Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 juin 2017 - 15:03

Nos conseils pour renforcer la sécurité des travailleurs sur les chantiers

article commandité

C'est un sujet qui fâche, car, dans la plupart des cas, les accidents de chantier peuvent être évitables. La sécurité des chantiers au Québec est régulièrement dénoncée par les associations et les syndicats. Que faire lorsqu'on est responsable d'un chantier pour renforcer la sécurité ?

La sécurité sur les chantiers : un sujet sensible

La sécurité sur les chantiers est un sujet d'actualité brûlant. L’Association des travailleurs de la signalisation routière du Québec (ATRSQ) a, par exemple, récemment réclamé une campagne de sensibilisation à destination des automobilistes.

« Au Québec, quand un automobiliste frappe un signaleur, c’est 133 $ et trois points d’inaptitude », a ainsi fustigé le président de l'ATRSQ en février 2017, ajoutant que « la loi du corridor routier n’est pas respectée envers les installateurs de chantiers ».

En 2014-2015 le chantier du CHUM à Québec avait défrayé la chronique avec ses multiples accidents de chantier (55 rien que pour l'année 2014!).

En 2016, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a annoncé une année record pour les accidents de chantiers. Le nombre de travailleurs tués sur les chantiers de construction du Québec a en effet doublé l'an passé.

L'industrie de la construction est la plus fortement touchée, avec 1 travailleur sur 4 décédé en 2016.

Quelles solutions existent pour protéger les travailleurs ?

Sur la route, 8 radars photo sont utilisés pour surveiller les chantiers montréalais et environ 150 chantiers bénéficient de protection policière.

Le vêtement jaune-vert-fluo pleine grandeur s'impose de plus en plus pour une meilleure visibilité des signaleurs routiers. Des panneaux équipés de lumières à DEL ainsi que des signaleurs automatisés font également partie de la panoplie du travailleur sur la route.

Pour les travailleurs exposés aux chutes (de toit, d'échafaudage, etc.), un garde-corps standard amovible qui a la particularité d'être fabriqué au Québec permet de limiter les risques tout en étant facilement transportable.

En Ontario, un programme approuvé de formation pour le travail en hauteur est imposé jusqu'au 1er octobre 2017 aux personnes utilisant les systèmes suivants :

  • système de retenue
  • dispositif de limitation de chute
  • dispositif anti-chute
  • filets de sécurité
  • ceintures de travail

En août 2016, l'Alberta fêtait sa millionième formation obligatoire dans le même esprit.

La CSST stipule que tout bâtiment de plus de 3 mètres (10 pi) de haut, et dont une maintenance sur le toit est requise à moins de 2 mètres de la périphérie du toit, doit avoir une protection anti-chute.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.