Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 mai 2016 - 06:00

Gestion de l'offre : les producteurs de lait, d’œufs et de volailles déplorent les propos de Maxime Bernier

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Toutes les réactions 3

Les producteurs de lait, d’œufs et de volailles de la Chaudière-Appalaches sont déçus des récents propos du député fédéral de Beauce et candidat à la chefferie conservatrice, Maxime Bernier, concernant la gestion de l’offre.

Rappelons qu’il a mentionné dans une entrevue accordée à Sun Media que s’il était élu, il abolirait le système de la gestion de l’offre dans les secteurs du lait, des œufs et de la volaille.

« Encore l’automne dernier, à la veille des élections, les députés conservateurs de la région, incluant Maxime Bernier, nous promettaient que la gestion de l’offre serait préservée », rappelle le président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches, Paul Doyon. « Ce virage à 180 degrés du député fédéral de Beauce est décevant pour les centaines d’entreprises agricoles sous gestion de l’offre en Chaudière-Appalaches. Néanmoins, cette course à la chefferie conservatrice a le mérite de nous dévoiler le vrai visage de Maxime Bernier et de nous rappeler l’idéologie qui l’anime. »

On dénombre 1 420 entreprises agricoles sous gestion de l’offre en Chaudière-Appalaches dans ces trois domaines. « Maxime Bernier a déjà qualifié les producteurs qui tiennent à la gestion de l’offre d’illettrés économiques. S’il mettait de côté un instant son utopie libertarienne et qu’il prenait le temps de compter, M. Bernier comprendrait que la fin de la gestion de l’offre entraînerait des conséquences désastreuses sur la rentabilité de milliers d’entreprises agricoles et sur l’économie de nos régions rurales. »

En effet, la baisse de la demande chinoise, l’embargo russe sur les produits européens et l’augmentation soudaine de la production laitière européenne découlant de l’abandon de la gestion de l’offre en 2015 ont entraîné une crise mondiale du lait. Seulement 8 % de la production laitière mondiale est exportée, mais ce marché marginal dicte le prix intérieur des pays exportateurs.

En Europe, les producteurs de lait subissent une baisse de revenus de quelque 30 % depuis un an. L’Union européenne a dû débloquer 500 millions d’euros d’aide d’urgence, en plus des quelque 60 milliards d’aide annuelle à l’agriculture prévus par sa politique agricole commune. Malgré toutes ces subventions, les producteurs n’arrivent plus.

Pour la Nouvelle-Zélande, qui exporte plus de 90 % de sa production, c’est pire encore. Les producteurs de lait absorbent une baisse de revenu de plus de 50 %. La dette des fermes a triplé depuis trois ans et 85 % des producteurs produisent à perte. De plus, les consommateurs ne profitent pas de la situation et paient leur litre de lait plus cher qu’ici. En 2014, le litre de lait se vendait 1,69 $ en Nouvelle-Zélande et 1,46 $ au Canada. Le litre de lait américain se vendait alors seulement 1,27 $, mais il faut spécifier que la production laitière américaine est subventionnée à coup de milliards par le biais du Farm Bill, contrairement au Canada et au Québec. « Ici, on ne subventionne pas du tout la production du lait, de la volaille et des œufs, grâce à la gestion de l’offre que Maxime Bernier souhaite éliminer », rappelle M. Doyon.

« Certains croient encore à la magie du libre marché mondial en agriculture et se demandent pourquoi les producteurs sous gestion de l’offre n’ouvrent pas leur marché au reste du monde. La réponse est simple : pour éviter ce chaos et pour continuer de vivre décemment de leur production sans dépendre des subventions gouvernementales, comme leurs collègues européens et américains. En plus d’être subventionnés pour le produire, les Américains contournent notre système avec leur lait diafiltré. La porte est déjà entrouverte pour les tricheurs du libre marché et Maxime Bernier souhaite l’ouvrir davantage », déplore M. Doyon.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Je suis d'accord avec M.Doyon et les producteurs devraient se rappeler de ce mot si gentil de M. Bernier à la prochaine élection. On sait lire plus qu'il ne le croit. Une ex-productrice de lait

    grand-mère - 2016-05-19 20:07
  • C'est incroyable d'être aussi "illetré économique" que Maxime Bernier. La belle campagne québécoise risque de faire pitié, peur, honte si demain on laisse tomber la gestion de l'offre. Les conséquences économiques seront énormes et personne n'a l'air de le comprendre. On mange 3 x par jour. Comme le disait mon grand-père né en 1914 : le pain n'est jamais dur, mais pas de pain ça c'est dur..... Un jour l'homme apprendra que l'argent ne se mange pas

    Patricia Brullhardt - 2016-07-08 09:09
  • Je pense que c'est lui l'illettre économique y a rien compris au système de la gestion de l'offre cela fait plus de 40 ans que ça fonctionne

    Nicki - 2016-07-08 23:12