X
Rechercher
Publicité

Entrevue avec Hans Mercier, chef du Parti 51

durée 11h52
28 septembre 2018
Jérôme Blanchet-Gravel
durée

Temps de lecture :

3 minutes

Par Jérôme Blanchet-Gravel, Journaliste

Voir la galerie de photos

Le 25 septembre dernier, le chef du Parti 51 et candidat dans Beauce-Sud, Hans Mercier, était de passage dans nos bureaux pour une entrevue. L’avocat beauceron a eu l’occasion de présenter son programme et de se confier sur d’autres sujets. Rappelons que le Parti 51 vise à annexer le Québec aux États-Unis.

Notre journaliste a d’abord demandé à M. Mercier de nous parler de son parcours professionnel. De dire ensuite aux auditeurs en quoi ce parcours le prédisposait à la fonction éventuelle de député de l’Assemblée nationale.

M. Mercier est d’abord titulaire d’un baccalauréat en enseignement de l’anglais de l’Université Laval. Il détient aussi un certificat multidisciplinaire en histoire, langues et communication. Avocat, M. Mercier est aussi diplômé en droit de l’Université de Sherbrooke et de l’École du Barreau du Québec.

M. Mercier dit que son parcours dans le domaine de l’enseignement lui a permis, assez tôt dans sa vie, de découvrir plusieurs « failles du système ». C’est aussi à cette époque que M. Mercier a rencontré sa conjointe, qui étudiait alors en comptabilité et fiscalité à l’université.

« Le politiquement correct est en train de tuer la politique »

Notre journaliste a rappelé à Hans Mercier qu'il s’était distingué par son franc-parler lors du débat des candidats dans Beauce-Sud. Un événement qui a eu lieu à l’hôtel Georgesville le 20 septembre dernier. Une affirmation avec laquelle le principal intéressé est tout à fait d’accord. M. Mercier croit que le « politiquement correct est en train de tuer la politique ».

« Je pense que les gens sont tannés d’avoir de la langue de bois, et puis d’avoir toujours la fameuse cassette. En tout cas moi je l’étais, [tanné de la langue de bois], et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai lancé mon parti politique », affirme Hans Mercier durant l’entrevue.

M. Mercier prétend aussi qu’il a souvent été courtisé par des grands partis pour être candidat dans Beauce-Sud. L’ADQ (à l’époque) et la CAQ, entre autres, lui auraient déjà demandé de se présenter dans la région. Des propositions qu’il a déclinées, en raison, notamment de l’importance de la ligne de parti. Un système partisan qui brime souvent l’autonomie des candidats et des députés. 

M. Mercier pense aussi que l’un des problèmes actuels est de prêter des intentions à la population au lieu de l’écouter réellement. Il pense que les partis politiques établissent des priorités pour la population, priorités qui ne sont pas nécessairement celles des citoyens. Il voudrait que les politiciens écoutent davantage ce qu’ont à dire les gens ordinaires. Certains enjeux sont-ils artificiellement créés par les grands partis politiques ? C’est possible, croit-il.

Concernant son projet comme tel – l’annexion du Québec aux États-Unis –, Hans Mercier tente de le démystifier afin qu’il apparaisse moins « révolutionnaire » pour les Québécois.

Le rattachement du Québec aux États-Unis apparait pour certains comme un projet irréalisable, sinon quasi loufoque... Mais Hans Mercier persiste et signe : le rattachement du Québec aux États-Unis lui paraitrait parfaitement naturel. Les Américains sont non seulement à proximité géographiquement, mais aussi culturellement et idéologiquement, plaide-t-il. 

QUESTIONS EN VRAC

1. EnBeauce.com : L’endroit qui vous inspire le plus dans Beauce-Sud ?

Hans Mercier : La vue de la ville en descendant la côte des quarante arpents. À chaque fois que je passe là, c’est un coup de foudre.

2. EnBeauce.com : Votre parcours comme avocat. Une force ou une faiblesse étant donné vos réserves quant à une certaine élite ?

Hans Mercier : Une force, car j’ai presque toujours défendu des victimes ou des causes de « petits contre les grands ».

3. EnBeauce.com : Votre livre ou votre auteur préféré ?

Hans Mercier L’Iliade d’Homère ou Par-delà le bien et le mal de Nietzsche. Ce serait les lectures que je ferais si j’étais sur une île déserte. Mais si j’avais vraiment à choisir, je pense que ce serait Nietzsche. 

4. EnBeauce.com : Un homme politique ou un acteur historique québécois qui vous inspire ?

Hans Mercier : Louis-Joseph Papineau. Parce qu’il a déjà voulu annexer le Québec aux États-Unis.

5. EnBeauce.com : Un pays que vous aimeriez visiter ou revisiter ?

Hans Mercier : Le Japon.

 

 

 

 

 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


1 janvier 2022

Les élections de l’année

Nous avons eu droit à deux campagnes électorales cette année au Québec: l’une prévue sur la scène municipale pour le 7 novembre, l’autre surprise sur la scène fédérale, annoncée en plein mois d'août pour le 20 septembre. Élections fédérales — 20 septembre Des élections fédérales le 20 septembre Moins de deux ans après le dernier scrutin, le ...

10 novembre 2021

Légère augmentation du nombre de femmes élues en Chaudière-Appalaches

À l'issue du scrutin municipal de dimanche, le nombre de femmes qui ont été élues en Chaudière-Appalaches a augmenté d'environ 3 % par rapport à l'élection quatre ans passées. Ainsi, la région administrative est passée de 28 % d’élues en 2017 à 30,9 % en 2021, selon les données que vient de publier le Réseau des groupes de femmes ...

8 novembre 2021

Un taux de participation au vote de 92,3% dans la municipalité du Lac-Poulin

La municipalité du Lac-Poulin pourrait bien être l'endroit où le taux de participation au scrutin électoral d'hier est le plus élevé au Québec. En effet, 180 des 196 personnes officiellement inscrites sur la liste électorale se sont prévalues de leur droit de vote, ce qui se traduit par un taux de participation de 92,3%. Toutefois, personne au ...