Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
22 juin 2016 - 11:42

L'ADOberge reçoit la visite du ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a rendu visite à l’ADOberge Chaudière-Appalaches le 21 juin pour en apprendre davantage sur les difficultés que vivent les jeunes et le rôle joué l’organisme.

Cette visite a permis aux jeunes hébergés d’échanger avec le ministre lors d’un repas-causerie où ils ont pu en savoir plus sur le rôle parlementaire et son travail de ministre. M. Coiteux, de son côté, en a profité pour s’entretenir avec les jeunes sur les problèmes qu’ils vivent et la démarche qu’ils ont entreprise avec l’ADOberge.

Après avoir participé aux tâches du repas en leur compagnie, il a ensuite visité la maison d’hébergement et s’est entretenu avec le nouveau président, Alain Gelly, la nouvelle vice-présidente de l’organisme, Véronique Turgeon, ainsi que le directeur général, Jérôme Métivier.

Cette rencontre a permis d’expliquer la prévention faite auprès des jeunes et l’intervention réalisée à un moment crucial pour eux et leurs parents dans un contexte de volontariat pour éviter le pire. Les fugues et ses conséquences possibles (prostitution, délinquance, etc.) ont également été au nombre des sujets abordés. Les statistiques préoccupantes de l’ADOberge sur l’augmentation de 209 % des demandes en dix ans, le refus d’un jeune sur deux par manque de place et du délai d’attente de 21 jours ont été partagés au ministre.

D’ailleurs, selon le directeur général, « que ce soit pour des problèmes familiaux, d’intimidation, d’idées suicidaires, de consommation ou de violence, ce délai est beaucoup trop long lorsque le jeune vit une situation difficile et qu’il demande de l’aide immédiate surtout pour avoir un répit d’une situation et être en sécurité. Il faut une prise en charge rapide des jeunes vulnérables par les acteurs de la communauté concernés et que cela se déroule de façon coordonnée entre eux. L’ADOberge réalise cette coordination clinique au quotidien depuis maintenant 18 ans, mais manque de moyen pour couvrir tous les besoins. »

Le projet d’ouverture d’une seconde maison d’hébergement à Saint-Georges, la solution mise en chantier par l’ADOberge et ardemment souhaitée par le milieu communautaire et social, a été l’un des sujets abordés au cours de cette soirée. Lors de sa visite, le ministre a par ailleurs confirmé l’annonce d’une contribution de 25 000 $ de son fonds discrétionnaire 2015-2016 pour soutenir la mission de l’ADOberge à court terme.

En parallèle et pour le moyen terme, l’organisme a déposé une demande de financement de 125 000 $ par année pendant trois ans au Programme prévention jeunesse, programme soutenu par le ministère de la Sécurité publique afin de mettre sur pied le nouveau point de service. L’organisme est en attente d’une réponse.

Pour le long terme, l’ADOberge souhaite qu’une solution permanente soit trouvée rapidement en concertation avec les décideurs gouvernementaux afin de financer les activités d’un deuxième point de service devenu nécessaire dans la région.

La campagne de financement pour l’ouverture de la maison de Saint-Georges est toujours en cours et tous les dons sont les bienvenus.

Les personnes intéressées à contribuer peuvent consulter le site Internet de l’ADOberge, www.adoberge.com, contacter directement l’organisme au 418 834-3603 ou par courriel à direction.generale@ladoberge.ca.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.