Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 avril 2016 - 09:19 | Mis à jour : 09:43

Les producteurs de lait se mobilisent contre le lait diafiltré

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Toutes les réactions 4

Les Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches ont réclamé au gouvernement fédéral qu’il règle rapidement et définitivement le problème des importations de lait diafiltré lors d’un point de presse hier à la fromagerie la Pépite d’or.

Cette problématique vient du fait que le lait diafiltré provenant des États-Unis est considéré comme un ingrédient laitier lorsqu’il traverse la frontière, ce qui fait en sorte qu’aucun tarif n’est demandé à la compagnie exportatrice tandis que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) le considère comme du lait. Ce faisant, son utilisation pour remplacer le lait dans la fabrication de fromage n’est pas contrôlée.

Le gouvernement a formellement reconnu l’existence du problème. En effet, La Terre de chez nous rapportait le 5 février dernier le contenu d’un courriel du bureau du ministre de l’Agriculture Lawrence MacAulay : « Nous sommes conscients des préoccupations de l’industrie concernant l’utilisation du lait diafiltré dans la fabrication du fromage. Selon les normes compositionnelles du fromage, il n’a jamais été dans les intentions que le lait diafiltré soit utilisé au lieu du lait. Nous travaillons afin d’assurer que les règles sont claires pour tous. Le Canada reconnaît l’importance de mesures de contrôle efficaces des importations et gère ses importations conformément à ses obligations en matière de commerce international. » Cette même déclaration avait été faite deux jours plus tôt lors d’une allocution du ministre devant les délégués des Producteurs laitiers du Canada. Malgré ces engagements répétés, aucune mesure concrète n’a encore été annoncée par le gouvernement deux mois plus tard.

« Cette brèche, si elle n’est pas colmatée, menace clairement la pérennité de notre politique agricole canadienne pour le secteur laitier. Le problème est connu des autorités gouvernementales depuis au moins deux ans, mais n’est toujours pas réglé. La solution au problème des importations de lait diafiltré est politique. Le gouvernement libéral a montré, dans plusieurs dossiers, qu’il est capable d’agir rapidement. Il faut qu’il règle ce problème rapi­dement et une fois pour toutes », a affirmé le président des Producteurs de lait de Chaudière-Appalaches-Sud, Bruno Cyr.

De son côté, le copropriétaire de la fromagerie la Pépite d'or, Bertrand Boutin, explique que son entreprise ne peut être compétitive comparativement aux autres transformateurs de produits laitiers. « L'arrivée du lait diafiltré nous a beaucoup nui. Il a fait baisser les coûts de production, mais pas ceux à l'achat », a-t-il mentionné en ajoutant qu'il y a une différence de prix d'environ 15 à 18 % entre ses produits et les autres. « Nous voulons offrir des produits authentiques faits avec du lait entier provenant uniquement de la région et c'est ce que nous faisons depuis plus de 20 ans », a-t-il renchéri.

Puis, le producteur de lait Renaud Lachance a pris la parole afin d'illustrer les conséquences de l'importation du lait diafiltré. « Je possède une ferme de 225 vaches et je produis en moyenne 7 500 litres de lait par jour. En ce moment, je perds des milliers de dollars par mois, soit entre 70 000 et 75 000 $. Je n'ai jamais vu des pertes comme ça. C'est pire que l'époque où il n'y avait pas de gestion de l'offre. Le gouvernement doit avoir un meilleur contrôle de ses importations de protéines laitières. On jette celles que les producteurs canadiens font, mais on importe celles des Américains », dénonce M. Lachance.

En effet, l’importation des produits laitiers au Canada est limitée par des tarifs douaniers, un contrôle essentiel au bon fonctionnement de la gestion de l’offre, le moyen par lequel les producteurs de lait établissent le meilleur équilibre possible entre l’offre et la demande de leurs produits et qui leur permet de tirer leur revenu entièrement du marché, sans subventions.

Or, depuis la fin des années 90, des ingrédients laitiers entrent au pays sans tarifs en utilisant des failles du classement tarifaire pour contourner les limites d’importation. Le cas actuel le plus grave est celui des isolats de protéines laitières (IPL) et du lait diafiltré, des concentrés de protéines laitières qui remplacent de plus en plus la protéine du lait frais canadien dans la fabrication de certains produits laitiers. L’Union des producteurs agricoles (UPA) estime que les importations d’IPL ont atteint 32 000 tonnes en 2015, causant un manque à gagner de plus de 200 millions de dollars aux producteurs.

« Ces produits sont choisis pour l’importation puisqu’ils permettent à la fois d’éviter les tarifs douaniers et, par manque de cohérence entre l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et l’ACIA, ils permettent aussi d’éviter la limite d’utilisation prévue par les normes de composition des fromages au Canada », a insisté M. Cyr.

Rappelons qu’en 2007, afin de limiter les dommages liés à l’importation de concentrés de protéines laitières et à la suite d’une grande mobilisation des producteurs laitiers, le gouvernement a mis en place des normes de compo­sition des fromages. Ces normes établissent un pourcentage minimum de protéines (caséines) qui doivent provenir du lait dans le fromage et limitent l’ajout d’ingrédients laitiers tels que les IPL pour compléter la recette de fabri­cation. Le problème semblait ainsi réglé jusqu’à l’arrivée du lait diafiltré, en 2013.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • Oh la la ! que de pertes 70 a75 milles par mois, Wow! quel est le chiffre d'affaire pour qu'un agriculteur puisse perde cette argent.Je m'excuse mais si vous pouvez perdre ce montant pourquoi n'etes vous pas régie comme les autres industries ,c'est a dire payer le même tarif horaire pour un travailleur de la construction ,car vous n'etes pas sans savoir que vous ne payer pas le tarif construction qui est la CCQ .La question que tous citoyen se pose est aussi le garanti de revenu que vous avez a la fin de l'année ,que personne d'autres ont droit.La pluparts des agriculteur que je connais sont les tous premiers a acheté les produits les moins chers sur le marché et de provenance exterieur,mais lorsque c'est votre tour,vous pleurnichez.Aussi de mémoire d'homme je n'ai jamais vu un agriculteur se mêler a une manifestation qui n'est pas directement relier a l'agriculture.Vous demandez l'appui de la population mais vous agriculteur jamais on vous verras pour l'appui des autres secteurs.Pardon vous n'avez pas le temps d'aller aider les autres a leurs manifs.Ceci n'est pas pour partir une guerrre d'opinion ,c'est tout simplement mon opinion .Proprio d'une entreprise ,je n'ai jamais eu une assurance revenu, car si je n'ai pas de revenu avec des pertes de 70a750 milles par mois ,je serais en faillite le premier mois . Ah! vous me dirai que l'assurance revenu vous la payer ,n'oublier pas que vous êtes seul a en bénificier et qu'aucune autre entreprise n'a droit. Je vous mentionne de même que je ne suis aucunement jaloux .Je vous trouve simplement pleurnichars avec vos formule S O S . Faite comme les autres travailleurs ,losque l'on subit des pertes on vit avec .Calcul 75000.00 divisé par 225 ca fais un gros 333.00 par vache par mois de perte ,coudonc ca raporte combien une vache par mois. On aimeraient savoir combien ?
    Bonne journée

    ROCO - 2016-04-08 14:56
  • Rocco si tu aimes mieux manger la merde américaine fine for you. mais pas moi

    peter - 2016-04-08 15:15
  • Assez réfléchi comme réponse ,pour ce qui est de la marde americaine ,essaie de changer de nom Peter pour Pierre Des Champs .Un peu d'humour SVP.
    Dernière opinion
    Aurevoir, Pierre et surtout si tu n'aime pas les Américains et, ou leurs produits ne te sers pas de leurs langue écrites ou parlé. Comme plusieurs peuvent le constater lorsque l'on émet une opinion sur l'agriculture ,vous finissez toujours avec votre fameuse histoire de marde. De ce que l'on sache de la marde Américaine ,elle est et sera manger par plusieurs agriculteurs ,lorsque venu la vente de leurs fermes et l'achat d'un beau condo en Floride .Donc Pierre bonne retraite et surtout bonne santé.

    roco - 2016-04-08 16:23
  • M. Rocco, vous parlez d'assurance revenu en agriculture. Vous parlez probablement de l'assurance stabilisation des revenus agricoles (ASRA) ou d'Agri-stabilité? Si c'est bien le cas, sachez que ces programmes ne s'appliquent pas aux productions sous gestion de l'offre, comme celle du lait. Sachez aussi que les producteurs qui bénéficient de ces programmes en paient une bonne partie de leurs poches.

    Par ailleurs, ces programmes existent tout simplement pour assurer que l'agriculture québécoise, qui représente des dizaines de milliers d'emplois, ne tombe pas par terre en raison d'une mauvaise année de récoltes.

    Frédéric Poulin - 2016-04-13 13:33