Publicité

11 mai 2021 - 08:00

Avec la Fédération des chambres de commerce du Québec

La CCINB demande une vaste consultation sur l'immigration et la pénurie de main d'oeuvre

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et  la Chambre de commerce et d’industrie Nouvelle-Beauce (CCINB) demandent au gouvernement du Québec de lancer rapidement une vaste consultation sur la problématique de l'immigration et de la pénurie de main-d'oeuvre.

Pour bien saisir les difficultés des entrepreneurs et des immigrants sur le terrain, cette consultation devrait nécessairement se déplacer dans les régions de la province, estiment la FCCQ et la CCINB. 

Ces organisations soutiennent que la planification de l’immigration prévue cet été ne permettra pas à elle seule de répondre aux enjeux économiques du Québec. 

«  Il est totalement inacceptable de voir des infirmières françaises se tourner vers l’Ontario parce que les délais sont trop longs au Québec. On a un problème de seuil d’immigration trop bas au Québec et des délais de traitement inadmissibles à Ottawa, pendant ce temps ce sont nos entrepreneurs qui en souffrent », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

La FCCQ et la CCINB rappellent que le nombre de métiers en pénurie de main-d’œuvre actuelle et projetée a explosé dans les dernières années,   alors que les Québécois sont de plus en plus nombreux à prendre leur retraite, sans pouvoir être remplacés par de plus jeunes sortant des bancs d’école. 

« Les besoins pour des travailleurs qualifiés sont toujours aussi criants. Dans notre région, chaque jour nous rencontrons des entrepreneurs qui doivent reporter des projets ou qui ne peuvent pas produire à pleine capacité en raison d’un manque de travailleurs », a ajouté Chantal Gravel, présidente de la CCINB. 

En 2019, la FCCQ et la CCINB avaient mis en lumière le manque de données et de vision commune afin de quantifier les besoins de main-d’œuvre immigrante et la capacité d’intégration du Québec et de chacune des régions. 

« Cette situation doit cesser. Nous en appelons donc à une consultation, qui pourrait prendre la forme d’une commission parlementaire itinérante, afin de rassembler les acteurs sociaux pour aborder ces questions et trouver des solutions », conclut Charles Milliard.

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • La fiscalité est beaucoup trop généreuse envers le démarrage d'entreprise. Il est plus avantageux pour un jeune de se partir en affaire que de travailler pour quelqu'un d'autre. En maintenant un revenu bas, il profite des avantages accordés par les gouvernements pour faible revenu, ex. TPS, bourse d'étude, etc. Tandis qu'un travailleur n'a droit à rien, surtout un salarié. La solution est davantager les travailleurs plutôt que les compagnies.

    Sylvio Trépanier - 2021-05-11 08:14