Publicité

2 avril 2021 - 08:00 | Mis à jour : 5 avril 2021 - 08:12

COVID-19

Restaurants: retour à la case départ « pour emporter »

Sylvio Morin

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Les restaurateurs de Saint-Georges et des environs étaient sur le qui-vive hier pour se conformer à la fermeture de leur salle à manger, pour une troisième fois, suite à l’annonce du premier ministre du Québec, François Legault, de repasser Chaudière-Appalaches en zone rouge.

À la tête du restaurant Chez Gérard, Amélie St-Hilaire a fait savoir à EnBeauce.com que c’était beaucoup de travail en peu de temps. « Là. aujourd’hui, c’est un peu le branle-bas de combat, on a plusieurs employés à remettre sur le chômage, donc il faut encore changer les horaires. On avait aussi des grosses commandes qui rentraient pour Pâques. Il faut les retourner chez les fournisseurs. »

« Je suis pas très optimiste, je pense pas que ce sera juste 10 jours mais je ne sais pas. C’est le jour de la marmotte alors je ne préfère pas faire de scénario. on ira au jour le jour », de dire la restauratrice.

Cependant, outre la gestion que cette réadaptation demande, c’est à ses employés qu'elle pense beaucoup. « Je vous avoue que ce qui nous attriste le plus c’est vraiment au niveau des ressources humaines. Quand on pense aux serveurs qui ont travaillé environ quatre mois dans l’année, ça fait à peine un mois qu’ils sont revenus et faut leur dire de retourner, c’est le bout le plus "tof." »

De son côté, le propriétaire du restaurant Normandie à Beauceville aurait bien aimé que le gouvernement annonce la fermeture à compter de lundi pour permettre aux établissements de profiter au moins des retombées de la fin de semaine de Pâques.

« Avec mon chef, j'avais élaboré un beau menu de steaks et de poissons frais. Là, on va être pris avec. Ça fait mal! », de dire Markis Fortin qui est sceptique quant au message d'aide lancé par M. Legault.

Il est encore plus démonté à l'idée de perdre à nouveau du personnel « que l'on a déjà pas » alors qu'il a dû investir plusieurs milliers de dollars en recrutement à l'étranger.

Markis Fortin avoue aussi que, pendant le courte période où les salles ont été ouvertes au cours des dernières semaines, il y avait beaucoup de frustrations parmi les clients qui ne manifestaient pas toujours une pleine collaboration dans le respect des mesures.

Pour sa part, Céline Bernard, qui a repris la franchise de La Belle Province en pleine pandémie, se lance dans de nouvelles idées pour continuer à faire tourner son restaurant.

« Ça ne sert à rien de se rebeller contre le gouvernement. On va mettre de nouvelles idées en marche. Je mets en place les livraisons pour les petits déjeuners, ça nous permettra d’écouler un peu le stock qu’on avait commandé. Si ça fonctionne, c’est super et si ça fonctionne pas, on trouvera une autre idée. J’ai pas envie de perdre d'énergie à me plaindre de la situation, je préfère mettre une énergie à autre chose. Je reste positive en restant égale à moi-même. Je pense que ce n’est pas en s'apitoyant sur son sort qu'on peut relever les défis bien au contraire. On va voir de l’avant », de philosopher la dame.

EnBeauce.com a communiqué avec plusieurs autres restaurateurs qui ont préféré ne pas commenter la situation, affairés à ré-organiser leur commerce et à accueillir leurs clients en salle pour une dernière fois avant qui sait, combien de temps.

Toutes et tous espèrent que la population de la région continuera de les supporter avec les commandes en livraison et pour emporter jusqu'au retour de la « traditionnelle » prise de repas qu'est l'expérience d'aller manger au resto, laquelle manque à plusieurs d'entre-nous.

Avec la collaboration de Léa Arnaud au texte et Mélanie Champagne aux photos.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.