Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 août 2017 - 08:29 | Mis à jour : 15:58

LETTRE OUVERTE | La Loi du non-accès à l'information

La firme de relations publiques Orange bleue affaires publiques a envoyé une lettre ouverte cosignée par l'associé, Mathieu Santerre ainsi que les agents en affaires publiques, Anne-Sophie Leclerc et Sébastien Verret, concernant la Loi sur l'accès à l'information, demandant une réforme, car ils estiment que les demandes faites en vertu de cette Loi génèrent des résultats « aléatoires ».

Participant à la commission parlementaire sur l'accès à l'information, qui a lieu aujourd'hui, la firme désire faire part de sa position.

Voici l'intégralité de la lettre :

Chaque période électorale amène son lot de déclarations prometteuses. Si plusieurs tombent dans l’oubli, d’autres marquent davantage l’imaginaire. Certains se rappellent peut-être le discours d’ouverture du premier ministre, M. Philippe Couillard, qui, le 21 mai 2014, annonçait « le premier gouvernement véritablement ouvert de l’histoire du Québec. »

Difficile de faire abstraction d’une telle affirmation. On aurait pu croire qu’elle aurait été suivie par la présentation rapide d’un projet de loi pour réformer le régime québécois d’accès à l’information détenue par les organismes publics. Rappelons que c’est ce régime qui permet à tout citoyen de savoir ce que le gouvernement détient comme information sur tout sujet d’intérêt public. C’est donc une pierre angulaire de notre régime démocratique.

Qu’en est-il aujourd’hui? À tort ou à raison, l’agenda gouvernemental des dernières années semble avoir été trop chargé pour présenter cette réforme attendue. Pourtant, notre régime d’accès à l’information est désuet et compromet la transparence souhaitée par tous.

Un aspect particulièrement inquiétant du processus d’accès à l’information est celui des résultats aléatoires qu’il génère. En effet, des demandes identiques auprès de différentes institutions peuvent recevoir des réponses complètement distinctes. Cette différence peut toucher autant l’acceptation — ou le refus — de la demande elle-même que le volume d’information partagé par les organismes publics visés. De grands médias ont récemment fait les frais de cette incohérence et de cette apparence d’arbitraire : imaginez un citoyen ou une PME!

Cette incohérence est notamment causée par longue et complexe liste de restrictions et d’exceptions prévues à la Loi actuelle pour justifier un refus. Ces exceptions menacent carrément la transparence gouvernementale par les abus qu’elle peut justifier. En effet, les motifs de refus sont si nombreux et parfois si tordus que les organismes publics ont l’embarras du choix s’ils désirent refuser l’accès à un document. Ajoutez à cela un manque flagrant d’imputabilité au sein du processus de traitement des demandes, et vous vous retrouvez avec la loi actuelle : une loi du « non-accès ».

Un autre facteur entravant la transparence est l’objet même de la demande d’accès. Actuellement, les citoyens n’ont accès uniquement qu’à des documents existants et doivent pouvoir les identifier pour les obtenir. Ainsi, si l’information que l’on recherche est connue, mais inscrite nulle part ailleurs que dans les bases de données gouvernementales, impossible d’y avoir accès. Cette situation mène à des « parties de pêche », où des citoyens demandent des masses de documents en espérant trouver l’aiguille dans la botte de foin. Que de temps perdu pour les citoyens et les organismes publics… Le principe de l’accès à l’information elle-même, et non seulement au document qui la soutient, devrait donc être introduit dans la Loi.

Certes, ce serait faire preuve de mauvaise foi que de refuser d’admettre que la gestion de l’État doit se concrétiser en priorisant certains aspects comme la santé, l’économie, l’éducation, etc. Par contre, sans un accès à l’information détenue par le gouvernement, il n’y a aucun moyen de s’assurer que les priorités sont établies en fonction de l’intérêt commun.

La démocratie a besoin que l’État partage l’information qu’il détient. Il reste peu de temps au gouvernement actuel, d’ici aux prochaines élections, pour mettre de l’avant la réforme de l’accès à l’information qui a été annoncée.  

Mathieu Santerre, associé et formateur agréé
Anne-Sophie Leclerc, agente en affaires publiques
Sébastien Verret, agent en affaires publiques

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.