Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 février 2017 - 13:52 | Mis à jour : 14:13

Les Jeux olympiques : l'audacieux pari d'Hélène Rancourt

Gabriel Gignac

Par Gabriel Gignac, Journaliste

Twitter Gabriel Gignac

La joueuse de volleyball de plage, originaire de Saint-Joseph, Hélène Rancourt a été sélectionnée sur l'équipe nationale du Canada C et ne vise rien de moins qu'une participation aux Jeux olympiques de 2020 ou 2024 pour ainsi devenir la première Beauceronne de son sport à devenir olympienne.

L'ancienne membre du Roug et Or de l'Université Laval n'a pas fait les manchettes très souvent dans les dernières années. Après son passage universitaire au Québec, la sportive a opté pour aller jouer pendant un an en Floride pour la Webber International University avant de conclure ses études en actuariat à Toronto, où elle a pratiqué avec l'équipe nationale de volleyball.

L'athlète, qui est retournée à Québec après ses études, a délaissé la compétition et l'entraînement, outre des matchs pendant la saison estivale, pour se consacrer pendant un an et demi à sa vie professionnelle. Le sport d'élite a manqué à Hélène, qui a songé pendant six mois à un retour avant de se lancer officiellement. Elle a commencé son nouveau départ dans la vieille capitale avant de déménager tout récemment à Toronto, où elle poursuit son travail tout en conciliant le sport d'élite.

« Les marches vers le retour dans le monde élite n'ont pas été faciles, car j'ai dû retourner en bas de l'échelle. Il y a des choses qui pour moi étaient plus simples à l'époque et que je n'étais pas capable d'accomplir. Le Centre d'excellence de Québec m'a donné un bon coup de main pour être prête pour les sélections. J'ai été surprise de voir que l'équipe nationale m'a sélectionnée », raconte Hélène, qui croit avoir encore quelques croûtes à manger avant d'être au niveau qu'elle souhaite.

Cette dernière dit qu'elle a désormais des choses à se prouver à elle ainsi qu'à l'équipe nationale. La Joseloise révèle qu'elle a pris un pari audacieux, soit celui d'aller aux Jeux olympiques de 2020 ou 2024. Elle affirme qu'elle devra travailler très fort pour y arriver, mais qu'elle croit en son rêve. « J'ai une bonne équipe et de bonnes conditions pour y arriver. L'âge ne joue pas contre moi contrairement à ce que l'on peut penser, car la moyenne d'âge des athlètes en volleyball de plage est de 30 ans. Je suis excitée de leur prouver qu'ils ont eu raison de me choisir », conclut avec le sourire Hélène Rancourt.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.