Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
15 août 2017 - 13:51 | Mis à jour : 17:59

La privatisation de Groupe Canam « n'aurait pas nui » à l'usine de St-Gédéon selon Marc Dutil

Par Amélie Carrier, Journaliste

Twitter Amélie Carrier

Les représentants des médias de la région ont été conviés à l'usine de Groupe Canam à Saint-Gédéon ce matin, afin d'assister à une rencontre avec Marc Dutil, président et chef de la direction de Groupe Canam, pour faire le point sur la privatisation de l'entreprise qui s'est concrétisée en avril dernier. Quelques mois après cette transaction, l'usine de Saint-Gédéon serait en bonne santé, malgré qu'elle soit aux prises avec un besoin de main d'oeuvre, selon M. Dutil.

À lire également 

D'entrée de jeu, Marc Dutil s'est montré rassurant quant à l'activité de l'usine de Groupe Canam à Saint-Gédéon. « Mon but aujourd'hui est tout simplement de rassurer le milieu sur le dynamisme de l'usine de Saint-Gédéon et sur l'impact positif que la transaction effectuée en avril dernier a eu sur l'entreprise, contrairement à ce que plusieurs personnes peuvent penser », a tenu à expliquer M. Dutil ce matin. 

« On veut montrer par l'activité qu'il y a ici et par tous nos produits fabriqués à Saint-Gédéon, qui sont notamment exportés dans l'Ouest canadien, dans les maritimes et même à New-York, que la privatisation n'a pas nui a l'activité qu'il y a ici. Il y a un futur à l'usine de Saint-Gédéon, sans l'ombre d'un doute », a-t-il ajouté.

Le directeur général de Groupe Canam, André Clermont, a ajouté qu'il y a toujours du travail à Saint-Gédéon. « Suite à l'annonce de la privatisation de l'entreprise, les gens avaient peur que l'usine de Saint-Gédéon se vide et que tous les contrats de production soient dorénavant réalisés seulement aux États-Unis, mais ce n'est pas du tout le cas. Il y a de l'ouvrage à Saint-Gédéon ». 

M. Clermont a poursuivi en mentionnant que l'usine est actuellement à la recherche de nouveaux employés. « Nos carnets de production à l'usine de Saint-Gédéon sont remplis jusqu'aux Fêtes. On est à la recherche de main d'oeuvre pour nous aider à combler le manque qui sévit ici présentement ». 

Défi de recrutement

Aux dires du président et chef de la direction de Groupe Canam, Marc Dutil, le manque de main d'oeuvre à l'usine de Saint-Gédéon ne serait pas dû au manque d'intérêt des travailleurs envers les postes reliés à l'usine de fabrication de métaux. « Ce n'est pas parce que l'emploi est maintenant moins attrayant qu'il était, mais la démographie fait en sorte qu'au cours des prochaines années, on va perdre plusieurs dizaines de bon collègues ».

Selon le directeur général de l'entreprise, André Clermont, une quinzaine d'employés prendraient leur retraite à chaque année chez Groupe Canam, « bon en, mal an ». 

Sachant que l'usine de Saint-Gédéon compte 725 employés répartis dans différents secteurs, et que 500 de ceux-ci travaillent dans les usines, Marc Dutil estime à environ 10 % le nombre d'employés d'usine qui ont pris leur retraite en mai 2017. « Sur les 108 employés fêtés pour leur 15e anniversaire de travail en mai dernier, il y avait 46 retraités », a-t-il expliqué aux représentants des médias. L'ensemble de Groupe Canam compte quant à lui 4 650 employés.

Dans le meilleur des mondes, Marc Dutil aimerait recruter de 20 à 25 employés supplémentaires pour pallier au besoin de main d'oeuvre de Groupe Canam à Saint-Gédéon. « On ne veut pas se rendre à 1 000 employés pour remplacer le bassin de population qui va prendre sa retraite prochainement. Je crois que dans 10 ans, nous serons en mesure, à environ 700 personnes, de faire le travail de 1 000 personnes grâce aux améliorations que nous apportons à l'usine d'années en années ».

Programme Dual

Un projet pilote, qui permet aux étudiants de la formation professionnelle en soudage-montage de passer la moitié de leurs 1 800 heures de formation en usine, a été mis en place au Centre intégré de mécanique industrielle de la Chaudière par la Commission scolaire de la Beauce-Etchemin il y a plus d'un an.

Bien que ce programme ait été crée pour aider les entreprises comme l'usine de Groupe Canam à Saint-Gédéon à pallier à leur manque de main d'oeuvre, le programme en lui-même présenterait un défi de recrutement. « Nous avons eu deux étudiants de chacune des deux premières cohortes chez nous, puis de la troisième, un seul étudiant », a expliqué Marc Dutil. « Il n'y a pas juste Canam qui manque de main d'oeuvre. Dans le bassin de population de la Beauce et de la Chaudière-Appalaches en général, du travail en lien avec les métiers de l'acier, il y en a beaucoup », a-t-il renchéri.

Précisons que ce projet, inspiré du système Dual, développé en Allemagne, a été lancé par le gouvernement du Québec en janvier 2016 . Notons que ce programme n'est toujours qu'à l'essai.

Santé et sécurité au travail

Durant la rencontre, Marc Dutil a finalement parlé de l'« approche LEAN », en matière de santé et de sécurité au travail, à laquelle l'entreprise se conforme de plus en plus. « Aujourd'hui, on travaille beaucoup à réduire la manipulation des matériaux en usine. Sur un site comme le nôtre, il faut toujours s'améliorer au niveau de la santé et de la sécurité », a-t-il précisé.

En ce qui concerne la diminution des accidents de travail à l'usine de Groupe Canam à Saint-Gédéon, M. Dutil a affirmé que la tendance était bonne pour les 10 dernières années mais que pour les 24 derniers mois, il y avait place à l'amélioration à ce sujet. « La volonté, les gestes, la formation et la discipline sont là, mais on peut encore s'améliorer », a-t-il conclu.

Rappelons que l'usine de Groupe Canam à Saint-Gédéon a une capacité de production de 115 000 tonnes sur une superficie de 44 555 mètres carrés (479 575 pieds carrés).

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.