Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 juin 2017 - 13:46 | Mis à jour : 16 juin 2017 - 14:33

Procès de Jean-François Roy : la couronne termine la présentation de sa preuve

Sébastien Roy

Par Sébastien Roy, Journaliste

La Couronne a terminé de présenter sa preuve ce matin lors du procès de Jean-François Roy au Palais de justice de Saint-Joseph.

Cinq témoins se sont succédé à la barre pour raconter ce qu’ils ont vécu dans les jours précédant la mort d’Hygin Veilleux, après que le sergent Sylvain Jean ait terminé son propre témoignage entrepris mercredi dernier.

Le premier à témoigner a été le vendeur de cannabis de l’accusé chez qui il s’est rendu à au moins trois reprises au cours de la semaine des événements. Celui-ci a entre autres affirmé le connaître depuis une dizaine d’années et qu’il n’avait aucune connaissance de maladie mentale et de dépression dans son cas.

Puis, le technicien ambulancier, Christian Duperron, s’est adressé au jury, expliquant qu’il avait reçu un appel pour un homme en arrêt cardio-respiratoire le 8 novembre vers 9h30, les policiers étant déjà sur place. Il n’a pu que constater le décès de M. Veilleux.

Celui qui a découvert la victime, François Gilbert, s’est ensuite avancé pour répondre aux questions des avocats. Il explique avoir aperçu la voiture de M. Veilleux dans la 123e Rue samedi matin, mais le chauffeur de taxi répondait à un appel et ne s’est pas arrêté. Il est toutefois revenu après, car la situation le « chicotait » trop. C’est à ce moment qu’il a fait la découverte.

Un autre ancien collègue de la victime est venu témoigner, soit Serge L’Heureux. Lui, comme M. Gilbert, a décrit M. Veilleux comme étant un collègue exemplaire. « C’était une personne remarquable. Il était très sociable et travaillant », a mentionné M. Gilbert. « Je le connaissais depuis dix ans. Il était honnête, tranquille et dévoué envers son travail », a ajouté plus tard M. L’Heureux, qui avait tenté de le contacter sur son cellulaire et à la maison quand il a constaté qu’il n’était pas rentré au travail le 8 novembre.

Ce fut ensuite le tour du chauffeur de taxi de Beauceville qui a conduit Roy à la résidence Fraser le 8 novembre de s’adresser devant la Cour, Michel Roy. En arrivant à destination, il a reconnu une voiture de police banalisée. Selon son témoignage sous serment, l’accusé est sorti du véhicule et est allé discuter avec le policier. « Il a sorti quelque chose de sa poche, probablement ses papiers, et les lui a montrés. Il est revenu me payer en me disant qu’il n’allait pas repartir avec moi », relate M. Roy.

Le procès se poursuivra demain avec la déclaration d’ouverture de la preuve de la défense, qui fera notamment témoigner Jean-François Roy.

À lire également :

Procès pour meurtre de Jean-François Roy : le jury sélectionné

Poursuite du procès de Jean-François Roy, meurtrier du chauffeur de taxi de 73 ans

Jean-François Roy détaille le fil des événements menant à la mort d'Hygin Veilleux

PROCÈS DE J.-Fr. ROY JOUR 5 | Le suspect « donnerait sa vie » contre celle de la victime

JOUR 6 DU PROCÈS DE J-F ROY | La psychiatre de la Défense se prononce

JOUR 7 DU PROCÈS DE J-F ROY | L'expert de la Couronne ne croit pas à la psychose toxique

Jean-François Roy déclaré coupable de meurtre au premier degré

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.