X
Rechercher
Publicité

Plus d’échanges pour moins de pesticides

Lancement du réseau de producteurs bio-conventionnel

durée 06h00
7 mai 2022
Léa Arnaud
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par Léa Arnaud, Journaliste

Les fédérations de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de l’Estrie ont reçu l’aval du Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec le 22 mars dernier pour lancer le projet « Réseau bioconventionnel, plus d’échanges pour moins de pesticides ».

Ce réseau d’expertises facilitera les échanges entre les producteurs biologiques, les producteurs conventionnels et les conseillers du milieu agricole, afin de favoriser des méthodes de gestion des ennemis des cultures nécessitant moins de pesticides.

Bien que parfois indispensables en milieu agricole, des pratiques peuvent être mises en place, afin de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires. Le réseau consiste à partager ces pratiques agroenvironnementales.

Le regroupement de producteurs biologiques et conventionnels au sein d’un réseau permettra d’échanger des connaissances sur les pratiques culturales qui utilisent moins de pesticides. De plus, des démonstrations sur les risques associés à l’utilisation des produits phytosanitaires seront offertes. Celles-ci fourniront aux producteurs des trois régions, des outils et méthodes alternatives à l’utilisation des pesticides.

« Tout en valorisant l’expérience des agriculteurs, la mise en commun du savoir-faire des agriculteurs permettra d’adopter collectivement des pratiques nécessitant moins de produits phytosanitaires », a souligné James Allen, producteur de lait et président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches.

Afin de répondre à ces besoins d’information et d’accompagnement, les trois régions participantes organiseront au cours des trois prochaines années des séances d’information, des ateliers de discussions ainsi que des visites de démonstration en champ. Le but étant d’outiller les producteurs à adopter des méthodes plus respectueuses de l’environnement afin de lutter contre les ennemis de cultures.

De plus, des activités de sensibilisation aux risques pour la santé et l’environnement liés à l’application de produits phytosanitaires seront offertes aux producteurs. Ces activités débuteront à l’été 2022 et couvriront les thématiques de lutte intégrée.

Ce projet, qui a pour objectif la réduction de l’usage des pesticides, s’inscrit dans le cadre du Plan d’agriculture durable 2020-2030 du Gouvernement du Québec.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h15

Un budget tempéré, rappelle le ministre des Finances

Le budget qu'il a déposé le 22 mars dernier est un document «tempéré, prudent et responsable.» Ce sont du moins les principaux qualificatifs utilisés par le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, lors de la conférence qu'il est venu livrer aujourd'hui aux quelque 125 convives réunis au centre des congrès Le Georgesville. L'événement ...

durée Hier 12h00

Un premier Forum des leaders en matière de transport

C’est le 25 mai que s’est déroulé à Sainte-Marie le Forum des leaders en matière de transport organisé par l’Inter-CDC, regroupant les six corporations de développement communautaire de Chaudière-Appalaches. Cette journée avait comme objectif de présenter le portrait des services de transport des personnes en Chaudière-Appalaches auprès des ...

26 mai 2022

Coopérative de santé Robert-Cliche: un bilan positif de l’année 2021

La Coopérative de santé Robert-Cliche a tenu mardi soir dernier sa 14e assemblée générale annuelle en présentiel à La cache du golf de Beauceville, après deux années d'AGA virtuelle. L’année 2021 a été marquée par des moments positifs pour l’organisme, a signalé aux membres le président du  conseil d’administration, Benoit Paré. Ainsi, ...