Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Mêlée de presse

Les élus soutiennent les travailleurs et les éleveurs impactés par la fermeture d'Olymel Vallée-Jonction

durée 13h18
14 avril 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Léa Arnaud
email
Par Léa Arnaud, Journaliste de l’Initiative de journalisme local

Voir la galerie de photos

Les élus de la région se sont rassemblés à Vallée-Jonction ce matin pour répondre aux questions des journalistes concernant la fermeture définitive de l’usine Olymel établie dans la municipalité depuis de nombreuses années.

Richard Lehoux, député fédéral de Beauce, Luc Provençal, député provincial de Beauce-Nord, Patricia Drouin, mairesse de Vallée-Jonction, ainsi que Gaétan Vachon, préfet de la MRC Nouvelle-Beauce, étaient présents.

« Ce n’est pas la faute des travailleurs, c'est vraiment le contexte économique relatif au marché du porc. C'est un enjeu économique », a précisé la mairesse qui s’inquiète de l’impact qu’aura cette nouvelle sur sa municipalité. 

Tous soutiennent les travailleurs impliqués, les éleveurs également et la municipalité qui sera aussi touchée par la fermeture de cet abattoir. D’ailleurs, il a été précisé que chaque emploi chez Olymel Vallée-Jonction représente trois autres emplois dans la région. 

« Pour 1 000 emplois, ça en fait finalement 3 000, il y a donc une masse salariale qui ne sera plus disponible pour notre région et des commerces seront impactés par cette nouvelle », a mentionné Luc Provençal. C’est pour cela que les élus et les ministères concernés souhaitent travailler conjointement à la rétention de ces travailleurs dans la région. « On veut vraiment accompagner le travailleur dans la transition qu'il aura à faire entre la perte de son emploi chez Olymel et un nouvel emploi. On veut essayer de maintenir ces emplois chez nous. »

En ce qui concerne les 150 M$ remis par Québec à Olymel l’année dernière, le député de Beauce-Nord a précisé qu’« à l'époque le 150 M$ était vraiment pour soutenir et maintenir le développement de l’entreprise. Est-ce que les 150M étaient ciblés directement à l'usine de Vallée-Jonction, ça je ne suis pas en mesure de le confirmer. »

Selon lui, c’est probablement l’une des pires annonces en termes d'impact économique en Beauce. « C'est une vague qui nous frappe et qui va nous demander beaucoup d'efforts pour se relever. On va soutenir les gens qui sont touchés, les travailleurs, les éleveurs, la municipalité. Les ministères concernés sont déjà au travail pour trouver des solutions. »

Le préfet Gaétan Vachon est plutôt optimiste quant à la rétention des travailleurs étant donné le manque de main-d'œuvre important en Beauce où le taux de chômage est à 1.9%. 

Visionnez la mêlée de presse complète dans la vidéo ci-dessus réalisée par Jessy Pouliot.

À lire également

L'usine Olymel de Vallée-Jonction fermera ses portes d'ici la fin de 2023

Fermeture d'Olymel à Vallée-Jonction: la CSN et la CCINB sous le choc

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Saint-Georges : le bâtiment Place Les 4 Bars sera complètement reconstruit

Certains ont déjà pu le remarquer, le terrain du 12305 sur la 1re Avenue à Saint-Georges, qui abritait le bâtiment Place Les 4 Bars, est actuellement en travaux. En effet, le propriétaire, Xi Dong Zhang a confirmé à EnBeauce.com, que le projet était de reconstruire l'ancien édifice, avec des dimensions plus petites. Par ailleurs, les travaux, ...

Ouverture de Pizza Salvatoré à Beauceville

La chaîne Pizza Salvatoré ouvre aujourd'hui au nouveau comptoir, sur le boulevard Renault à Beauceville. Le resto sera opéré par le propriétaire franchisé Claude Bureau, soit une troisième concession avec cette bannière pour l'homme d'affaires. Et comme c'est la tradition de la chaîne pour chaque localité dans laquelle elle s'implante, on ...

durée Hier 10h00

L’entreprise Houblon des Jarrets Noirs ferme ses portes

L’entreprise agricole Houblon des Jarrets Noirs, de Saint-Bernard, ferme ses portes après dix années d'opération. « Le printemps 2024 ne sera pas comme les autres. En effet, nous n’allons pas installer les cordes, ni entraîner les plants comme on l’a fait les 10 dernières années. L’explosion des coûts de production et le contexte économique ...