Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Avenir de l'autonomie agricole

Zone agricole: enfin une stratégie nationale, se réjouit l'UPA

durée 16h05
30 janvier 2021
2ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

L’Union des producteurs agricoles (UPA) se réjouit de l'annonce, faite cette semaine, par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, concernant la future Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires.

L'organisme entend collaborer activement à l’ensemble de cette démarche ainsi qu’aux travaux du comité consultatif qui examinera cette politique.

« Protéger notre garde-manger doit être élevé au rang de priorité nationale et c’est ce à quoi nous travaillerons au sein du nouveau comité. La zone agricole est une richesse limitée et non renouvelable. Elle est essentielle au développement économique des régions et à l’autonomie alimentaire du Québec. Elle doit être valorisée dans l’ensemble des outils locaux, régionaux et nationaux d’aménagement et d’urbanisme partout sur le territoire québécois », a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau, par voie de communiqué.

Malgré la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles et même si elle ne représente que 2 % du territoire québécois, la zone agricole cultivée est encore considérée par plusieurs comme une zone en attente de développement.

Aux côtés de plusieurs organisations de la société civile (Association des aménagistes régionaux du Québec, Équiterre, Fondation David Suzuki, Héritage Montréal, Ordre des architectes du Québec, Ordre des urbanistes du Québec, Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement, Vivre en ville, etc.), l’Union travaille depuis plusieurs années au sein de l’Alliance Ariane pour que l’aménagement du territoire et l’urbanisme soient considérés comme une priorité.

Selon l'UPA, le Québec a besoin d’une vision globale, partagée par l’ensemble des parties prenantes et assortie de principes fondamentaux, qui puisse assurer la coordination de toutes les lois, politiques et interventions de l’État et des instances municipales en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Pour l’Union, seul un tel instrument collectif mettra fin une fois pour toutes à l’étalement urbain, aux incohérences en matière d’aménagement du territoire et aux décisions à la pièce, au gré du moment et des intervenants.

« Les travaux du comité devront aborder sans nuances ces enjeux déterminants pour les générations actuelles et à venir, incluant un temps d’arrêt sur les empiétements en zone agricole dans tous les schémas d’aménagement d’ici l’adoption d’une Stratégie. L’avenir de notre agriculture et de notre autonomie alimentaire en dépend! », a conclu M. Groleau.

commentairesCommentaires

2

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • DB
    Drolet Bernard
    temps Il y a 1 an et 4 mois
    Trouver la véritable solution demande beaucoup de connaissances que peu de gens possèdent . Il y a plusieurs facteurs déterminants que personne ne soupçonne Commes les véritables causes de la situation actuelle en agriculture . Le comité ne changera pas grand chose si les vrais penseur ni sont pas et qu'il ne possèdent que le pouvoir de recommandation . Dejas les politiques misent en place pas Legault orienté encore vers une impasse en agriculture .Ceux qui décident de nos destinées ne possèdent pas ce qu'il faut pour prendre les bonnes décisions ils se laissent influencée par ignorance et par des gens peu soucieux de bien faire et qui voit l'occasion de se remplir les poches aux lieux d'améliorer véritablement la situation pour l'avenir de l'ensemble des Québécois. Il nous présente comme une amélioration, mais en fait, il y a un statuquo bien visible dans leur politique a venir . Plus ça changer et plus c'est pareil avec une vision limité des choses a faire.
  • NM
    Nicolas Millette
    temps Il y a 1 an et 4 mois
    Ben beau de les protéger mes les terres reste pas achetable, pourriez vous aux moins faire de quoi pour ça, svp?

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Abaissement du niveau de la rivière Chaudière

La Ville de Saint-Georges informe les utilisateurs du plan d’eau en amont du barrage Sartigan que le niveau de la rivière Chaudière sera abaissé de 0,5 mètre en bas du niveau des déversoirs, du lundi 4 juillet au vendredi 8 juillet.   L’abaissement du niveau de la rivière Chaudière est nécessaire afin de permettre à  l’entrepreneur Cimota de ...

28 juin 2022

Isabelle Le Ber nommée présidente-directrice générale de l'ÉEB

Le conseil d’administration de l’École d’Entrepreneurship de Beauce (ÉEB) vient de nommer Isabelle Le Ber à titre de présidente-directrice générale, devenant ainsi la toute première femme à occuper la fonction au sein de cet organisme. En poste comme directrice générale depuis 2015, elle succède à Martin Deschênes, qui a agi comme président ...

28 juin 2022

Un bureau d’information touristique de la Beauce à Saint-Georges

La ville de Saint-Georges a désormais un bureau d’information touristique de la Beauce. Le 23 juin, une trentaine d’élus, de partenaires et d’alliés ont assisté à l'inauguration de ce nouveau bureau situé au 12006, 1re avenue (local adjacent à la savonnerie Histoire de Bulles). Cette initiative est celle de Destination Beauce. Le conseil ...