Publicité

1 septembre 2021 - 12:00

Après 4 mois de grève

Une nouvelle convention collective de six ans pour les employés d'Olymel à Vallée-Jonction

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

Il aura fallu quatre mois, plus d’une vingtaine de rencontres, deux conciliateurs et un médiateur spécial pour que le Syndicat des travailleurs de l’usine Olymel à Vallée-Jonction (STOVJ) et leur employeur conviennent d’une nouvelle convention collective. 

Rappelons que la dernière entente de principe avait été proposée le 29 août dernier et a été approuvée hier soir par 78 % des membres du syndicat. L’employeur s’est dit très soulagé par cette nouvelle.

« Ce qu’on souhaite c’est que le retour au travail soit le plus harmonieux possible dans les prochains jours et les prochaines semaines », a indiqué Paul Beauchamp, le 1er vice-président d’Olymel, en entrevue téléphonique avec EnBeauce.com. 

D’un point de vue financier
D’une durée de six ans, elle permettra aux salariés d’obtenir des augmentations salariales de l’ordre de 26,4 %, dont 10 % la première année. En plus de ce 4,4 % d’augmentation moyenne par année, un montant forfaitaire de 65 $ par année de service, par membre, leur a été octroyé. L’employeur a également accordé un rehaussement de 50 % de sa contribution aux assurances collectives pour la couverture familiale, ce qui pousse l’augmentation totale de la première année à 12,48 %. 

Conditions de travail
Paul Beauchamp a indiqué qu’un réaménagement des plages horaires avait été établi, notamment sur la période estivale. « Cela ne nécessitait pas d’investissement financier mais plutôt de trouver une perception commune pour éviter que l’usine perde moins d’efficacité pendant l’été en raison des vacances. »

Également, une entente à été convenue à propos du régime enregistré d’épargne retraite. Il s’agit de l’introduction d’un régime de retraite simplifié avec une contribution de l’employeur d’un total de 1,5 % aux deux dernières années de la convention collective. Cela permet à l’entreprise de décaler ses dépenses supplémentaires pour protéger sa capacité concurrentielle à court terme. 

Reprise progressive des activités
Dans ces circonstances et dans la perspective d’une reprise rapide des opérations, la direction d’Olymel a pris la décision de maintenir le quart de soir à cette usine et de renoncer à sa suppression tel qu’annoncée précédemment dans l’éventualité où la grève aurait pu se poursuivre plus longtemps. Les 1 050 employés seront donc tous rappelés au travail.

« Hier soir on a commencé à rappeler des gens au travail pour être à l’établissement ce matin. Il faut faire les vérifications d’usage des équipements car l’usine n’a pas tourné depuis quatre mois », a précisé Paul Beauchamp. « Demain on poursuit la maintenance, la sanitation et la réception des porcs devraient se faire en fin de journée, pour commencer l’abattage vendredi matin et la découpe des porcs la semaine prochaine. »

Pour rattraper le retard pris sur l’abattage des porcs, l’entreprise va devoir refaire un calendrier. 

« On sait qu’on vend quand même des volumes appréciables de porcs, chaque semaine, dans des abattoirs concurrents d’Olymel. On a aussi vendu 115 000 porcelets. Puis, le retour aux opérations à Vallée-Jonction se combine avec le début du deuxième quart de travail à l’usine de Saints-Anges, dont le lancement avait été annoncé en automne dernier. Ainsi, ça ne réglera pas la situation dans les deux prochaines semaines mais ça va permettre de la mettre sous contrôle. »

Vous avez un scoop
Vous connaissez des entrepreneurs de la Beauce qui sont inspirants et qui ont des histoires intéressantes à raconter ou encore des parcours de vie hors du commun ? Contactez-nous à l’adresse [email protected] afin d’en discuter avec l’un de nos journalistes. Au plaisir de vous lire !

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





EnBeauce.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, EnBeauce.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.