Publicité
9 juin 2019 - 04:00

LES CAMIONS REO D'ÉDOUARD LACROIX

LA SOCIÉTÉ HISTORIQUE SARTIGAN

Au cours de sa longue carrière d'entrepreneur forestier, Édouard Lacroix eut à accomplir des exploits incroyables pour réussir respecter les énormes contrats d'approvisionnement de bois qu'il signait auprès de grosses compagnies. Il n'hésita jamais à s'équiper des machineries les plus modernes de son époque. Il se procura entre autres une impressionnante flotte de camions Reo (modèle vers 1924), marque fabriquée aux USA. Nous voyons ici une douzaine de ces camions robustes qu'il utilisa sur ses plus gros chantiers, ceux dans le Maine et ceux en Gaspésie. Ceux-ci sont alignés devant l'«office» du lac Clayton qui fut construit par Olivier Morissette. Il utilisa ces camions notamment pour réaliser la tâche colossale de construire une route de 44 miles dans les forêts de la région du lac Clayton (entre la tête de ligne du Lac-Frontière jusqu'au lac Churchill) en 1925. Plus tard, en 1928, suite à l'achat de 232 milles carrés de forêt vierge en Gaspésie, il lui faut construire une route de 30 milles en terrain boisé pour pouvoir exploiter son chantier. Il a fallu d'abord transporter tout le matériel requis et la main-d'oeuvre nécessaire pour l'accomplissement de ce travail. On loua un train spécialement affecté à cette fin, nécessitant dix wagons pour les hommes, douze wagons pour les chevaux, deux wagons pour les pelles à vapeur, les haches, les scies et les charrues. Huit wagons pour le foin et l'avoine. Et enfin, neuf wagons pour la nourriture et les marchandises diverses. Au printemps, tout Causapscal assiste à l'arrivée d'un long convoi de chemin de fer composé de 41 wagons remplis de matériel impressionnant et une filée de 21 camions Reo arrivant sur place pour commencer les opérations le plus vite possible. Les historiens ont écrit: «Jamais on avait vu de si grosses machines». Puis vint la tâche du débarquement de tout le matériel, son entreposage et l'hébergement temporaire, dans des tentes, de 500 hommes et de leur alimentation. La construction de la route a commencé immédiatement. Au bout de 54 jours, le chemin, d'une longueur de 30 milles, était terminé. Tout était prêt pour l'étape ultime: la coupe de bois. Pendant l'hiver 1929-1930, on y a récolté 70 millions de pieds de bois de construction et cent milles cordes de bois à pulpe. Tout un phénomène ce M. Lacroix.

Photo du fonds Émilien Larivière. Texte et recherches de Pierre Morin.


 Fondée en 1992, la Société Historique Sartigan est un organisme à but non-lucratif,
financé par les dons, dont la mission est la protection, l'interprétation, la valorisation
et la diffusion du patrimoine de Saint-Georges et de ses environs.

 


Centre culturel Marie-Fitzbach (4e étage)
250,18e Rue, CP 6
St-Georges (Qc) G5Y 4S9

418 227-6176
www.shsartigan.com  -  shsartigan@hotmail.com

facebook.com/shsartigan

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.