Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Avec la collaboration d'Alexandre Poulin

Entrevue avec Samuel Poulin, candidat de la CAQ dans Beauce-Sud

durée 04h00
13 septembre 2018
3ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Jérôme Blanchet-Gravel
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Jérôme Blanchet-Gravel, Journaliste

Voir la galerie de photos

Le 28 août dernier, le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans Beauce-Sud, Samuel Poulin, était de passage dans les bureaux d’EnBeauce.com afin que nous réalisions une entrevue avec lui.

Nous avons d’abord questionné M. Poulin au sujet de son parcours professionnel. Nous lui avons demandé en quoi son parcours le prédisposait à représenter les citoyens de Beauce-Sud.

M. Poulin a rappelé qu’il avait travaillé à la radio dans la région et qu’il avait assumé différentes tâches à l’Assemblée nationale aux communications de son parti. M. Poulin a notamment travaillé pour François Legault, le chef de sa formation politique. Samuel Poulin dit avoir fait le choix de quitter son dernier emploi pour se présenter dans Beauce-Sud.

Samuel Poulin pense qu’il sera un candidat près des gens s’il est élu le 1er octobre prochain. Celui qui croit à un « retour massif des jeunes Beaucerons » se dit « habité par le désir de défendre sa région ».

Un retour massif des Beaucerons dans leur région ?  

Concernant la pénurie de main-d’œuvre en Beauce, Samuel Poulin croit que la proposition de son parti de baisser les seuils d’immigration demeure compatible avec les besoins des entrepreneurs. En effet, la CAQ propose toujours de diminuer de 10 000 par année le nombre de personnes immigrés reçues annuellement au Québec. Ainsi, le nombre passerait de 52 000 à 40 000 advenant la prise du pouvoir par la Coalition. 

Plutôt que de miser sur l’immigration, Samuel Poulin compte sur le retour des Beaucerons dans leur région d'origine. C'est un point sur lequel il insiste particulièrement lors de ses interventions dans les médias. M. Poulin pense que le Québec accueille déjà suffisamment d’immigrés, mais que la Belle Province peine à les installer puis à les retenir en région. 

Comme vous pouvez l’entendre, Samuel Poulin prétend aussi que la pénurie de main-d’œuvre a été accentuée par la mauvaise gestion du Parti libéral du Québec. « La pénurie de main-d’œuvre, c’est le bilan du Parti libéral. Premièrement il faut se mettre ça en tête », affirme le jeune candidat de 27 ans,

Enfin, Samuel Poulin soutient que la plus grande valeur qui l’anime en politique est le respect et qu’il se sent à la fois fier d’être québécois et canadien. Il voudrait aussi contribuer à mettre fin au cynisme de la population vis-à-vis de la politique, ce qui représente tout un défi. 

« Je n’en veux pas à la population de ne plus s’intéresser à la politique, de ne plus y croire, parce que ça fait 15 ans qu’elle a des promesses rompues, ça fait 15 ans que les engagements ne sont plus signés, que tout arrive 6 mois avant les élections. Ce que je dis à la population, c’est que le 1er octobre, c’est aussi l’élection de l’espoir. »
- Samuel Poulin, candidat de la CAQ dans Beauce-Sud

5 questions en vrac 

À la fin de l'entrevue, EnBeauce.com a posé 5 questions en vrac au candidat. Les voici avec ses réponses.

EnBeauce.com : Quel est l’endroit qui vous inspire le plus dans Beauce-Sud ? 

Samuel Poulin : La fromagerie Pépite d’Or et le Bar laitier. 

EnBeauce.com : Être jeune en politique : une force ou une faiblesse ? 

Samuel Poulin : Une grande force.

EnBeauce.com : Votre livre ou votre auteur préféré ? 

Samuel Poulin : Je lis beaucoup de biographies. Récemment, j’ai bien aimé l’autobiographie de l’analyste politique Luc Lavoie. J’ai bien aimé aussi le livre de l’ancien député provincial et fédéral Fabien Roy sur la Beauce.

EnBeauce.com : Nommez un homme politique ou un acteur historique québécois que vous trouvez inspirant.

Samuel Poulin : Robert Bourassa, Jean Lesage et Mario Dumont.

EnBeauce.com : Un pays que vous aimeriez visiter ?

Samuel Poulin : J’aimerais visiter plus le Canada… Sinon, la France. 

commentairesCommentaires

3

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • D
    Daniel
    temps Il y a 3 ans
    la pénurie de main d'oeuvre c'est les compagnies qui se les paies en allant les chercher dans d'autres pays et ca prend environ 9 mois avant qu'ils arrivent en plus le gouvernement bralentissent l'arrivée a cause que certains affichage de ses postes en usine ont pas ete fais a temps........ c'est ca gouvernement.......l gagne de clowns.......
  • E
    Exaspéré
    temps Il y a 3 ans
    Bravo, tu viens de perdre mon vote en tentant de blâmer le PQ et les souverainistes pour ton échec aux dernières élections générales.

    Réponses vides et creuses... Robert Bourassa pour la nationalisation de l'électricité??? Nous n'avons pas suivi le même cours d'histoire.

    Si seulement la CAQ avait pris le temps de choisir son candidat plus sérieusement, cette élection aurait pu être facilement remportée.
  • JMS
    Jean-Michel SCHMITT
    temps Il y a 3 ans
    N'ayant pas trouvé l'adresse de Samuel Poulin, candidat de la CAQ dans Beauce-Sud, je vous saurais gré de bien vouloir lui transmettre l'intervention qui suit:

    Bonjour Monsieur Poulin,

    J'aimerais connaître votre position ainsi que celle de votre parti concernant le registre québécois des armes à feu non-restreintes mis en place par l'actuel gouvernement Libéral.

    En guise de rappel, le gouvernement fédéral de Stephen Harper avait jugé inutile l'enregistrement de ce type d'armes à feu et ce, basé entre autre sur les statistiques des trente dernières années.

    Depuis la mise en place du registre québécois en janvier 2018, seulement 179 000 armes non-restreintes ont été "immatriculées" auprès du SIAF alors que le nombre d'armes de cette catégorie présentes sur le sol québécois est estimé à 1 600 000. Sur ces 179 000 armes non-restreintes enregistrées, rappelons qu'une bonne partie de ce nombre provient des commerçants qui ont l'obligation d'enregistrer les armes vendues.

    La réticence des propriétaires québécois d'armes non-restreintes à immatriculer ces objets doit être prise en compte par un futur gouvernement responsable.

    En tant que citoyen québécois, la sécurité publique est importante à mes yeux. Le gouvernement doit maintenir ou augmenter la sécurité de la population face à la criminalité. Toutefois, la dépense de fond publics dans un tel registre n'a aucun impact sur la criminalité et contribue à la stigmatisation des propriétaires d'armes à feu responsables.

    Ainsi, par la présente, je souhaite connaître votre position et celle de votre parti sur vos intentions quant à l'avenir du registre québécois des armes à feu.

    Cordialement,

    Jean-Michel Schmitt
    Citoyen du comté de Beauce-sud
AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 janvier 2022

Les élections de l’année

Nous avons eu droit à deux campagnes électorales cette année au Québec: l’une prévue sur la scène municipale pour le 7 novembre, l’autre surprise sur la scène fédérale, annoncée en plein mois d'août pour le 20 septembre. Élections fédérales — 20 septembre Des élections fédérales le 20 septembre Moins de deux ans après le dernier scrutin, le ...

10 novembre 2021

Légère augmentation du nombre de femmes élues en Chaudière-Appalaches

À l'issue du scrutin municipal de dimanche, le nombre de femmes qui ont été élues en Chaudière-Appalaches a augmenté d'environ 3 % par rapport à l'élection quatre ans passées. Ainsi, la région administrative est passée de 28 % d’élues en 2017 à 30,9 % en 2021, selon les données que vient de publier le Réseau des groupes de femmes ...

8 novembre 2021

Un taux de participation au vote de 92,3% dans la municipalité du Lac-Poulin

La municipalité du Lac-Poulin pourrait bien être l'endroit où le taux de participation au scrutin électoral d'hier est le plus élevé au Québec. En effet, 180 des 196 personnes officiellement inscrites sur la liste électorale se sont prévalues de leur droit de vote, ce qui se traduit par un taux de participation de 92,3%. Toutefois, personne au ...