Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 mai 2017 - 11:51 | Mis à jour : 12:00

L'APBB cherche de nouveaux moyens pour sécuriser l'accès au marché des bois de sciage

L’Association des propriétaires de boisés de la Beauce (APBB) fera les démarches avec les partenaires de la forêt privée, tels que les groupements forestiers, les syndicats de bois voisins et les usines de sciage, pour réfléchir conjointement aux moyens de sécuriser l’accès aux marchés des bois de sciage dans la région.

Cette résolution a été adoptée par l’Assemblée générale de l’Association le dimanche 30 avril 2017, au Journel à Saint-Joseph, qui a rassemblé plus de 200 propriétaires de boisés. Cette rencontre a permis aux propriétaires de donner leur opinion et d’exprimer certaines craintes quant à une implication de l’Association dans la mise en marché du sciage.

L’Association a réaffirmé son désir de travailler conjointement avec tous les partenaires, et d’inventer ensemble un nouveau modèle. « Est-ce qu’on peut regarder un modèle économique beauceron », leur a lancé le président, Éric Cliche, en droite ligne avec la « vision » énoncée pour une première fois dans le rapport annuel. « Comment peut-on s’organiser ensemble pour faire mieux », a-t-il demandé aux gens dans la salle.

Le directeur général Martin Ladouceur avait d’abord mis la table en laissant entendre que les producteurs d’ici avaient avantage à s’organiser, sans quoi ils pourraient céder des parts de marché au bois de la forêt publique et à d’autres sources, dans le futur.

L’approvisionnement des dix principaux acheteurs de bois en Beauce, en 2016, provient à 62 % des USA et de la forêt publique/BMMB, à 25 % de la forêt privée hors de la Beauce. Les producteurs d’ici n’ont fourni que 13 % de ces approvisionnements, alors que nous aurions la capacité d’en fournir plus. « La Beauce occupe une place minoritaire sur le marché du sciage, et ces parts de marché ne sont pas garanties. La pression vient de la forêt publique via le Bureau de la mise en marché des bois et du marché américain. Nos marchés sont attrayants pour les autres régions et certaines réfléchissent déjà à une implication dans le sciage pour augmenter leurs parts de marchés », a affirmé M. Ladouceur.

« Le statu quo serait néfaste pour l’ensemble des producteurs de la région. On doit réfléchir à des mécanismes de mise en marché collective qui seront flexibles, simples et efficaces, et qui répondront aux besoins des producteurs et de l’industrie dans une formule gagnant-gagnant », a-t-il ajouté. Il a tenu à rassurer ceux qui craignent des quotas dans le sciage. « La situation dans le sciage est très différente de celle dans le bois à pâte ».

Les résultats du sondage postal réalisé au début de l’hiver ont démontré qu’une majorité de propriétaires de boisés étaient en faveur que l’Association négocie pour eux avec l’industrie pour des volumes de bois et le prix des billots, de même que pour les prix du transport; l’appui est moins marqué pour l’organisation du transport tandis que les propriétaires ne sont pas vraiment en faveur que l’Association s’occupe de la paye des billots ou qu’elle mette en place une cotisation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.