Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
13 juillet 2016 - 12:36

L'amour du baseball du Beaucevillois Maxime Poulin

Gabriel Gignac

Par Gabriel Gignac, Journaliste

Twitter Gabriel Gignac

Quand on pose la question au Beaucevillois Maxime Poulin, comment celui-ci a-t-il toujours su faire sa marque dans le baseball, il affirme sans détour que l'amour de son sport lui a permis de réussir.

Le sportif, qui est né en Beauce, mais qui a grandi dans la région de Montréal a commencé à jouer au baseball à l'âge de cinq ans. Il a joué dans la province jusqu'à la fin de son stage junior et comme il n'avait pas été repêché, il a opté pour tenter sa chance chez les professionnels en Louisiane pour l'équipe de Lafayette. Après avoir participé au camp de la formation, l'équipe a décidé de le garder avec eux. En 2000, Maxime s'est brisé la cheville et se cherchait une équipe en 2001. Il avait deux possibilités soit d'essayer le camp des Goldeyes de Winnipeg qui se déroulait avant ou attendre celui des Capitales de Québec. Poulin a tenté sa chance au Manitoba où il est devenu une vedette rapidement par sa qualité de jeu, son implication dans le baseball et dans la communauté. Poulin raconte qu'il a toujours pris le temps de signer des autographes ou de prendre des photos après une partit pour redonner aux partisans. « Quand je regarde ma carrière de joueur, j'ai pris beaucoup de risques et ça m'a souri. J'ai tout fait par amour de mon sport, malgré les gens qui disaient que j'étais trop petit ou que je ne pourrais pas réussir. Je voulais devenir un athlète professionnel et je me suis donné les possibilités de réussir et j'ai réussi », déclare-t-il.

Ce dernier n'a jamais espéré voir son chandail être retiré et c'est pourtant ce qui lui est arrivé alors que le numéro six de Poulin est affiché dans le Shaw Park de Winnipeg. Il a d'ailleurs eu la chance de diriger une partie avec les Aigles de Trois-Rivières dans la ligue CANAM et de voir son honneur de ses propres yeux. « J'étais l'instructeur au troisième but et quand tu te tournes et tu vois ton nom et ton numéro, tu ressens une belle fierté et un beau sentiment de devoir accomplit », déclare l'homme qui a toujours une compagnie et une vie à Winnipeg, lui qui vient tout juste de revenir au Québec.

Un premier poste comme gérant

Poulin a commencé comme entraîneur des frappeurs chez les Aigles de Trois-Rivières alors qu'il a été mis au parfum que la Mauricie obtiendrait une formation dans la ligue CANAM. « J'ai contacté Pierre-Luc Laforest avec qui j'avais déjà joué dans le junior. Ce dernier venait d'être nommé gérant et je lui ai démontré de l'intérêt pour un poste dans l'équipe d'entraîneurs et il m'a amené avec le club rapidement », raconte Maxime qui a remporté le championnat des éliminatoires avec Trois-Rivières la saison dernière.

Après de tels succès, tous les espoirs étaient permis pour les Aigles cette saison. Toutefois, le club a perdu ses quatre premiers frappeurs dans la première semaine et l'équipe a connu beaucoup de blessures. L'équipe n'a pas été capable de rester à la surface lors du creux de vague et s'est constamment enfoncée dans un trou où il était pratiquement impossible de s'en sortir. Pierre-Luc Laforest a été congédié dans les dernières heures et la direction de la formation a donné le poste de gérant par intérim au Beauceron. « Honnêtement, je n'ai pas trouvé facile de perdre un ami, car la raison pour laquelle je suis ici c'est Pierre-Luc. J'ai l'occasion de reprendre les rênes de l'équipe et je vais faire de mon mieux. Je réalise un rêve de devenir gérant d'une formation professionnelle même si ce n'est pas la situation idéale. Je dois prouver à tout le monde maintenant que je suis la bonne personne pour le poste et démontrer mon savoir-faire », mentionne-t-il. Maxime croit que de connaître les joueurs permettra à tout le monde d'avoir une transition qui sera moins difficile. 

Le Beaucevillois a toujours pensé qu'il pouvait réussir s'il le désirait vraiment et il est heureux de ce qu'il a accompli jusqu'à présent. « J'ai hâte de voir ce que le futur me réserve », souligne-t-il avec le sourire.

Poulin, l'homme derrière l'organisme Au-delà des frontières

Maxime Poulin, qui a déjà été victime d'agression sexuelle lorsqu'il était jeune, s'implique dans l'organisme Au-delà des frontières, basé à Winnipeg, mais qui couvre tout le Canada. Cet organisme vient à la défense du droit des enfants de vivre à l'abri des agressions et de l'exploitation sexuelles. Le Beauceron a organisé quelques parties de baseball où les joueurs des deux formations mettent leur pantalon haut avec des bas de « style hockey ». En deux parties, l'organisme a récolté près de 7000 $ et la prochaine partie sera jouée le 24 juillet prochain à Québec alors que les Aigles affronteront les Capitales. « Les spectateurs ont toujours offert des ovations debout après ses parties. C'est une cause qui me tient à coeur et je suis heureux de voir qu'autant les joueurs que les spectateurs embarquent », dit-il avec fierté.

Maxime termine l'entretien en invitant les gens qui ont été victimes d'abus sexuels de dénoncer. « J'ai vécu les agressions à l'âge de neuf ans et j'ai commencé à en parler seulement à 34 ans. Je croyais que les souvenirs finiraient par s'effacer, mais ce n'est pas le cas. Quand tu gardes ça en dedans, ça te pourrit de l'intérieur et tu viens avec des idées noires. La meilleure façon de s'en sortir, s'est d'en parler et de ne pas refouler en dedans », conclut Poulin avec émotion.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.