Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Congrès général de l’Union des producteurs agricoles (UPA)

Un cri du cœur pour la relève agricole et l’avenir des fermes

durée 12h00
9 décembre 2023
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Salle des nouvelles

Environ mille productrices et producteurs agricoles et forestiers ont exprimé au gouvernement ainsi qu’aux parlementaires québécois leurs inquiétudes et leurs espoirs à l’occasion d’une marche rassembleuse et solidaire pour la relève agricole et l’avenir des fermes de chez nous, qui s'est tenue mercredi à Québec, en marge du 99e Congrès général de l’Union des producteurs agricoles (UPA).

« Les productrices et les producteurs participent chaque jour à un projet de société de toute première importance, celui de nourrir leurs concitoyennes et concitoyens. Ils souhaitent en retour être au cœur des discussions et décisions ayant un impact sur leur avenir ainsi que sur celui de la relève. Cet avenir est fragilisé plus que jamais et il est plus que temps que des solutions porteuses et pérennes soient identifiées et mises en œuvre. C’est l’assiette et le territoire des Québécoises et Québécois des 10, 20, 100 prochaines années qui sont en jeu », a déclaré le président général de l’UPA, Martin Caron, devant l’Assemblée nationale du Québec.

Rappelons que l’année 2023 a été difficile pour un grand nombre d’entreprises agricoles en raison, notamment, du contexte économique difficile et des événements météorologiques extrêmes. À ces difficultés mentionnons plusieurs défis et obstacles persistants, tels le soutien et l’accompagnement en deçà des attentes et des besoins, l’actualisation très attendue des programmes, la lourdeur administrative ainsi que les menaces grandissantes au territoire et aux activités agricoles et forestières.

« Nous sommes des passionnés de l’agriculture. Nous sommes de jeunes entrepreneurs résistants et déterminés. Nous devrions, cependant, être en mesure de vivre de notre métier. Les pressions financières et administratives sont énormes et pèsent sur nos épaules. Pour l’avenir nourricier du Québec, il est impératif que le gouvernement soutienne davantage la relève agricole et d’en faire une priorité de la politique bioalimentaire du Québec », a pour sa part signalé la présidente de la Fédération de la relève agricole du Québec, Julie Bissonnette.

L’UPA a dévoilé pour l’occasion, à la lumière de tous ces enjeux et compte tenu de la conjoncture économique, environnementale, climatique et sociale inégalée, un manifeste historique en faveur de la relève agricole et de l’avenir de nos fermes.

En plus d’exprimer clairement la détermination et la passion des productrices et producteurs, ce manifeste demande notamment au gouvernement québécois de « prioriser notre mission si névralgique pour la société québécoise, à travers une nouvelle politique bioalimentaire forte et adaptée à l’ampleur de ces nouvelles règles économiques, environnementales et sociales, dans un contexte mondialisé déloyal et marqué par les changements climatiques ». Il stipule aussi que les productrices et producteurs souhaitent « être au cœur d’un projet de société nous permettant d’exercer notre métier avec des critères de viabilité, des filets de sécurité performants et un cadre soutenant une durabilité environnementale progressive. »

Pour le président général de l’UPA, à l’aube du 100e anniversaire de l’organisation (2024) et comme le mentionne le manifeste : « Notre agriculture est l’une des plus performantes en Amérique du Nord, la plus structurée collectivement, la plus familiale, et qui répond toujours plus fidèlement aux exigences sociétales et environnementales. Il est impératif que notre relève, nos terres agricoles, nos érablières, nos fermes familiales et nos forêts soient encore là dans 100 ans pour nourrir sainement les Québécoises et Québécois, occuper le territoire et participer activement au développement économique de nos régions ».

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 mars 2024

Un nouveau magasin acéricole corporatif a ouvert à Saint-Georges

Les Équipements Lapierre, dont le siège social est à Saint-Ludger de Beauce, ont ouvert un tout nouvel espace commercial acéricole à Saint-Georges. Situé à Saint-Georges au 9455 boulevard Lacroix, le nouveau commerce offre sur place un éventail complet de quincaillerie et d’accessoires ainsi que les équipements de production nécessaires à ...

1 mars 2024

Mise en marché du porc: l'entreprise duBreton demande l'appui de la députation québécoise

Avec près de 2000 signatures recueillies à sa pétition lancée au début du mois, et le soutien de plusieurs parties prenantes, l'entreprise duBreton réclame maintenant l’appui de tous les députés de l’Assemblée nationale du Québec à sa demande d’exclusion du Plan conjoint de mise en marché collective des porcs du Québec. « Nous souhaitons être ...

28 février 2024

« Chaque génération a ses propres défis » — Guy Cormier, président de Desjardins

« Chaque génération a ses propres défis », a expliqué Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, lors du dîner-conférence organisé ce mercredi par la Chambre de commerce de Saint-Georges (CCSG). Invité d’honneur, il échangeait avec le président de la CCSG, Samuel Pépin, autour de la question suivante: Face à ces temps ...