Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 avril 2016 - 10:56 | Mis à jour : 3 avril 2016 - 20:47

Manifestation contre un registre des armes à feu le 3 avril à Saint-Georges

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Toutes les réactions 4

Le mouvement Tous contre un registre québécois des armes à feu invite la population à se joindre à lui lors de la manifestation contre la création d’un tel registre ce dimanche 3 avril à Saint-Georges.

Celle-ci aura lieu à compter de 9 h devant le bureau du député libéral de Beauce-Sud, Paul Busque.

L’un des organisateurs de l’événement, André Veilleux, croit qu’il existe déjà suffisamment de mesures en place pour acquérir une arme à feu. « Il faut obtenir un permis de possession d’armes à feu, suivre un cours de maniement et une enquête est faite sur la personne en question avant qu’elle ne puisse se procurer une arme à feu, énumère-t-il. Toutes ces informations sont déjà à la disposition des policiers. »

Pour le responsable du mouvement, Guy Morin, le gouvernement devrait investir en santé mentale plutôt que dans la création d’un registre. Celui-ci admet que des crimes sont commis avec des armes de chasse. Toutefois, il apporte une nuance. « La plupart des homicides faits à l’aide d’une arme à feu sont soit un meurtre suivi d’un suicide, soit un suicide. Dans les deux cas, ce qu’il faut, ce n’est pas d’inscrire un numéro de série sur l’arme en question, mais de fournir l’aide que ces gens-là ont besoin », affirme M. Morin.

Ce dernier compare l’enregistrement d’une arme à l’immatriculation d’une voiture. « Ce n’est pas parce qu’un véhicule est immatriculé qu’il ne sera jamais impliqué dans un accident. Le numéro de plaque permet d’identifier le conducteur alors que celui-ci se déplace à grande vitesse. Ce n’est pas le cas d’une arme à feu », ajoute-t-il.

Un registre à quel prix ?

Le gouvernement du Québec estime le coût de la création du registre à environ 20 M$. Selon un article du Journal de Montréal paru le 7 mars, il en coûtera 5 M$ supplémentaires par année en frais de gestion. De son côté, M. Morin évalue le montant à 100 M$ « au minimum ». Quant à l’Association canadienne pour les armes à feu, elle avance la somme de 350 M$ dans un article du Huffington Post daté du 23 mars dernier.

Manifestation

Les deux hommes invitent donc toute la population à venir manifester leur désaccord avec l’implantation d’un registre. « Ça ne concerne pas seulement les chasseurs, mais toute la population. Il faut investir l’argent des contribuables au bon endroit », concluent-ils

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • Le registre, supposément pour la sécurité du publique ,consulté des centaines de fois par jour pour sauver des vies. ALORS POURQUOI les
    proregistre sonts incapables de donner un SEUL exemple RÉEL de vie sauvée par ou a cause de cette inutile bureaucratie?


    J O Bourbelliû - 2016-04-02 09:54
  • j`espère que notre député vas leur tenir tête pour son bien à lui et à toute sa population tener vous debout mrs Busque on se fient à vous


    Bernardin Gagnon - 2016-04-02 09:54
  • J O Bourbelliû . Mr Busque a annoncé qu'il ne se présenterais pas sur place. De toute facon ne soyez pas si pressez de voir ce gaspillage honteux.

    Martin Lampron - 2016-04-02 12:58
  • Le registre des armes à feu n'aurait pas empêché Marc Lépine d'assassiner lâchement des personnes à la Polytechnique.
    La solution consiste plutot à obliger les criminels ayant un casier judiciaire, les malades mentaux agressifs, les groupes criminalisés reconnus comme tel, les individus politiquement subversifs et les citoyens reconnus comme dangereux à remiser leurs armes à feu dans des locaux sécurisés par la S.Q. et à payer pour le faire.
    Le Fédéral à gaspillé 3 milliards 500 millions en pure perte, le provincial s'apprête à en faire autant en confiant ce mandat à leurs petits amis.
    Il y a un seul problème, c'est la charte des droits et liberté de la personne. Alors on n'hésite pas à brimer des millions de personnes qui n'ont rien à se reprocher pour appliquer une solution qui ne réglera rien et cela, on le sait d'avance.
    Demeurons logiques et refusons les absurdités proposées par des citoyens bien intentionnés mais bien mal informés.Il faut modifier la Charte, point.

    Gérald Gosselin - 2016-04-06 10:07