Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 juin 2017 - 13:59 | Mis à jour : 18:58

La FQM et l'UMQ dénoncent la nouvelle taxe américaine sur le bois d'oeuvre canadien

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Le gouvernement américain a décidé d’imposer une nouvelle taxe sur le bois d’œuvre, soit des mesures antidumping de 6,87 %. Cette taxe s’ajoute à celle de 19,88 % imposée en avril dernier.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) condamne la décision du gouvernement américain, qui va affecter « directement les 225 municipalités qui vivent de l’industrie du bois au Québec ». « Pour les communautés forestières du Québec, c’est un autre coup dur que cette nouvelle taxation injuste imposée par le gouvernement des États-Unis. On s’est préparé à faire face à cette tempête. On a modernisé notre régime forestier. Au Québec, on est habitué de se serrer les coudes quand les choses tournent mal et c’est ce que l’on va continuer de faire jusqu’à ce que cette crise soit résolue », a affirmé le président de la FQM, Richard Lehoux.

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) abonde dans le même sens que la FQM. « L’annonce d’aujourd’hui [mardi] n’a rien de surprenant. L’intention du gouvernement américain était connue depuis longtemps. Nous réitérons à la ministre des Affaires étrangères du Canada, Chrystia Freeland, l’urgence d’en arriver le plus rapidement possible à un accord sur le bois d’œuvre reconnaissant le régime forestier québécois, puisque celui-ci respecte les règles de libre marché exigées par nos partenaires américains », a déclaré le vice-président de l’UMQ, Alexandre Cusson.

« En s’engageant davantage dans la voie du protectionnisme, les États-Unis pénaliseront leur propre économie. La demande en bois québécois et canadien demeurera élevée, néanmoins, les consommateurs et les constructeurs américains devront payer leur bois près de 30 % plus cher. Au bout du compte, tout le monde sortira perdant de ce conflit. Aujourd’hui, il faut se retrousser les manches, passer à travers la crise et travailler ensemble pour valoriser notre industrie en misant par exemple sur les sous-produits du bois », a pour sa part indiqué le président du Comité sur la forêt de l’UMQ, Mario Provencher.
 
De plus, une rencontre sur les impacts de cette nouvelle taxe sur l’économie du Québec et sur les mesures de soutien pour l’industrie a eu lieu mardi après-midi au salon rouge de l’Assemblée nationale. « Cette rencontre est importante pour démontrer toute la solidarité dont peut faire preuve la société québécoise lorsqu’elle est soumise à l’adversité. Je tiens d’ailleurs à remercier le premier ministre, Philippe Couillard, de cette initiative. Ensemble, on va soutenir nos communautés forestières et on va passer au travers de cette crise », a ajouté M. Lehoux.
 
Les intervenants ont également discuté des futures négociations qui découleront de la réouverture de l’ALENA par Donald Trump. La FQM s’inquiète que la gestion de l’offre soit utilisée comme monnaie d’échange au cours du processus. « La gestion de l’offre n’assure pas seulement un revenu stable pour les producteurs agricoles, elle permet aux municipalités de compter sur suffisamment d’entrepreneurs qui occuperont et développeront le territoire. C’est essentiel si l’on veut assurer la vitalité des régions du Québec », a conclu le président de la FQM.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.