Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
1 juin 2016 - 15:58 | Mis à jour : 16:52

L'école Jésus-Marie de Beauceville amasse plus de 13 000 $ pour Leucan

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Ensemble, six élèves et deux professeures de l’école Jésus-Marie de Beauceville ont amassé plus de 13 000 $ pour Leucan en relevant le défi Têtes rasées cet avant-midi.

À tour de rôle, les héros du jour, comme les a surnommés la chargée de projet de Leucan, Karine Lafrenière, ont énuméré les raisons qui les ont poussés à se raser la tête ou de se couper une couette d’au moins huit pouces dans le cas des trois adolescentes et des deux enseignantes.

Deux points sont revenus souvent pendant les allocutions des participants, soit le fait que ce soit une bonne cause et le fait que ça touche beaucoup de gens. Puis, les ciseaux et les rasoirs se sont attaqués à la chevelure d’Alexandre Lefebvre, Maude Carrier, Marc-Antoine Tétreault-Roy, Marc-Olivier Roy, Ève-Marie Couture, Alicia Legendre, Coralie Drouin et Paméla Labbé. À noter qu’Alexandre a amassé un impressionnant total de 8 500 $. Ce montant seul dépasse la somme totale amassée l’année précédente.

Avant que les cheveux ne tombent, l’animateur de la vie étudiante, Michel Mercier, a tenu à souligner le courage de deux personnes touchées par cette maladie, soit à la professeure Caroline Fortin dont la sœur souffre d’un cancer neuroendocrinien et à la mère d’Ève-Marie Couture, qui participe au Défi, Nathalie Couture.

Leucan a été créé par des parents afin de venir en aide à ceux et celles qui doivent composer avec le cancer. « C’est toute la famille qui est touchée indirectement lorsqu’une personne est atteinte de cette maladie. Nous les soutenons non seulement au niveau financier, mais aussi au niveau psychologique, que ce soit simplement en discutant avec les gens ou en faisant des activités avec les malades. Nous offrons aussi de la massothérapie pour que les plus jeunes sentent un contact physique apaisant au lieu des contacts physiques douloureux qu’ils subissent lors des traitements », explique Mme Lafrenière.

Mentionnons en terminant que l’organisme finance également la recherche clinique. « Grâce à cela, le taux de mortalité chez les enfants atteints d’un cancer est passé de 80 % dans les années 1970 à 20 % en 2016 », conclut la chargée de projets.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.