Publicité
20 août 2018 - 09:47 | Mis à jour : 21 août 2018 - 08:42

Bellechasse : Québec solidaire s'oppose à l'étalement urbain

Jérôme Blanchet-Gravel

Par Jérôme Blanchet-Gravel, Journaliste

Toutes les réactions 2

La semaine dernière, lors de son passage dans Bellechasse, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a indiqué qu’il fallait entamer des discussions avec l’UPA afin d’inciter la Commission de Protection du Territoire Agricole (CPTAQ) à changer sa position au sujet de l’expansion urbaine des terres arables. Le candidat de Québec Solidaire dans Bellechasse, Benoit Comeau, déplore cette déclaration du chef de la CAQ. 

« La solution n’est pas d’empiéter encore plus sur le territoire agricole. Il faut optimiser notre utilisation de l’espace et ça, ça passe par la densification. C’est comme si Legault s’imaginait que des terres agricoles ou des lots à bois sont des pertes d’espaces », a affirmé M. Comeau par voie de communiqué.

Un mépris pour la vie agricole ?

Selon le candidat de QS, non seulement cette attitude « méprise le mode de vie agricole », mais en plus, la solution emmenée par la CAQ serait inadéquate, à savoir l’étalement urbain.

« Densifier, là où c’est déjà bâti, est simplement plus pratique. Comme ça, les nouveaux commerces ont déjà leurs clientèles et les nouvelles résidences ont déjà leurs services. Personne n’a envie d’aller à l’autre bout du monde pour aller faire ses commissions ou aller travailler », a aussi affirmé M. Comeau.

Selon Benoit Comeau, l’orientation prise par la CPTAQ pour les 13 municipalités qui ont fait une demande d’exclusion de zone agricole est amplement justifiée. Dans la plupart des cas, la Commission a refusé d’augmenter l’espace consacré aux territoires urbains.

Favoriser la densification et le développement durable

S’il parvenait à prendre le pouvoir, ce qui demeure très improbable, Québec solidaire prioriserait le développement durable et tenterait de mettre un frein à l’étalement urbain. Pour le parti de gauche, la solution réside essentiellement dans la densification.

QS propose même de s’inspirer des politiques mises en place par les villes de Montréal, San-Francisco et Tokyo pour faciliter l’octroi de services de proximité.

Une solution qui pourrait en faire sourciller plus d’un, car aucune ville du Québec ne se rapproche de Montréal en termes de population, et celle-ci est rarement présentée comme un modèle en matière de rentabilisation des ressources.

Dans les dernières années, plusieurs se sont plaints, notamment, des changements incessants de direction de la circulation et des choix douteux de l’administration Ferrandez, sur le Plateau Mont-Royal, en matière de gestion de l’espace.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Il faut aussi penser que Montréal est sur une île, elle a déjà fait son étalement urbain sur toute les terres agricoles disponibles...

    Jeff - 2018-08-20 11:47
  • Le ton de cet article qui se conclut de façon tendancieuse est plutôt surprenant du fait que l'auteur porte le titre de journaliste. Il donne son opinion avec des arguments démagogiques. D'abord voilà ce que le candidat de QS dit : «Montréal, San-Francisco, Tokyo, etc. sont limitées à leurs îles et sont capables de prospérer et même, dans certain cas, de continuer de favoriser l’agriculture.» La grosseur de la ville n'a pas de lien ici, il dit simplement qu'une ville peut prospérer même si sont territoire a une expansion limitée. Puis il ramène l'histoire du Plateau Mont-Royal et de Fernandez... on est dans le sophisme pur ici. Il est hors sujet et va chercher de micro-exemple venant appuyer son opinion (c'est de l'anti-journalisme), alors qu'on pourrait tout aussi bien prendre des exemples des bienfaits de la densification. À Montréal par exemple, les gens qui vivent près du centre peuvent faire la majorité de leur courses à pied car la proximité de nombreux consommateurs fait que de nombreux commerces de proximité s'installe dans le quartier. Les gens voyageant à pied, la circulation diminue grandement. Le trafic vient des gens de l'extérieur qui se rendent en ville. Ce modèle peut se reproduire dans des villes de toutes dimensions.

    Edouard - 2018-08-21 16:30