X
Rechercher
Publicité

Pour pallier à la pénurie

La canne de sirop d'érable maintenant fabriquée en Beauce

durée 17h00
23 mars 2022
Sylvio Morin
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Sylvio Morin, Chef des nouvelles

Alors que s’amorce la saison des sucres et que les boîtes en fer-blanc, les « cannes » comme on dit communément, sont devenues une denrée rare par les temps qui courent — une situation préoccupante pour le monde acéricole, de même que pour nombre d’entreprises du secteur agroalimentaire, Idéal Canne a rapatrié sa production des contenants au Québec à son usine située à La Guadeloupe.

L'augmentation du prix de l’acier, la hausse des coûts de transport, la congestion maritime et les retards de livraison du contenant produit en Chine, ont amené l’entrepreneur, qui auparavant ne faisait que de l'importation, à remuer ciel et terre pour que ses infrastructures québécoises, dont la mise en opération était initialement prévue en juin, s’effectue hâtivement.

« Nous sommes déjà en production depuis le 1er mars et avons entrepris les démarches nécessaires pour que deux lignes de production s’ajoutent, afin de pouvoir répondre à la demande », a indiqué le président d’Idéal Canne, Erick Vachon, au cours d'un entretien téléphonique avec EnBeauce.com.

L'usine de La Guadeloupe, acquise de Citadelle en octobre dernier, peut produire 100 millions de cannes par année par ligne de montage. Les installations en comptent trois, dont une en opération pour l'instant, a fait savoir M. Vachon. Chaque ligne génère 45 emplois.

Seul manufacturier canadien à offrir ce type de canne de conserve, Idéal Canne a façonné le marché au cours des 13 dernières années. « Depuis nos débuts, le monde acéricole constitue une grande partie de notre clientèle. Il allait donc de soi que nous mettions tout en œuvre pour sauver les meubles, la saison étant fortement compromise pour nombre d’acériculteurs », de dire l'homme d'affaires de Saint-Joseph-de-Beauce.

Une flambée des prix
À l’instar de nombreuses industries, les répercussions de la pandémie sur le marché de la boîte de conserve sont telles que la fabrication locale s’impose désormais comme meilleur choix économique.  « Avec la hausse du prix de l’acier, la congestion dans les ports et l’augmentation pharamineuse du prix des conteneurs, il devenait impossible d’offrir un prix raisonnable » note le président. 
 
Rappelons qu’en 2010, une pénurie de cannes de sirop d’érable avait ébranlé le monde acéricole. Idéal Canne, qui œuvrait alors dans le domaine de l’importation, y avait vu l’opportunité de fabriquer les cannes en acier. L’entreprise québécoise s’est rapidement positionnée auprès d’une majorité de distributeurs.
 
En 2019, contexte pandémique oblige, de nombreuses variables ont rendu l’importation difficile, de sorte que l’entreprise s’est réorientée vers la production locale.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h15

Feu vert à l’entente entre Hydro-Québec et Énergir

La Régie de l’énergie donne le feu vert au partenariat entre Hydro−Québec et le distributeur de gaz naturel Énergir, une entente qui avait été critiquée par des groupes de consommateurs et environnementalistes. L’entente, annoncée en juillet dernier, vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) en convertissant à la biénergie des ...

18 mai 2022

Projet «Ôtres choses»: premier lauréat du Fonds Nouveaux Attraits Touristiques

Le projet Ôtres choses, présenté par l’entreprise Les Ôtres hébergement et cie inc., est le tout premier lauréat du Fonds Nouveaux Attraits Touristiques (FNAT) lancé en novembre 2021 par le Conseil économique de Beauce (CEB). Cette annonce a été faite lors d’une conférence tenue dans une ambiance chaleureuse cet après-midi dans l’un des logements ...

18 mai 2022

Mortalité des abeilles: les apiculteurs réclament une aide d’urgence

Les craintes des apiculteurs québécois se sont confirmées. Pour les aider à encaisser le choc d’une mortalité trois fois plus élevée que la moyenne, ils réclament une aide d’urgence du fédéral et du provincial. Les membres des Apiculteurs et des apicultrices du Québec (AADQ) ont enregistré, en moyenne, une mortalité de 60 % dans leurs ruches, a ...