Twitter Gabriel Gignac
Toutes les réactions 21

Une jeune femme de 20 ans originaire de Beauceville, Sabrina Loubier, a accepté de raconter comment celle-ci s'est fait manipuler et violenter par son ex-conjoint. Elle dévoile son histoire avec l'objectif de conscientiser les femmes à ce phénomène et les inviter à dénoncer si jamais elle vit cette souffrance atroce.

La Beauceronne avait 19 ans lorsqu'elle a rencontré en janvier 2015 celui qui allait devenir pendant plusieurs mois son bourreau. « Il était mon plasteur à mon ancienne relation en plus. Mes parents et mes amis ne l'aimaient pas, mais moi j'étais tombée en amour. Je voyais le bon en lui et je me disais que si je l'aidais il deviendrait quelqu'un de très bien pour moi. Je ne suis pas quelqu'un qui a beaucoup confiance en moi et sa façon de me contrôler était extrême, mais je le voyais au départ comme s'il m'aimait vraiment et qu'il s'intéressait à moi », affirme-t-elle.

Après environ un mois de relation officielle, le conjoint de Sabrina démontre ses premiers signes de violence en la traitant de « salope », « vide couille », « criss de chienne » et « une chance que tu m'as, car tu ne trouveras jamais rien de mieux ». Les mots sont blessants et Sabrina commence à croire ce que lui dit son conjoint. Toutefois, en mai 2015, une chicane éclate et les deux tourtereaux décident de mettre fin à leur relation. L'homme et Sabrina se reverront à la fin juillet 2015 où l'histoire reprendra de plus belle et sera beaucoup plus intense.

Après les insultes, les coups

Le stratagème de l'homme reprend alors qu'il chante la pomme à Sabrina en lui affirmant comment il la trouve belle, drôle, intelligente et a quel point elle est différente des autres. Il reconnait même ses torts et dit qu'il va changer. Les insultes reviennent fréquemment après un mois de relation. La victime raconte que l'homme est contrôlant. Il vérifie ses messages sur Facebook et ses messages textes. Il tente de l'empêcher de mettre de nouvelles photos d'elle sur Facebook en soulignant que ce n'est que pour avoir de l'attention et que ce ne sont que les salopes qui font ça.

À la fin du mois d'août, un premier incident de violence survient dans un hôtel de Saint-Joseph. « Nous prenions un verre et il a commencé à m'insulter sur une relation du passé. Il m'a donné un bon coup de poing au visage et il m'a étranglé à deux reprises. Il s'est mis à pleurer tellement il était en colère. J'ai réussi à le calmer et je lui ai pardonné, car je croyais en son potentiel. J'ai été naïve », affirme-t-elle. En octobre 2015, Sabrina décide d'aller voir son amie, la soeur de son conjoint qui a déjà porté plainte à quelques reprises contre son frère pour violence. Ce dernier viendra chez sa soeur et brisera des chaises en plus de pousser sa soeur. Cette dernière portera plainte contre lui. « Il a toujours été blessant avec sa soeur. Il a probablement pris ses mauvais plis quand il était plus jeune et ça s'est poursuivi sur moi », souligne la Beauceronne.

Après Noël, une autre chicane éclate et Sabrina décide d'aller voir ses amies. Son bourreau l'appelle plus tard dans la soirée et lui dit de venir la rejoindre tout de suite sinon, il y aura des conséquences. La jeune femme va rejoindre l'homme où un deuxième épisode de violence intense surviendra. L'homme la frappera à de multiples reprises et lui cracha au visage en plus de lui tirer les cheveux. « Je suis rentrée chez moi plus tard et quand mes parents ont vu mes bleus, j'ai dit que j'étais tombée en faisant du ski », raconte-t-elle.

La fois suivante, Sabrina se fait casser deux doigts alors que l'homme lui claque la porte sur les doigts et maintient la pression pendant deux minutes. La souffrance est intense et la soeur de l'homme dit à Sabrina de porter plainte au policier. Lorsque les forces de l'ordre arrivent, Sarbrina affirme que ce n'était qu'un simple accident. « Je l'aimais et je le protégeais toujours », affirme la victime. L'homme lui dit qu'elle ne doit pas aller à l'hôpital et la torturera quelques jours en lui faisant craquer les doigts cassés, car il croyait que celle-ci le trompait. « Je n'ai jamais eu aussi mal », souligne Sabrina.

Sabrina a mis fin à sa relation avec ce dernier il y a quelques semaines. Un dernier épisode de violence a éclaté alors que l'homme a brisé sa voiture et a tenté de l'empêcher d'aller voir la police. Finalement, la Beauceronne a porté plainte et l'homme a passé une semaine en prison et est présentement en liberté sous certaines conditions, dont celle de ne pas entrer en contact avec la jeune femme.

Moral

Sabrina affirme que les femmes qui n'ont pas confiance en elle sont des victimes faciles pour ces prédateurs qui sont souvent de beaux hommes, manipulateurs, charmeurs et contrôlants. « Au début, on a l'impression que leur contrôle est protecteur et amoureux alors que c'est néfaste. Les femmes devraient mettre un “stop” à la relation dès le début de la violence conjugale et ne pas attendre que la roue tourne. Quand c'est commencé, il n'y a pas de fin », affirme-t-elle.

Sabrina a compris que la base d'une relation est de se respecter soi-même et de savoir ce qui est bon pour soi. Elle conclut en soulignant que cette histoire aurait pu lui faire perdre tout ce qui lui tient à coeur et que malgré tout, elle s’en sort pas si mal malgré des problèmes d'anxiété et des troubles de sommeil. « J'ai été chanceuse d'avoir de bons amis et l'aide d'une professionnelle. Je sais que je peux avoir une vie normale, j'y crois et surtout j'ai appris que je pouvais me faire plus confiance », conclut Sabrina.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

21 réactionsCommentaire(s)
  • Pourquoi tu ne le dénonce pas au public il va toujours continué son jeux violent envers les femmes.Cest un maudit lâche que de battre une femme.Arrètte de le protégé et dénonce le..

    pupu@sogetel.net - 2016-03-08 11:04
  • Je ne comprend pas quand on est en 2016 que l'on voit encore cela .Je pense que cette Sabrina aurait due être plus au courant avec toute les nouvelles que l'on voit à tous les jours elle devrait comprendre que l'on ne peut changer une personne .Bonne chance dans ton avenir

    Cheval - 2016-03-08 11:11
  • Une semaine de prison???????????? Voyons ce trou de cul devrait être lapidé... son nom devrait être mentionné... il est dangereux pour ben d'autres femmes

    Steve - 2016-03-08 11:17
  • OMG j'avais l'impression de lire mon histoire sauf que moi je n'ai pas eu la force de le dénoncer à la police,c'est la relation après la mienne qui l'a conduit en prison. Je l'ai revu 15 ans après notre rupture, il est venu chez moi. Il a regardé la photo de mon fils accroché dans le salon et il m'a dit;"ça aurait pu être le notre". Il fait pitié. Je suis contente de voir que tu t'en sors bien. Une chance qu'il ne sont pas tous pareil,tu trouveras toi aussi la perle rare. Bonne chance. ...

    Jenny - 2016-03-08 12:38
  • Bravo à cette jeune femme qui a su prendre son courage pour quitter son ex conjoint, mais aussi de partager cette histoire.

    MissB - 2016-03-08 12:50
  • Jai eu la même histoire mais moi sa durée 7ans,,, bravo ta faite le bon choix ma belle

    Nicky - 2016-03-08 16:02
  • Violence psychologique suivi de violence physique .... Ça me rappelle de mauvais souvenirs . En effet son nom devrait être connu pour sa prochaine :-/ ils ont toujours cette façon de te rappeller mielleux quand tu sacre ton camp que tu fini par revenir sur tes pas comme une gamine!

    Alexia - 2016-03-08 17:21
  • Bravo Sabrina, sois courageuse et crois en toi. Nous sommes à notre façon "unique"

    Jo - 2016-03-08 17:26
  • Je te dis bravo, tu as eu du courage de le faire, maintenant passe a autre chose, l'avenir est devant toi, prends le temps d'analyser, de comprends et pardonner a ton agresseur, je sais ce n'est pas facile, mais il faut que tu le fasse.

    Je te souhaite du bonheur pour le future.

    Rémi - 2016-03-08 17:57
  • il aurait fini par te tuer j'espère que tu ne le reprendra plus jamais ce gars la c"est un dangereux pis pas juste a peu près .... tu mérite mieux que ça

    Gin - 2016-03-08 18:30
  • Bravo de t'en être sortie, ce n'est pas facile. Moi aussi je croyais qu'avec de l'amour il changerait mais ils ne changent jamais...

    Ag - 2016-03-08 21:14
  • Dit moi son nom.

    Blade - 2016-03-08 21:50
  • J'ai pas pus finir de lire l'article,trop dificille.

    Daniel - 2016-03-08 21:58
  • Bonne chance!

    Irn - 2016-03-08 22:02
  • Tu peut te pardonner ce manque de respect envers toi même et maintenant te faire respecter pour la belle personne qui est en toi et qui va réaliser que t'es chanceuse d'avoir la vie sauve et surtout en profiter de cette nouvelle vie avec des gens qui t'apporte des énergies positives tant qu'à moi il mérite la prison si t'as des enfants un jours tu devras leurs montrer de ne jamais accepter une telle situation pas l'exemple ,heureusement tu es jeune et la vie va t'offrir beaucoup mieux ,bonne chance x

    yveta - 2016-03-09 00:27
  • lamour peu rendre aveugle toi tu as subit les atrosité dun homme que tu croyais aimé ...tu a repris confiance en toi et tes amis sont fier de toi tu peu repartir de zéro bonne chance xx

    denise - 2016-03-09 04:53
  • Souvent, un homme traite sa blonde comme il a traité sa mère. Dans ta prochaine relation, fais ce test. Aussi prends le temps de vérifier s'il contrôle ses émotions. S'il lance des objets sur le mur, c'est un manque de contrôle de ses émotions mais s'il fait tomber des chaises près de toi, cela veux dire : - VOICI ce qui t'attend si tu ne m'écoutes pas ». Pends le temps d'analyser son caractère surtout si parents et amis doutent de lui. Bonne chance pour la prochaine fois et en attendant, : «REBÂTIS-TOI! »

    une maman - 2016-03-09 13:30
  • Salut je viens de sortir aussi de la violence conjugale j'ai un enfant qui vie avec moi. C'est grâce à mon fils que j'ai réussi en m'en sortir. Brisons le silence

    Kalya - 2016-03-09 15:41
  • Bravo Sabrina pour ce courage à dénoncer et pour ce témoignage!!! D'autres femmes vont se reconnaître. Tu n'es aucunement responsable de toute cette violence subie. Le seul responsable de ces mots et ces gestes inommables est l'agresseur!!! Tu t'es choisie!!! Tu peux être fière du chemin parcouru. Il n'y a rien de facile dans cette problématique. Le cycle de la violence est une arme tellement puissante!!! Ce n'est pas une question de faible estime de soi ou autre... Personne n'est a l'abri de vivre ça. La violence conjugale ne fait aucune discrimination!!! Merci pour ta générosité à parler de ton histoire. Pour travailler en maison pour les femmes victimes de cette violence, ces témoignages sont précieux comme tout!!! Ils ont un impact important sur les femmes que nous aidons!!! Bonne chance pour la suite!!! Tu es sur la voie de la liberté!!! Merci!!!

    Susy - 2016-03-09 19:45
  • Bravo ma fille tu es jeune et tu t'en sortiras. Félicitation .

    Sunshine - 2016-03-10 18:00
  • j'ai passé près davoir un chum comme ca..une chance que je me suis réveillée à temps..courage a toi et lâche pas tu auras une belle vie jen suis sûr! :) xxx

    Cathy - 2016-03-12 10:47