Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 octobre 2016 - 15:09 | Mis à jour : 15:42

Prolongement de l’autoroute 73 jusque dans le Maine : Hervé Pomerleau s’accroche à son rêve

Lorraine Légaré

Par Lorraine Légaré, Journaliste

Toutes les réactions 17

Après que le troisième tronçon de l’autoroute 73 ait officiellement été ouvert à la circulation à Saint-Georges, le 30 septembre dernier, et alors qu’il semble impossible, aujourd’hui, de connaître la date de son inauguration officielle par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, Hervé Pomerleau, fondateur du Groupe Pomerleau, s’accroche toujours à son rêve de voir l’autoroute 73 étendre ses voies jusqu’à la frontière avec l’état voisin, le Maine, et même, pourquoi pas, cela représentant son ultime désir, jusqu’à Boston, dans le Massachusetts.

M. Pomerleau, qui a présidé à la mise sur pied du comité de pression Les Amis de l’autoroute 73, dans le milieu des années 90 et qui a continué, jusqu’à ce jour, à se battre pour que l’autoroute 73 non seulement voit enfin la réalisation du troisième tronçon, de Saint-Joseph jusqu'à Saint-Georges, se concrétiser, après de multiples retards et démêlés juridiques, continue de penser qu'il serait extrêmement souhaitable, pour le développement du tourisme et afin de favoriser les échanges commerciaux avec les États-Unis, que l'autoroute 73 atteigne au moins les lignes américaines, situées entre Jackman, dans le Maine, et Saint-Théophile, dans la Beauce.

Poursuivant toujours ses relations avec certains des membres de la délégation de l'association américaine du Forum francophone des affaires, qui, en 2002, à l'occasion d'un dîner de la Chambre de commerce, avait souligné, par la voix de son président de l'époque, Séverin Béliveau, avocat réputé en Nouvelle-Angleterre, qu'il était urgent de se doter d'un réseau routier convenable des deux côtés de la frontière, Hervé Pomerleau, 14 ans plus tard, alors que le Groupe Pomerleau fête cette année ses 50 ans d'existence (incorporation en 1966), se désole de la lenteur des choses. 

Y aura-t-il une inauguration officielle ?

Quant à l'inauguration officielle du troisième tronçon de l'Autoroute 73 qui, après qu'on ait annoncé qu'elle aurait lieu le 7 octobre et qu'il est, pour le moment, impossible d'avoir une date, l'homme d'affaires a baissé les bras : « Pour les Amis de l'autoroute, Donovan, Lessard et compagnie, on laisse faire l'inauguration, mais on invite les Américains, qu'on a contactés, à venir à Saint-Georges, constater que c'est fini, premièrement, mais on veut repartir un mouvement qui va faire en sorte que ça va aller plus vite un peu pour aller vers le Maine. Et ça ne sera pas difficile à repartir, parce que c'est populaire dans la population que l'autoroute se continue. » Il poursuit, un peu amer et se demandant s'il y aura bel et bien inauguration officielle : « Avec les maires, le Ministre (des Transports), va faire une petite cérémonie banale, ben, ben banale, avec un vin d'honneur, quelque chose de même, le long de l'autoroute, sur le chantier, là où ç'a été arrêté pendant six, sept ans, pour une bagatelle de coupure d'une terre. »  Parlant au nom des Amis de l'Autoroute 73, Hervé Pomerleau poursuit : « On a décidé qu'on ne serait pas de l'inauguration officielle, on était dans le bureau du député Paul Busque, qui dit qu'il ne veut pas s'instaurer dans le domaine du Fédéral, il veut rester dans le domaine du Provincial, parce que c'est trop chatouilleux tout ça. »

M. Pomerleau soutient qu'à partir de maintenant, le prolongement de l'Autoroute 73 est strictement de juridiction fédérale; de son côté, le député de Beauce et candidat à la direction du Parti conservateur Maxime Bernier, rappelle que les juridictions ont toujours été partagées entre Québec et Ottawa. M. Bernier, qui, en tant que député, souhaiterait également voir l'autoroute se prolonger jusqu'aux États-Unis, croit que c'est au Canada à faire les premiers pas : « La balle est dans notre camp, le Québec et le Canada doivent bouger. On va devoir faire notre bout jusqu'à la frontière, montrer aux Américains qu'on est sérieux avant que, de leur côté, ils investissent des grosses sommes d'argent sur le réseau routier américain qui relie le Maine à la Beauce. »

Mais Hervé Pomerleau croit que ça ne bougera pas vite du côté provincial : « Alors, là c'est réglé, les travaux sont terminés, ça permet à l'autoroute d'être ouverte, à Saint-Prosper, jusqu'à la fin, comme autoroute. Pour la suite, là, eux autres, ça les intéresse pas d'en parler, pour le moment, parce que c'est de juridiction fédérale et puis, là, ils ont peur que ça crée des animosités entre eux s'ils l'annoncent au nom du Fédéral, etc. Ils ne savent pas comment faire exactement, ils ne sont pas rendus là, c'est des fonctionnaires, tout simplement, qui ne fonctionnent pas vite. »

Des Amis pas contents, mais qui prolongent leur implication

« Ça ne fait pas notre affaire du tout, de renchérir M. Pomerleau, on a dit à des membres de la possible future délégation américaine que c'était suspendu, que, pour le moment, on ne connaît pas la date, mais on s'en occupe plus, on laisse faire ça, avec le Fédéral. Généralement, les gens acceptent que ce soit de juridiction fédérale, parce que c'est pour aller vers un autre pays, ce n'est pas pour desservir d'autres villages, c'est pour raccorder le réseau routier québécois avec le réseau américain. Ce qui va les inciter le plus, parce qu'eux autres, ils disent, là on fait notre bout, là, mais, avant que ça soit fait, il faut qu'il y ait des discussions entre les hauts fonctionnaires de ces deux pays-là. Les Amis de l'autoroute vont s'arranger pour qu'il y en ait des discussions, on en est rendus, nous, avec le consulat américain à Québec, et le Consulat canadien qui est à Boston. Pour stimuler les affaires, le tourisme, l'économie, les échanges entre les US et le Canada, le Consulat est là pour ça. Ça en est là, on ne peut pas stipuler plus que ça. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

17 réactionsCommentaire(s)
  • Y verra pas ça de son vivant c'est certain

    Sylvie - 2016-10-07 16:36
  • Il y a du monde qui vont dénigrer ce projet et dire que c'est non-nécessaire mais il faut aussi avoir un peu de vision à long terme.

    Ça semble peut-être irréaliste de proposer la 73 jusqu'au Étas-Unis mais pourquoi pas y songer sérieusement et voir les options?

    André G. - 2016-10-07 17:12
  • Dans ses rêves est le seul endroit où il la verra! C'est beau être visionnaire, mais faut demeurer réaliste! Et la réalité est qu'il aura fallu près de 50 ans pour partir de Québec à St-Georges...et à moins qu'une ville de 100 000 habitants pousse d'ici au Maine sous peu, oubliez l'autoroute tout de suite! Désolé pour les rêveurs!

    Michel J. - 2016-10-07 18:19
  • Félicitations Lorraine

    Yvon Labbé - 2016-10-07 20:18
  • Bien moi je lui souhaite de voir cela de son vivant. Quand les Américains vont se décider, ça ne prendra pas 50 ans avant de se réaliser.

    Ils ne niaisent pas, eux-autres.

    R. Poulin - 2016-10-07 20:21
  • M.Pomerleau,
    Vous êtes un homme d'affaire qui s'est taillé une place très respectable dans le monde de la construction. Vous rêvez d'un lien vers la frontière, vous y avez droit.
    Je crois que vous sautez une étape, ce dont nous avons besoin avant tout, c'est d'une route de contournement pour nos transporteurs routiers. La cent cinquantième rue n'a-t-elle pas été pensée en ce sens.
    Pourquoi vous enchevêtrer dans les corridors
    des gouvernements Fédéraux?
    Pourquoi ne pas utiliser votre influence ici dans votre patelin? Parfois les rêves dépassent la faisabilité. Imaginez les coûts d'un tronçon qui passerait dans les montagnes entre Jackman et Skowhegan, je ne suis pas convaincu d'y voir embarquer nos voisins.
    Rêvons Canada, rêvons Québec, rêvons Saint-Georges.


    Lambert - 2016-10-08 08:17
  • C'est vrai que la Route 201 dans le Maine est sinueuse et en montagnes, elle a été faite il y a des décénnies avec les moyens du bord et direct au bord de l'eau, d'où le fait qu'elle est hyper sinueuse.

    Mais dites-vous que la 175 vers le Saguenay est dans le même genre de paysage montagneux et sinueux et on y a fait une Route à 4 voies séparées avec aucune ville sur 200 KM! Que du bois!

    L'argument que "c'est pas faisable" de faire une autoroute dans le Maine ne n'y crois pas. Et il y a un marché de plus de 300 millions d'habitants au bout de cette route l'autre côté de la frontière!

    J. Landry - 2016-10-08 09:16
  • C'est bien beau de rêver de se rendre jusqu'au Maine et je n'ai rien contre ça. Le rêve ne coûte rien et c'est souvent ce qui nous permet d'avancer.

    Auparavant, nous avons deux "dossiers" qui devraient nous préoccuper et pour lesquels nous devrions mettre tous les efforts: 1. Rendre l'autoroute jusqu'à la 150e Rue (que ce soit sous la forme d'un boulevard urbain, tel que conçu au départ, ou d'une véritable autoroute), ce qui débloquerait complètement le centre-ville des camions et du traffic en provenance du sud de Saint-Georges. 2. Rendre l'autoroute actuelle complètement à l'extrémité sud de Saint-Georges (à partir de la 192e Rue...) encore là sous forme d'un boulevard urbain ou d'une véritable autoroute.
    ,
    Si on réussit une de ces deux options, après, ce sera le temps de se battre pour se rendre jusqu'au Maine.

    DY - 2016-10-08 12:07
  • Je partage totalement l'opinion de DY. Projet tout à fait irréaliste, faudrait que le volume de circulation soit au moins dix fois plus élevé pour seulement commencer à y songer. Non pas que je n'aimerais pas ça, mais le coût est prohibitif tenant compte de la non urgence d'une telle infrastructure... Du rêve... Oubliez ça.

    Réaliste - 2016-10-08 13:55
  • Pas besoin de s'appeler Hervé Pomerleau pour rêver à L'autoroute !??

    ti-vieux - 2016-10-08 18:56
  • Bravo Monsieur Pomerleau ! Merci de vous battre encore une fois pour que la Beauce puisse avoir enfin ce qu'elle mérite: un réseau autoroutier digne du 21e siècle. Je vous appuie à 100 %. Il y a tellement d'argent qui se dépense pour des niaiseries au Québec, qu'ils investissent pour que la 73 se rende aux États-Unis.

    Roger R. - 2016-10-09 10:48
  • C'est réaliste de penser qu'on peut faire un prolongement de 3 à 6 KM jusqu'au sud de Saint-Georges relativement rapidement.

    La suite vers St-Côme ou Armstrong sera plus difficile à faire avaler au gouvernement du Québec qui ne veut rien savoir...

    Mais en même temps, avec seulement quelques millions on peut facilement construire notre bout. Si on gérait mieux notre argent et qu'on éviterait les dépassements de coûts dans tout (CHUM, informatique, etc.) On aurait déjà le budget pour faire cette route!


    Louison - 2016-10-10 08:15

  • Maxime Bernier est en pleine période de foisonnement d'idées et de projets de société pour devenir premier ministre. C'est le temps de solliciter son appui dans cette réalisation. Nous avons notre homme.

    Ghyslain - 2016-10-10 11:16
  • Un décret puis enfin une loi spéciale, c' est pourtant pas une bagatelle! Ça vous a coûté combien tout ça pour en vouloir encore aux citoyens ayant dénoncés les gestes illégaux du gouvernement devant les tribunaux!

    René - 2016-10-10 13:49
  • N'en déplaise à certains: le chemin le plus court entre Québec et Boston est de passer par la Beauce. Oui, c'est plus long que de passer par Sherbrooke (30 minutes de plus) parce que nous devons passer par les routes nationales 173 et 201 où la limite de vitesse n'est pas élevée, il faut traverser de nombreux villages et la route est sinueuse.

    Une autoroute permettrait de rouler plus vite et donc d'abaisser la durée du trajet de plusieurs minutes, ce qui attirerait assurément plus de trafic. Tout le monde veut économiser du temps. Si les gens du Maine font pression auprès de leur gouvernement à Augusta et à Washington D.C. rien n'est impossible.

    Merci Monsieur Pomerleau de croire en ce projet.

    R.F. - 2016-10-10 16:17
  • J'y croit fortement à se projet que l’autoroute 73 relierait jusque dans les frontière américaine.Sa serait vraiment une nécessiter.

    Max - 2016-10-17 01:35
  • Perds pas ton temps Hervé... prends ton Jet pis va t'en en Floride en prendre une à notre santé.

    pepe - 2016-10-20 15:03