Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 août 2018 - 15:41 | Mis à jour : 21 août 2018 - 08:45

« Je considère que Samuel Poulin représente vraiment l'avenir du Québec. » - Marguerite Blais

« Les gens ont le droit de vivre dignement », affirme Marguerite Blais à Saint-Georges

Alexandre Poulin

Par Alexandre Poulin, Journaliste

La candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans la circonscription de Prévost et ancienne ministre, Marguerite Blais, s'est portée à la défense des aînés à Saint-Georges cet après-midi. Accompagné par Samuel Poulin, le candidat de la même formation politique dans la circonscription de Beauce-Sud, Mme Blais est allée à la rencontre de personnes aînées dans diverses résidences de la ville, à savoir le CHSLD L'Assomption, le Manoir du Quartier, la Résidence l'Oiseau Bleu et la Roselière (Notre-Dame-des-Pins).

Les deux collègues et aspirants députés ont aussi fait une apparition au parc Veilleux, dans le secteur des aînés, où ils en ont profité pour s'exprimer à leur endroit. L'un des thèmes cardinaux dans Beauce-Sud, selon Samuel Poulin, c'est la santé. La visite de Marguerite Blais n'est donc pas anodine, puisqu'elle est une vraie défenseure de la cause des aînés. Rappelons qu'elle a été ministre des Aînés de 2007 à 2012.

Mme Blais dit être venue en Beauce pour deux raisons. D'abord, parce que « Samuel Poulin représente vraiment l'avenir du Québec ». Elle entend par là qu'il représenterait une génération de jeunes qui s'impliquent en politique et qui rêvent d'un avenir meilleur. Ensuite, elle est venue pour parler des aînés, mais aussi pour montrer que l'Assemblée nationale du Québec a besoin d'une union entre les générations. L'ex-ministre, qui est sortie de sa retraite, veut combattre l'âgisme. « Ce n'est pas parce qu'on arrive à un certain âge qu'on ne sert plus dans la société », a fait valoir Mme Blais, affirmant de surcroît que les aînés ont un rôle incontournable sur plusieurs plans. Elle est venue les valoriser.

Le parc Veilleux, symbole de l'union intergénérationnelle

Le choix du parc Veilleux pour tenir cette conférence de presse ne vient pas de nulle part. En présence de Roger Carette, ancien maire de Saint-Georges, Mme Blais a affirmé que ce parc georgien est le premier parc intergénérationnel du Québec. Du temps où elle était ministre, elle a travaillé de concert avec M. Carette lors de l'implantation de la démarche Municipalité amie des aînés (MADA). « C'est vraiment M. Carette qui a eu cette idée que les aînés puissent partager avec les plus jeunes, puis je crois que c'est comme ça qu'on doit voir la société. » La candidate dans Prévost a tenu à rendre un hommage chaleureux à celui qui se fait toujours surnommer « monsieur le maire ». L'ancien maire soutient vivement la candidature de Samuel Poulin.

Un retour en politique pour une Politique nationale des proches aidants 

Marguerite Blais s'est extirpée de sa retraite parce que le chef de la CAQ, François Legault, a accepté de concevoir une Politique nationale des proches aidants. Le Québec comporte 1 665 000 proches aidants. Tous ne sont pas des aînés. Plusieurs sont aussi de jeunes travailleurs ou étudiants qui prennent soin d'un parent et qui, malheureusement, perdent quelquefois leur emploi. Ils ne sont pas soutenus suffisamment. D'où l'intérêt, la nécessité même, de l'implantation d'une telle politique.

La création de maisons de répit est aussi dans la mire de Mme Blais. Ces maisons viendraient en aide aux proches aidants à échelle humaine dans tout le Québec. Elle est aussi préoccupée par l'isolement social des plus âgés et par l'amélioration de qualité des services offerts dans les CHSLD.

Parmi les autres mesures saillantes du parti politique en cette matière, mentionnons son engagement envers la mise en valeur du maintien à domicile et la dénonciation obligatoire de la maltraitance. 

« Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui m'a dit : ''Vous savez, Mme Blais, mon rêve, c'est d'aller vivre en CHSLD. J'aimerais, un jour, qu'on me dise : ''C'est tellement bien dans les CHSLD, maintenant, que ça ne me fera plus peur si je dois aller y vivre un jour'' », a soutenu la candidate caquiste.

« Il faut qu'on comprenne que ce n'est pas seulement un milieu de soins, il faut que ce soit aussi un milieu de vie. Les gens ont le droit de vivre dignement. On a parlé de mourir dans la dignité. Est-ce qu'on peut parler de vivre dans la dignité ? Vivre dans la dignité jusqu'à la fin de ses jours. »
- Marguerite Blais, candidate de la CAQ dans Prévost et ancienne ministre

Le défi de la CAQ aux yeux des deux candidats

Selon Samuel Poulin, l'un des défis de la CAQ est de lutter contre le cynisme. Se plaçant dans la peau de ses concitoyens, il ne peut logiquement en vouloir à ceux qui se détournent de la politique après 15 années libérales. 

« Une chose est certaine, a-t-il dit, c'est que personne n'a le goût de donner quatre autres années aux libéraux pour un total de vingt ans. » Le candidat dit n'avoir cure des attaques libérales de nature négative vis-à-vis de la CAQ, qui choisit de faire une campagne axée sur les propositions et les idées plutôt que sur le dénigrement et la peur. Rappelons que le président de la campagne libérale, Alexandre Taillefer, a soutenu récemment qu'un gouvernement formé par la CAQ compromettrait la paix sociale, une assertion que ne trouve pas exagérée le chef du gouvernement, Philippe Couillard.

Pour sa part, Marguerite Blais croit que le défi de la CAQ est de continuer à prouver qu'elle incarne le changement.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.