Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 mars 2017 - 18:04 | Mis à jour : 18:25

Adam Auclair motive les élèves de la polyvalente Saint-François

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Le footballeur du Rouge et Or de l’Université Laval, Adam Auclair, a donné une conférence à des élèves de la polyvalente Saint-François le 20 mars en après-midi.

L’athlète de Notre-Dame-des-Pins a raconté son parcours qui l’a mené jusqu’à la conquête de la coupe Vanier en novembre dernier, en passant de tous les obstacles qu’il a traversés. « Je me suis dit que si j’étais capable de motiver des jeunes comme vous à persévérer dans n’importe quel domaine, ce pourrait être ma paye aujourd’hui », a-t-il déclaré d’entrée de jeu.

Il a expliqué avoir commencé à faire du sport lors de sa maternelle. À l’époque, il pratiquant la natation, puis le hockey. Se rendant compte que ce n’était pas pour lui, il a alors opté pour le karaté. Il a cependant arrêté ce sport en première secondaire pour se concentrer sur le football. « En quatrième année, j’ai demandé à mon père si je pouvais jouer au football. Normalement, il faut être en cinquième année pour commencer à jouer au primaire », se remémore-t-il. Son père a alors contacté le responsable des sports à l’époque pour lui demander et il a accepté.

Adam a traversé plusieurs obstacles pour se rendre jusqu’au football universitaire. En troisième secondaire, son gabarit l’a rattrapé. « Je jouais avec les Dragons cadets. C’est là que ma grandeur et mon poids (5’ 4’’ et 115 lbs) ont commencé à me rattraper. J’étais plus petit que tout le monde. À l’époque je voulais jouer porteur de ballon, mais m’ont entraîneur m’a dit que ce n’était pas possible, car j’étais trop petit. Il m’avait donc transféré receveur de passes. Par contre, je jouais encore en défensive », raconte le Beauceron.

La quatrième secondaire a été pénible pour celui qui présidera le Défi PSF en juin avec son frère Anthony. « Honnêtement, ce fut l’année qui a été la plus difficile dans ma carrière sportive et aussi à l’école. J’étais partant, mais je ne jouais qu’à une seule position. Au troisième match de la saison, j’ai connu ma pire performance et je me suis blessé. La semaine suivante, mon remplaçant a connu une excellente partie, ce qui a fait que je n’ai pas pu rejouer de l’année. J’allais à l’école pour jouer au football. Je ne pouvais pas jouer si j’avais de mauvaises notes. Être cloué sur le banc, ça m’a donné une mauvaise attitude et vraiment moins de motivation à l’école, mais j’ai quand même persévéré », se rappelle-t-il.

Un autre événement a secoué sa quatrième secondaire. Pendant le congé des fêtes, il a reçu un appel lui apprenant que l’un de ses amis s’était enlevé la vie. « J’étais à une soirée avec des amis lorsque j’ai reçu un appel sur mon téléphone : un de mes amis avait décidé de s’enlever la vie. Je l’ai vécu vraiment difficilement. Le retour en classe a aussi difficile. On était tout le temps ensemble. Il fallait se faire à l’idée qu’il ne serait plus là. Ce qui le faisait triper, c’était le football, comme moi. J’ai alors décidé de lui rendre honneur en réalisant son rêve de jouer collégial division 1. Je ne comprenais pas pourquoi il avait fait ça, mais je me suis dit que si je pouvais réaliser son rêve, ça m’aiderait aussi à passer à travers », ajoute Adam.

Par la suite, il a continué d’expliquer son cheminement, notamment sa première tentative pour faire partie de l’équipe Québec où il a été retranché lors de la troisième coupure en raison d’une blessure. L’année suivante, il parvient à se tailler un poste comme partant et remporte la coupe Canada.

Il a ensuite participé trois fois au bol d’or avec les Cougars du Collège Champlain de Lennoxville, le remportant à deux reprises. Il a également fait partie d’équipe Canada lors de ses premières années de Cégep avant de finalement rejoindre son frère Anthony avec le Rouge et Or de l’Université Laval où ils ont remporté une coupe Vanier ensemble.

« Si j'avais été le genre de gars qui abandonne quand il frappe un mur, je n'aurais jamais été à Team Québec, Team Canada, je n'aurais jamais gagné avec Lennoxville. Je serais resté chez nous, j'aurais tout arrêté. Qu'est-ce qui serait arrivé, je ne le sais pas. Quelqu'un me disait tout le temps : “If you want something, go get it” (Si tu veux quelque chose, va le chercher). Peu importe votre domaine de prédilection, que ce soit l'école, la musique, les arts ou les sports, c'est bon dans tout », conclut-il.

La conférence s'est ensuite terminée par des questions des élèves et par une séance de photos alors que les élèves étaient invités à se faire photographier en compagnie d'Adam Auclair et de la coupe Vanier.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.