Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 mai 2017 - 15:20 | Mis à jour : 16 juin 2017 - 14:33

Poursuite du procès de Jean-François Roy, meurtrier du chauffeur de taxi de 73 ans

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

Le procès de Jean-François Roy, 33 ans, accusé du meurtre du chauffeur de taxi Hygin Veilleux en novembre 2014, s’est poursuivi mercredi au palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce. Amorcé en début de semaine, le procès fera relâche jusqu'à lundi prochain. 

Rappelons que les 12 personnes formant le jury lors du procès de Jean-François Roy ont été sélectionnées cette semaine au palais de justice de Saint-Joseph, huit hommes et quatre femmes. Le chauffeur de taxi Hygin Veilleux, âgé de 73 ans, avait été retrouvé sans vie à bord de son véhicule stationné à Saint-Georges sur la 123e Rue le 8 novembre 2014. Selon l’enquête de la SQ, le meurtre aurait eu lieu à Beauceville et l’accusé aurait ensuite conduit le véhicule jusqu’à Saint-Georges.

Jean-François Roy est actuellement confronté à quatre verdicts possibles, sur lesquels devront trancher les membres du jury : irresponsabilité de son geste en raison de troubles mentaux, homicide involontaire, meurtre au premier ou au 2e degré. 

Témoignage du pathologiste judiciaire et du sergent-détective dans l'avant-midi

Au cours de l’avant-midi, les jurés ont entendu le témoignage du pathologiste judiciaire Yann Dazé, qui avait procédé à l’autopsie du corps de M. Veilleux en 2014. En plus d’expliquer sa profession, M. Dazé a décrit les différentes blessures que la victime a subies, notamment les 11 plaies causées par une arme blanche.

Il a révélé que deux coups d’une arme tranchante avaient atteint le poumon gauche et le cœur, causant une importante hémorragie interne ayant causé la mort de la victime. Un 3e coup avait transpercé le foie et coupé le diaphragme, ayant causé d’importantes blessures. Les autres plaies étaient plus superficielles selon le médecin.

Après une pause de 15 à 20 minutes suite au témoignage du pathologiste, le procès s’est poursuivi avec un second témoignage, celui du sergent détective aux crimes majeurs, Sylvain Jean. Sept autre personnes devaient témoigner aujourd'hui. L'interrogatoire était aussi diffusé au palais de justice. 

Le chauffeur de taxi tué par défi 

Selon le procureur de la poursuite, Me François Godin, le débat du procès devrait porter sur la santé mentale de l'accusé, qui estime avoir commis un homicide involontaire ou un meurtre au second degré. La poursuite affirme en revanche que Jean-François Roy, âgé de 29 ans au moment des faits, avait bel et bien planifié son geste, se lançant une sorte de défi personnel.

Résumant les faits, le procureur a rappelé que le jeune homme s'était emparé d'un couteau, de gants et de vêtements de rechange, qu'il avait appelé un taxi depuis une cabine téléphonique de Saint-Georges pour se rendre à Beauceville, où il aurait commis son geste dans le stationnement d'une quincaillerie.

Une fois son acte commis, il aurait alors récupéré l'argent du chauffeur, conduit le taxi jusque chez son fournisseur de drogue dans un rang isolé puis serait revenu à Saint-Georges, où il aurait garé le véhicule à moins de 500m de son lieu de résidence, ignorant l'enregistrement de ses déplacements par la balise GPS du taxi. Le corps du chauffeur avait été retrouvé le lendemain, gisant du côté passager. 

L'arme utilisée et des vêtements tachés de sang avaient été retrouvés au domicile de l'accusé, ainsi qu'une note comprenant certains éléments de son plan et les mots suivants : « Si vous pouvez lire ceci, c'est que je me suis fait prendre ». 

À lire également :

Procès pour meurtre de Jean-François Roy : le jury sélectionné

Jean-François Roy détaille le fil des événements menant à la mort d'Hygin Veilleux

Procès de Jean-François Roy : la couronne termine la présentation de sa preuve

PROCÈS DE J.-Fr. ROY JOUR 5 | Le suspect « donnerait sa vie » contre celle de la victime

JOUR 6 DU PROCÈS DE J-F ROY | La psychiatre de la Défense se prononce

JOUR 7 DU PROCÈS DE J-F ROY | L'expert de la Couronne ne croit pas à la psychose toxique

Jean-François Roy déclaré coupable de meurtre au premier degré

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.