Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Souper des jeunes gens d’affaires du CEB : Claude Poulin sonne le réveil des entrepreneurs

durée 04h00
2 novembre 2017
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Alex Drouin, Journaliste

Voir la galerie de photos

Qu’il parle de la région en privé ou en public, le président de Néomédia, Claude Poulin, reste authentique. Il s’exprime avec passion et veut voir la Beauce se développer davantage. Lors de son passage au 32e Souper des jeunes gens d’affaires du Conseil économique de Beauce, il a livré un discours clair, sans détour et teinté de nouvelles visions pour développer la région.

Ils étaient un peu plus de 400 personnes issues du monde des affaires au Georgesville le 26 octobre.

Relatant son parcours entrepreneurial qui a débuté en 1999, l’homme d’affaires a parlé de ses réussites, mais également de ses embûches qui lui ont permis d’apprendre dans le domaine de l’entrepreneuriat. « L’expérience ne s’achète pas, elle s’acquiert », a lancé celui qui est diplômé de la première cohorte de l’École Entrepreneurship de Beauce en 2012, puis de la cohorte techno 1 en 2017.

Puisant à travers quelques exemples de compagnies bien connues aux yeux du public comme Sears, PFK, Post Canada ou encore Michelin, il a partagé sa vision et l’importance du milieu de vie pour la pérennité des entreprises de la Beauce.

Il a également parlé de Foresta Lumina à Coaticook, un parcours touristique nocturne lumineux, qui est devenu une source de revenus pour cette ville. Un modèle d’affaires qu’il souhaiterait voir s’implanter en région. 

L’importance de garder nos cerveaux ici

Lors de son discours, il a rappelé l’importance de garder dans la région ceux et celles qui terminent leurs études collégiales.

Prenant l’exemple de la petite ville de Lennoxville où se trouve l’Université Bishop’s qui regorge de 2790 étudiants  – dont près de 60 % d’entre eux ne proviennent pas du Québec – il souhaiterait qu’une telle université voie le jour ici.

« Le Rock Café et le Shaker rouleraient en tabarouette! », a-t-il lancé avec humour quant à la population étudiante qui serait plus nombreuse.

« On gagnerait surtout des transferts de connaissances », a-t-il dit sur un ton plus sérieux.

D’ailleurs, les gens d’affaires ont été invités à répondre à la question : « Quel secteur aimeriez-vous voir se développer dans notre région? ». Près 47 % ont voté pour l’éducation.

Amis de la technologie

Grand fervent de technologie, il en a évidemment parlé quelques minutes. « La technologie est là pour vous aider à passer à l’étape suivante », a-t-il dit avec conviction. Puisqu’elle est omniprésente, il a manifesté l’importance d’apprendre à se réinventer et à remettre en question leur modèle d’affaires.

Selon lui, le big data est le nouvel or noir d’aujourd’hui. « Il faut ramasser des données sur vos utilisateurs afin de savoir comment ils consomment vos produits et savoir qui ils sont. C’est important de continuellement s’améliorer et de les connaître davantage afin de les fidéliser. »

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 6h00

Focus emploi présente son rapport annuel à ses membres

Focus emploi a présenté à ses membres son rapport annuel de l'année 2021-2022 lors de son Assemblée générale annuelle le 28 septembre. Un total de 59 participants ont reçu différents services : rédaction de CV et lettres de présentation, préparation à l’entrevue d’embauche, service d’orientation, bilan professionnel, aide pour la recherche ...

30 septembre 2022

Le prix moyen d'une maison en août était de 67 % supérieur au «niveau abordable»

Le directeur parlementaire du budget affirme que le prix national moyen d'une propriété en février était supérieur de plus de 50 % à ce qu'il était il y a deux ans, avant la pandémie. Dans un nouveau rapport, publié jeudi, le directeur parlementaire du budget (DPB) indique que le prix national moyen des propriétés au Canada est ainsi passé de 551 ...

29 septembre 2022

Transport par autocar en Beauce: la pétition atteint 525 noms

La pétition, démarrée par Amélie Carrier contre l’arrêt du transport interurbain par autocar entre Québec et Saint-Georges, dépasse maintenant les 525 noms. La résidente de Saint-Georges, qui utilise couramment le service parce qu'elle souffre d'un handicap visuel, avait déposé une première pétition de presque 200 noms à la séance du conseil des ...