Publicité

19 septembre 2021 - 12:00

Troisième de cinq

Ordre du mérite georgien: portrait de Pierre Morin

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

Le 15 septembre, la Ville de Saint-Georges a honoré cinq bénévoles durant la cérémonie de l'Ordre du mérite georgien. Voici le premier des cinq portraits des nouveaux récipiendaires.

Pierre Morin est né dans la 120e Rue, non loin de la manufacture St-Georges Wollen Mills, en 1946. Il a vécu du côté est de la ville, jusqu’à l’âge de 4 ans, puis du côté ouest, jusqu’à l’âge adulte. En 1973, il fait un retour du côté est pour y établir résidence. 48 ans plus tard, son adresse reste inchangée.

C’est à Saint-Georges que Me Pierre Morin a pratiqué en tant qu’avocat plaideur. En 2006, après avoir consacré 35 ans de sa vie à sa carrière, l’homme de droit prend le chemin de la retraite. Celui qui connaît plus que tout autre Saint-Georges, la ville qui l’a vu naître, grandir et s’activer sa vie durant, peut désormais en profiter pleinement.

De tout temps, Pierre s’est intéressé à l’histoire. Qu’elle fut de niveau local, national ou international. En 2016, il découvre l’existence de pages traitant d’histoire sur Facebook. Sa curiosité éclipsant ses appréhensions, il se crée un compte afin de joindre cette vaste communauté, jusqu’ici méconnue de sa part.

Rapidement, il constate de bons côtés de Facebook, dont la possibilité d’accéder au groupe TU SAIS QUE TU VIENS DE SAINT-GEORGES qui traite d’un peu de tout concernant notre ville. Il découvre sur ce site que les membres peuvent publier des textes, des commentaires et des photographies concernant Saint-Georges. On y traite d’actualité présente et passée, sur divers plans : politique, économique, social, ou sportif. Pierre est fasciné par l’intérêt marqué des internautes pour les publications de photos et de textes et plus particulièrement ceux portant sur les aspects passés de notre ville et de notre région.

Grâce à cette fascination, un nouveau chapitre de sa vie s’ouvre : le volontariat à connotation historique. Espérant découvrir l’existence de photos anciennes de sa ville, Pierre se présente à la Société Historique Sartigan (SHS). Révélation ! Il y trouve des milliers de photos endormies dans des cartables soigneusement rangés. Ce spectacle l’enchanta et raviva chez lui son instinct de chercheur et de rédacteur, car, adepte et plusieurs fois champion de billard, il a, par le passé, publié pas moins que quatre ouvrages sur le sujet en plus d’avoir rédigé plusieurs articles pour des magazines.

Pour Pierre, chaque photographie est le témoin d’un fait passé. Mais lequel ?Quand s’est-il produit ? Dans quel contexte ? S’il est vrai qu’une image vaut 1000 mots, il est tout aussi vrai que des images d’archives sans explications ne sont d’aucune valeur, aucune. Pierre est cependant convaincu que les réponses se trouvent à la SHS.

Possédant l’intérêt, le temps, et désormais, l’accès aux archives, il se proposa aux dirigeants de la SHS pour sortir de l’oubli ces photos et les faire révéler leurs secrets. Ce faisant, il rendrait accessibles et visibles des pans d’histoire de Saint-Georges. Le nouvel adepte de Facebook se dit aussi disponible pour alimenter la page Facebook de la SHS. Des suggestions accueillies avec enthousiasme par les dirigeants de l’organisme surtout qu’elles s’inscrivaient sous le signe du volontariat !

Le projet de faire des publications à caractère historique prenait forme. Du moins dans son esprit. Prenant inspiration dans les archives qui proviennent de sources différentes, la principale étant le fonds Claude Loubier, Pierre avait accès à une importante collection de photos et d’archives. Tout y est : lieux, édifices, ponts, rivières, rues, églises, écoles, banques, commerces, industries, institutions, familles, événements et faits marquants. Ne manquait plus que les descriptifs ...

Ce projet pour le moins ambitieux ne se réalisera pas sans encombre. Pour y parvenir, Pierre doit apprivoiser les médias sociaux, développer son agilité sur les réseaux sociaux, peaufiner ses talents sur Photoshop et surtout, multiplier ses présences à la SHS afin d’éplucher les différents fonds d’archives. Sortir de l’oubli des photos anciennes et mettre au jour leurs secrets n’est pas si simple qu’il n’y paraît. Après avoir repéré les documents et recueilli les informations, Pierre doit les synthétiser avant de passer à l’étape finale : la rédaction de l’exposé chronologique des faits.

Pour ce Georgien d’origine, le temps est semblable aux eaux de la Chaudière. Lorsqu’il s’écoule, il emporte avec lui la mémoire du vécu de nos ancêtres. D’où sa volonté de s’affranchir sans tarder de ce travail titanesque.

C’est ainsi que depuis 2017, chaque semaine, Pierre consacre de 25 à 30 heures de son temps à cette laborieuse tâche de recherche qui n’est pas un fardeau pour ce passionné d’histoire. Passion ou nostalgie du passé ? On ne saurait le dire mais qu’importe, c’est au présent que Pierre joue un rôle de première ligne. Sa dévotion des dernières années pour la cause qu’il défend est sans égal. En redonnant vie à un passé pas si lointain, il permet de mieux connaître notre histoire et de comprendre le caractère distinctif qui définit les Beauceronnes et Beaucerons que nous sommes.

Ses publications ont permis de rallier en « communauté » des personnes d’ici et d’ailleurs intéressées à notre histoire. Pierre trouve sa récompense dans les milliers de personnes, des « followers » de tout âge qui le lisent sur les différentes plateformes virtuelles.

Sa détermination et ses efforts portent leurs fruits. Au cours des dernières années, ce sont plus de 400 chroniques étoffées qui ont été rédigées avec précision et publiées par Pierre. À présent, ses chroniques sont publiées sur trois sites différents : celui de la SHS, celui de TSQTVSG et depuis 2018, sur le média électronique EnBeauce.com.

Devenu administrateur de la SHS, ce dernier apporte à l’organisme une contribution bénévole inestimable. À notre connaissance, Pierre Morin est l’une des rares personnes à s’être autant investie de la mission de faire revivre notre passé à travers les archives de notre société historique.

Au nom de la communauté georgienne et beauceronne et des jeunes générations à venir : Merci, Monsieur, pour votre bénévolat méticuleux, prolifique et enrichissant et bienvenue à l’Ordre du mérite Saint-Georges.

À lire également :
Cinq bénévoles reçoivent un Georges de cristal 
Ordre du mérite georgien: portrait de Paul-Émile Gosselin
Ordre du mérite georgien: portrait de Jean-Louis Lemieux

Vous avez un scoop
Vous connaissez des personnes de la Beauce qui sont inspirantes et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous par courriel à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • FÉLICITATIONS! M. Pierre Morin.
    Vos trouvailles me transportent dans le monde de mes ancêtres. Quand je lis vos articles, je pense souvent à mon deuxième père qui racontait des faits sur le village de St-Georges. Cela m'intriguait car je n'ai pas eu de grands-parents pour me raconter l'histoire . Il aurait 114 ans. J'étais curieuse. C'est lui qui m'a fait connaître le lieu où mon grand-père France Rancourt avait sa terre. C'est le terrain de l'aéroport. De plus, je constate toute la persévérance que les anciens avaient .Une photo que j'ai aimée, c'est celle des gens de St-Georges Est qui étaient sur les bords de la rivière pour écouter la messe dans l'Ouest. On voit les portes de l'église ouvertes et le prêtre dehors sur le perron. Les deux rives s'entendaient bien...

    Jocelyne Rancourt - 2021-09-20 13:45